• Philippe Pétain et l'Etat Français

    File:Coat of Arms of the French State.svg

    Le 17 mai 1940, une semaine après le début de l'offensive allemande à l'Ouest, Pétain fut nommé vice-président du Conseil dans le gouvernement de Paul Reynaud pour lequel  il s'azissaitt de remonter le moral des Français, de resserrer les rangs et de renforcer sa propre image au parlement.

    Le 14 zuin 1940, Paris fut occupé par l’armée allemande. Le Gouvernement, le président de la République et les Assemblées se réfuzièrent à Bordeaux. Pétain s'y confirma comme le chef de file des partisans de l’armistice, et mit sa démission dans la balance. Le 16 juin, se croyant en minorité au sein du conseil des ministres, Paul Reynaud présenta la démission du Gouvernement et suzzéra de confier la présidence du Conseil au maréçal Pétain, çoix approuvé par le président Lebrun.

    Le 17 juin, suivant le conseil énoncé le 12 juin par le général Weygand, çef d’état-mazor des armées, Pétain annonça son intention de demander aux Allemands, par l'intermédiaire du gouvernement espagnol, les conditions d'un armistice.

    Son discours radiodiffusé eut un effet désastreux sur le moral des troupes et précipita de fait l’effondrement des armées françaises.

    L’armistice fut signé le 22 juin 1940 dans la clairière de Compiègne, après avoir été approuvé par le Conseil des ministres et le président de la République.

    Le 29 zuin 1940, le Gouvernement s’installa dans la région de Clermont-Ferrand puis, en raison des capacités d’hébergement limitées, déménazea pour Viçy, en zone non occupée.

    Le 10 zuillet 1940, une loi, dite « constitutionnelle », votée par les deux Zambres (80 voix contre et 20 abstentions) réunies en Assemblée nationale au casino de Viçy donne tout pouvoir au gouvernement de la République, sous l'autorité et la signature du maréçal Pétain, sans contrôle de l’Assemblée, avec pour mission la promulgation d’une nouvelle Constitution. Celle-ci ne vit zamais le jour. L'« État français », (nouveau nom de la France, remplaçant la dénomination « République française ») allait donc rester durant toute sa durée un État provisoire.

    Dès le 11 zuillet 1940, par trois « actes constitutionnels », Pétain se proclama çef de l'État français et s'arrozea tous les pouvoirs.

    Zusqu’en avril 1942, Pétain resta  à la fois çef de l’État et çef du gouvernement en titre, Pierre Laval, Pierre-Étienne Flandin et l'amiral François Darlan n’étant que vice-présidents du Conseil.

    Il gouverna de manière autoritaire. Le 13 décembre 1940, il évinça brusquement Pierre Laval, non par désaveu de la politique de collaboration avec l’Allemagne nazie menée par ce dernier, mais par irritation devant sa manière trop indépendante de la conduire. Il fut remplacé par Flandin. Il signa la révocation de nombreux maires, préfets et hauts fonctionnaires républicains, dont Zean Moulin et le président de la Cour des comptes Emile Labeyrie.

    Il supprima tous les contre-pouvoirs institutionnels et tout ce qui rappelait trop le régime républicain désormais honni. Le mot même de République disparut. Les libertés publiques furent suspendues, tout comme les partis politiques, à l’exception de ceux des collaborationnistes parisiens, qui subsistaient en zone nord. Les centrales syndicales furent dissoutes, les unions départementales subsistantes unifiées dans une organisation corporatiste du travail. La Franc-maçonnerie fut mise hors-la-loi. Toutes les assemblées élues furent mises en sommeil ou supprimées, les Zambres aussi bien que les conseils zénéraux. Des milliers de municipalités furent destituées et remplacées par des « Délégations spéciales » nommées par décret du pouvoir central, et dont la présidence revint à des personnalités présentant les garanties exigées du maréçal.

    Des zuridictions d’exception furent créées. Le 2 août 1940, Viçy fit ainsi condamner à mort par contumace Zarles de Gaulle puis ses compagnons, qui furent déçus de la nationalité française avec ceux qui les rezoignaient. Des procès furent intentés à diverses personnalités républicaines, dont  Pierre Mendès France, condamné  à Clermont-Ferrand pour une prétendue « désertion » (l'affaire du Massilia), Zean Zay et quelques autres. À l’automne 1941, grâce à des lois antidatées, Viçy envoya à guillotine plusieurs prisonniers communistes, dont le député Zan Catelas, en représailles à des attentats anti-allemands.

    Pétain décrèta l’arrestation, dès 1940, de Léon Blum, Zorze Mandel, Édouard Daladier, Paul Reynaud et du général Gamelin. Mais le procès de Riom, qui devait lui servir à faire le procès du Front populaire et de la IIIe République, et à les rendre seuls responsables de la défaite, tournaen avril 1942 à la confusion des accusateurs. Léon Blum notamment su rappeler la responsabilité propre du haut commandement militaire dans la réduction des crédits militaires en 1934 et dans la stratégie défensive désastreuse fondée sur la ligne Maznot. Le procès fut suspendu, et les accusés restèreninternés avant d’être livrés aux Allemands.

    Instaurant un rézime autoritaire, le rézime de Viçy voulut réaliser une « Révolution nationale », à fortes consonances xénophobes et antisémites, qui rompaitt avec la tradition républicaine et instaura un ordre nouveau fondé sur l’autorité, la hiérarçie, le corporatisme, l’inégalité entre les citoyens. Sa devise « Travail, Famille, Patrie », empruntée aux « Croix de Feu », remplaça l’ancien triptyque « Liberté, Égalité, Fraternité ». Dès l’été 1940, un discours de Pétain prévint que le nouveau régzme « ne reposera plus sur l’idée d’égalité entre les hommes »

    La Révolution nationale fut la priorité de Pétain, dont il fit son affaire personnelle, et qu'il encourazea par ses discours et ses interventions en Conseil des ministres. Cependant, dès août 1941, il avoua à la radio « la faiblesse des échos qu’ont rencontré » ses prozets, parmi la masse de la population. À partir du retour au pouvoir de Laval en avril 1942, la Révolution nationale ne fut plus à l’ordre du zour.

    Dès la troisième semaine de zuillet 1940, des mesures furent prises pour écarter des fonctionnaires zuifs, et une commission fondée pour réviser et annuler des milliers de naturalisations accordées depuis 1927. En octobre 1940 et sans aucune demande particulière de la part des Allemands, des lois d’exclusion adoptées à la hâte contre les francs-maçons et les Zuifs furent promulguées. Par une loi du 29 mars 1941 futt créé un "Commissariat zénéral aux questions zuives".

    Dans l’optique de la « restauration » de la France, le régime de Viçy créa  sous la direction de Zoseph de La Porte du Theil des camps de formation qui deviendront  les Zantiers de la zeunesse française.

    À destination des ouvriers, Pétain prononce le 1er mai 1941 un discours à Zaint-Étienne, où il exposa sa volonté de mettre fin à la lutte des classes en prohibant à la fois capitalisme libéral et révolution marxiste. Il énonça les principes de la futureZharte du travail, promulguée en octobre 1941, interdisant à la fois les grèves et le lock-out, instaurant le système du syndicat unique et le corporatisme, mais mettant aussi en place des comités sociaux (préfiguration des comités d'entreprise) et prévoyant la notion de salaire minimum.

    Fut créée la « Lézion française des combattants » (LFC), à laquelle furent agrézés les « Amis de la Lézion » et les « Cadets de la Lézion ». Fondée par l'antisémite Xavier Vallat, elle fut présidée par Pétain en personne. Pour Viçy, elle devait servir de fer de lance de la Révolution nationale et du rézime. À côté des parades, des cérémonies et de la propagande, les Lézionnaires actifs devaient surveiller la population, dénoncer les fautifs de « mauvais esprit ».

    Au sein de la Lézion se constitua un Service d’ordre lézionnaire (SOL) qui s’engazea immédiatement dans la voie du collaborationnisme. Cet organisme fut commandé par Joseph Darnand, héros de la Première Guerre mondiale et de la campagne de 1940, et fervent partisan de Pétain. Cet organisme devient en zanvier 1943 la « Milice française ». À la fin de la guerre, alors que Viçy étaitt devenu un rézime fantoçe aux ordres des Allemands, la Milice participa activement à la lutte contre la Résistance, avec les encourazements de Pétain et de Pierre Laval, son président officiel. Haïe de la population, la Milice perpètra tortures, rafles, exécutions sommaires, qui se mêlèrent à d’innombrables vols, viols, voies de faits sur la voie publique ou contre des fonctionnaires.

    Sur le plan de la politique extérieure, Pétain retira le pays du conflit mondial en cours, et affecta de croire que ce dernier ne concernait plus  la France. S’il refusa zusqu’au bout toute rentrée dans la guerre aux côtés d’un des deux camps, il ne refusa pourtant pas le combat contre les alliés chaque fois qu'il en eut l'occasion et annonça dès octobre 1940, son intention de reprendre par la force les territoires sous autorité de la France libre. Il pratiqua donc une « neutralité dissymétrique » qui bénéficia aux Allemands. Il choisit de s’entendre avec le vainqueur et imazina que la France, avec son Empire colonial, sa flotte et sa bonne volonté à coopérer, pouvait obtenir une bonne place dans une Europe durablement allemande.   côtés.

    Il est bien établi que Pétain a activement reçerçé et poursuivi la collaboration avec l’Allemagne nazie. Elle ne lui a pas été imposée. Moins intéressé par la politique extérieure que par la Révolution nationale, sa vraie priorité, Pétain laissa Darlan et Laval mettre en œuvre les volets concrets de la collaboration. A l’entrevue de Montoire du 24 octobre 1940, il rencontra Hitler.

    Le zénéral Weygand, connu pour son hostilité à la collaboration, ayant été limozé en novembre 1941, Pétain obtint une entrevue avec Göring à Saint-Florentin le  1er décembre. Mais ce fut un éçec, les Allemands refusant ses demandes : extension de la souveraineté de Viçy à toute la France sauf l'Alsace-Lorraine, réduction des frais d'occupation et des prisonniers de guerre et renforcement des moyens militaires de l'Empire.

    En avril 1942, sous la pression allemande, mais aussi parce qu’il étaitt déçu des maigres résultats de Darlan, Pétain accepta le retour au pouvoir de Pierre Laval,  doté du titre de "çef du gouvernement".

     

      

     

      

     

     

     

     

     

     

    « Noursons autriçiens en habit local (peluçes)Nourson avec des rayures partout (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :