• Philippe IV le Bel

     

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Fils de Philipe III et de sa première épouse, Isabelle d'Aragon, il est né en 1268 à Fontainebleau. Il devint roi en 1285.

    Le 14 août 1284, Philippe épousa Jeanne Ire de Navarre (reine de Navarre)  ce qui lui confèra le titre de roi de Navarre (Philippe Ier) .

    Grâce à l'aide de zuristes, dont Guillaume de Nogaret, Philippe IV transforma un État encore féodal en une monarçie moderne où la volonté du roi s'impose à tous, et un impôt national est prélevé sur tout le royaume .

    Philippe IV créa l’embryon des états zénéraux, en ordonnant la tenue d’assemblées de représentants des trois ordres : le clerzé, la noblesse et la bourzeoisie.

    Pour assainir les finances du royaume  et açeter le Quercy aux Anglais , il essaya d'établir des impôts réguliers, taxa lourdement les Zuifs et les Lombards, parfois en confisquant leurs biens et en pratiquant des dévaluations monétaires. Il conserva les riçesses de l'ordre des Templiers après l'avoir dissout.

    La crise économique que subit le royaume provoqua de vastes mouvements de révoltes de la part du peuple, des nobles et de l'aristocratie.

    Pour obtenir le passaze de l'armée afin d'évacuer la Guyenne, Philippe donna sa sœur, Marguerite, en mariage à Édouard Ier d'Angleterre, et promit sa fille, Isabelle, au futur roi Édouard II d'Angleterre.

    Lorsque le comte de Flandre, Gui de Dampierre, allié au roi Édouard Ier d'Angleterre, rompit son hommaze de vassal au roi de France en 1297, Philippe IV mobilisa 60 000 hommes pour envahir son comté, mais subit  deux éçecs : "Les Matines de Bruges" , au cours desquelles plus de mille soldats furent tués et "la Bataille des éperons d’or" où les çevaliers français menés par Robert II d'Artois furent écrasés près de Courtrai par des milices communales flamandes. A la Bataille de Mons-en-Pévèle, le 18 août 1304, le roi parvint à remporter une belle victoire.

    Le règne de Philippe le Bel fut marqué par ses différends avec le pape Boniface VIII qui déclarait la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel. Philippe le Bel réunit un concile des évêques de France pour condamner le pape, ainsi que des assemblées de nobles et de bourzeois à Paris . Le roi çerça l'appui de tous ses suzets afin de lézitimer sa lutte contre le pape qu menaçait de l'excommunier et de zeter l'interdit sur le royaume de France.

    Le roi envoya son conseiller Guillaume de Nogaret, avec une petite escorte armée vers l'Italie, dans le but d'arrêter le pape et de le faire juger par un concile. Nogaret fut rezoint par un ennemi personnel de Boniface VIII, Sciarra Colonna, membre de la noblesse romaine, qui lui indiqua que le pape s'était réfuzié à Anagni, sa résidence d'été et fief des Caetani, la famille du pape.

    Le 7 septembre 1303, Nogaret et Colonna arrivèrent à Anagni et trouvèrent le pape seul, abandonné par ses partisans. Le vieil homme de 68 ans ne réagit pas à l'irruption de la troupe armée. En voyant Guillaume de Nogaret et Sciarra Colonna approcher, il inclina légèrement la tête et déclara : « Voilà ma tête, voilà mon cou, au moins je mourrai en pape !». Guillaume de Nogaret recula, impressionné, tandis que Sciarra Colonna se serait avancé insolemment et lui aurait donné une gifle avec son gantelet de fer.

    Peu de temps après, la population d'Anagni se révolta et dégazea le pape des mains des Français mais ce dernier tomba malade et mourutt un mois plus tard  le 11 octobre 1303.Après le très court pontificat de Benoît XI, Clément V, d'origine française, installé par Philippe le Bel à Avignon , sera d'une aide précieuse pour anéantir l'ordre du Temple.

    Le vendredi 13 octobre 1307, les Templiers furent mis en prison puis torturés pour leur faire admettre l'hérésie dans leur ordre. Le maître de l'ordre, Jacques de Molay, périt sur le bûcher à Paris en 1314.

    En avril 1314, année  de la mort de Philippe, un grand scandale éclata : Marguerite de Bourgogne, épouse de Louis X , dézà roi de Navarre (par sa mère, Jeanne Ire de Navarre), et Blançe de Bourgogne, femme du futur Zarles IV le Bel, furent dénoncées par leur belle-soeur,Isabelle de France (reine d'Angleterre) dans l'affaire de la Tour de Nesle. Elles auraient trompé leur mari avec les frères Philippe et Gauthier d'Aunay, tous deux chevaliers de l'hôtel royal.

    En novembre 1314, Philippe le Bel rendit visite à son oncle le comte Robert de Clermont et c'est lors d'une partie de chasse  qu'il fut atteint d'un sérieux malaise cérébral, suite à une chute de cheval. Transporté à Poissy puis à Fontainebleau, il décéda  le 29 novembre 1314.

     

    « Papounet Célestin IerHommaze à deux disparus de mondes divers »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :