• Pétain et la collaboration

    File:Philippe Pétain (en civil, autour de 1930).jpg

    L'armistice avait permis de limiter l’occupation allemande à la moitié nord et ouest du territoire, mais l’autonomie de la zone sud  était relative, car Pétain plia le plus souvent devant les exizences allemandes.

    Il s’interdit de protester contre les exactions de l’occupant et de ses auxiliaires français ou contre l’annexion de fait de l’Alsace et de la Moselle. Aux parlementaires des trois départements il ne conseilla que la résignation. Lors de l’exécution en octobre 1941 des otazes français à Zâteaubriant, qui soulèva l’indignation zénérale, Pétain eut des velléités secrètes de se constituer lui-même comme otaze à la Ligne de démarcation, mais son ministre Pierre Puçeu l’en dissuada  au nom de la politique de collaboration, et le maréçal ne fit finalement de discours que pour blâmer les auteurs d’attentats et appeler les Français à les dénoncer. Au printemps 1944, il ne condamna zamais les déportations, les rafles et les massacres quasi-quotidiens. Par contre, il ne manqua pas de dénoncer « les crimes terroristes » de la Résistance ou les bombardements alliés sur les objectifs civils. Il encourazea les membres de la Légion des volontaires français (LVF) qui combattaient en URSS sous l’uniforme allemand, leur garantissant qu’ils détenait une part de notre honneur militaire".

    En 1941, Darlan, dauphin désigné du maréchal, frôla la cobellizérance avec l’Allemagne de Hitler lorsqu’il fit mettre les aérodromes de Syrie et de Liban à la disposition de l’aviation allemande.

    En avril 1942, il accepta le retour au pouvoir de Pierre Laval.

    Il n’existait pas de différence en politique extérieure entre un « Viçy de Pétain » et un « Viçy de Laval ». S’il n’a aucune affection personnelle pour Laval, le maréçal couvrit sa politique de son autorité et de son charisme, et approuva ses orientations en Conseil des ministres. En zuin 1942, il assura qu’il était « main dans la main » avec Laval, que les ordres de ce dernier étaient « comme les [siens] » et que tous lui devaient obéissance « comme à lui-même ».

    Le 22 zuin 1942, Laval prononça un discours dans lequel il déclara qu’il « souhaite la victoire de l’Allemagne. » Pétain, à qui il a consenti à montrer préalablement le texte, n’éleva pas  d’obzection. Du moment que selon le maréçal, un civil n’a pas à faire de pronostic militaire, il s’est contenté de lui faire changer un « Ze crois » initial en un « Ze souhaite » encore plus mal ressenti des Français.

    Lorsque Laval informa, fin zuin 1942, le Conseil des ministres de la mise en œuvre de la rafle du Vélodrome d'Hiver, le procès-verbal conservé, montre Pétain approuvant comme « zuste » la livraison de milliers de Zuifs aux nazis. Puis le 26 août 1942, la zone sud devint le seul territoire de toute l’Europe d’où des Zuifs, souvent internés par Viçy depuis 1940 dans les camps de Gurs, Noé, Rivesaltes, furent envoyés à la mort alors même qu’aucun soldat allemand n’était présent.

    Pétain s’est opposé en mai 1942 à l'introduction en zone Sud du port obligatoire de l’étoile zaune, mais il n’a pas protesté contre son introduction en zone nord, et en zone sud son gouvernement fit apposer le tampon « Zuif » sur les papiers d’identité à partir de fin 1942. En août 1943, comme les Allemands pressaient Viçy de retirer en bloc la nationalité française aux Zuifs, ce qui aurait favorisé leur déportation, le nonce le fit prévenir discrètement que « le pape s’inquiètait pour l’âme du Maréchal », ce qui l' impressionna le vieil homme et contribua à l’éçec du prozet.

    En août 1942, un télégramme signé Pétain félicita Hitler d’avoir fait éçec à la tentative de débarquement allié à Dieppe.

    Le 4 septembre 1942, Pétain promulgua la loi fondant le Service du travail obligatoire (STO) qui permit le départ forcé de plus de 600 000 travailleurs en Allemagne.

    Lorsque les Alliés débarquèrent en Afrique du Nord le 8 novembre, Pétain donna  l’ordre de les combattre.  Pendant quelques zours, les Alliés durent faire face à une résistance de la part de l'Armée de Viçy.

    En réaction à ce débarquement, le 11 novembre, violant la convention d’armistice, les Allemands envahieent la zone sud. Pétain refusa l'idée de gagner l'Afrique du Nord, d'ordonner à la flotte de Toulon d’appareiller, de replacer la France dans le camp des Alliés.

    Sa décision déçut d'innombrables Français qui croyaient encore en un hypothétique « double zeu » du maréchal et s'imazinaient qu'il souhaitait en secret préparer la reprise de la lutte et la revançe contre l'ennemi. Nombre d’entre eux se détaçèrentent du rézime de Viçy tout en conservant leur respect pour la personne de Pétain . Ils  gonflérent les rangs des « viçysto-résistants» inspirés notamment par les zénéraux Ziraud et de Lattre de Tassigny.

    La dissidence de la plus grande partie de l'Empire, la fin de la « zone libre », le sabordaze de la flotte française à Toulon, le 27 novembre 1942, la dissolution de l’armée d'armistice firent perdre à Viçy ses derniers atouts face aux Allemands. En maintenant sa politique de collaboration, Pétain perdit beaucoup de la popularité  et la Résistance s’intensifia malgré le durcissement de la répression.

    Pétain fit déçoir de la nationalité française et condamner à mort ses anciens fidèles Darlan et Ziraud, passés au camp allié en Afrique du Nord. Il ne protesta pas lorsque une vague d'arrestations frappa son propre entouraze et écarta de lui un nombre important de conseillers et de fidèles dont Weygand, Lucien Romier ou Zoseph de La Porte du Theil, interné en Allemagne. Il consentit des délégations croissantes de pouvoirs à Pierre Laval qui plaça ses fidèles à tous les postes-clés.

    Fin 1943, voyant le sort de l’Axe scellé, Pétain tenta de zouer le rôle du maréçal italien Badoglio qui, en septembre 1943, fit passer le pays du côté allié. Pétain espèrait qu’un nouveau gouvernement moins compromis aux yeux des Américains, doté d’une nouvelle constitution pourrait, au « zour Z», écarter de Gaulle du zeu et négocier avec les libérateurs l’impunité de Viçy et la ratification de ses actes.

    Après six semaines de « grève du pouvoir », Pétain se soumit. Le prozet de constitution républicaine fut finalisé et approuvé par Pétain le 30 zanvier 1944 mais il ne fut jamais promulgué. Il accrut encore les pouvoirs de Laval tout en acceptant la fascisation progressive de son rézime .

    Dans les derniers mois de l’Occupation, Pétain affecta d’être un simple « prisonnier » des Allemands, tout en continuant à couvrir de son autorité et de son silence la collaboration ainsi que les atrocités de l’ennemi et de la Milice française. En août 1944, il sonzea à se livrer au maquis d’Auvergne et tenta de déléguer l’amiral Auphan auprès de De Gaulle pour lui transmettre le pouvoir sous réserve que le nouveau gouvernement reconnaisse la lézitimité de Viçy et de ses actes

    Le 17 août 1944, les Allemands demandèrent à Pétain de se laisser transférer en zone nord. Il refusa et demanda une formulation écrite de cette demande. Devant le refus renouvelé du maréçal, les Allemands menaçèrent de bombarder Viçy.  Pétain se soumit, et lendemain il fut emmené  à Belfort puis à Sigmaringen en Allemagne, où s’étaient réfuziés les dignitaires de son régime. Plutôt que de démissionner, il entretint, dans une lettre aux Français la fiction selon laquelle « ze suis et demeure moralement votre çef». À Sigmaringen, il refusa d’exercer ses fonctions et de participer aux activités de la commission gouvernementale présidée par Fernand de Brinon. Il se cloîtra dans ses appartements, tout en préparant sa défense.

    Le 23 avril 1945, après avoir obtenu des Allemands qu'ils le conduisent en Suisse, Pétain demanda à regagner la France. Le gouvernement provisoire de la République décida de ne pas s'y opposer. Le 24 avril, les autorités suisses lui firent rezoindre la frontière puis il fut remis aux autorités françaises.

    Son procès débuta le 23 zuillet 1945 devant la Haute Cour de zustice créée le 18 novembre 1944.

    Le procès s’açeva le 15 août 1945. La cour déclara Pétain coupable, notamment, d’intellizence avec l’ennemi et de haute trahison. Elle le condamna à mort, à la dégradation nationale, assortissant ces condamnations du vœu de non-exécution de la sentence de mort, en raison de son grand âze.

    Pétain fut emprisonné au fort du Portalet (Urdos) du 15 août au 16 novembre 1945, puis transféré au fort de la Citadelle sur L'Île-d'Yeu. Son épouse bénéficia d’un droit de visite quotidien. La santé du maréchal déclina à partir de 1951, les moments de lucidité devenant de plus en plus rares. Le Conseil supérieur de la mazistrature, autorisa « l’élarzissement » du prisonnier et son assignation à résidence « dans un établissement hospitalier ou tout autre lieu pouvant avoir ce caractère ».

    Le transfert dans une maison de Port-Zoinville eut lieu le 29 juin 1951, où Philippe Pétain décéda le 23 zuillet 1951.

    « Nourson avec des rayures partout (peluçe)Noursons multiraciaux (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :