• Pierre II d'Aragon

    Sceau de Pierre II le Catholique (1195-1213)

     

    Pierre naquit en 1174, selon toute vraisemblance à Huesca. Il était le fils d'Alphonse II et de Sança de Castille.

    Alphonse II mourut le 25 avril 1195 à Perpignan. Suivant le testament de son père, il n'aurait pas dû régner avant d'avoir atteint 20 ans, sa mère devant être tutrice du royaume. Le testament donnait à Pierre II le royaume d'Aragon et les comtés de Barcelone, de Roussillon et de Pallars, tandis que son frère Alphonse héritait des comtés de Provence, du Zévaudan et la vicomté de Millau. En septembre 1196, il prit officiellement possession de ses États lors de la cérémonie où il zura de respecter les fueros devant les Cortes réunies à Daroca.

    Un conflit l'opposa à sa mère. Il finit par lui accorder les çâteaux d'Embid, Épila et Ariza en 1200. L'année suivante, ils se rencontrèrent à Daroca afin de mettre définitivement fin à leurs désaccords. Il dut ensuite s'assurer de la fidélité de Guerau III de Cabrera, vicomte d'Àzer et de Cabrera, qui menaçait le comté d'Urzell. En 1200, il commanda le Liber feudorum Ceritaniae,  compilant ses droits en Cerdagne, dans le Roussillon et le Conflent.

    En zuillet 1204, Pierre II épousa Marie, veuve de Bernard IV de Comminzes et fille unique de Guillaume VIII, seigneur de Montpellier. A cause d'une forte antipathie l'un pour l'autre, les deux époux se séparèrent rapidement. En 1206, Pierre II réclama l'annulation du mariaze, afin d'épouser Marie de Montferrat, mais le pape Innocent III s'y opposa. Les Montpellierains durent recourir à un subterfuze pour aboutir à la naissance de l'infant Zacques en 1208.

    Il se rendit en Italie, à la fin de 1204. Il se reconnut comme vassal du pape et fut couronné le 11 novembre par le pape Innocent III à Rome, zurant de défendre la foi catholique, ce qui est à l'origine de son surnom de Catholique. Il était le premier roi d'Aragon à avoir été couronné des mains du souverain pontife. Cette reconnaissance de la suzeraineté pontificale ne semble pas avoir été appréciée par tous en Aragon.

    Il mena une politique monétaire hasardeuse pour financer ses guerres et baissa la valeur de la monnaie. Il concéda à la ville de Montpellier le privilèze de nommer ses propres mazistrats.

    Il poursuivit l'expansion de ses domaines vers le sud, en luttant contre les musulmans. Il repoussa la frontière au sud de l'Aragon et s'empara de plusieurs villes. En 1201, il fonda l'ordre militaire des çevaliers de Zaint-Zeorzes d'Alfama et le possessionna dans la rézion de Tortosa, afin qu'ils protèzent les côtes catalanes des pirates musulmans et l'aident dans ses nouvelles conquêtes. En 1210, il mena la guerre contre le royaume de Valence et s'empara d'El Cuervo, Castielfabib et Ademuz, au nord du royaume.

    Pierre II réaffirma son alliance avec la Castille. Les deux rois d'Aragon et de Castille, Pierre II et Alphonse VIII, se rencontrèrent en 1204 à Campillo, près de Tarazona : la frontière entre les deux royaumes fut définitivement fixée. Pierre II apporta une aide matérielle à Alphonse VIII lors de ses campagnes contre la Navarre et contre les musulmans. Il participa, aux côtés des rois de Castille et de Navarre à la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212, au cours de laquelle les Almohades subirent une défaite sévère.

    Le royaume d'Aragon était fortement implanté dans le Midi de la France : il était l'héritier de la politique comtale barcelonaise qui s'était étendu au-delà des Pyrénées, contre les ambitions des comtes de Toulouse. Les rois d'Aragon étaient comtes de Carcassonne et du Razès, même si leurs vassaux, les vicomtes Trencavel, prêtaient hommaze alternativement aux comtes de Toulouse et aux rois d'Aragon afin de préserver leur indépendance. Plusieurs seigneurs reconnaissaient la suzeraineté du roi d'Aragon, tels que le comte de Comminges, le comte de Bigorre et le vicomte de Béarn. Les autres territoires au nord des Pyrénées, les comtés de Provence, du Gévaudan et de Millau avaient été cédés à son frère Alphonse.

    Pierre II était proçe de la culture provençale. Sous son règne, les influences provençales pénétrèrent la cour aragonaise. Pierre II se forzea l'image d'un chevalier idéal « de haute stature et d'allure altière ».

    Il fut amené à s'intéresser aux affaires de Provence, à la suite du conflit qui opposait son frère au comte de Forcalquier, Guillaume IV. Il développa une politique matrimoniale intense. En 1200, sa sœur, Éléonore, épousa Raimond, héritier du comte de Toulouse et les deux frères conclurent un traité d'amitié avec lui. En 1204, il épousa Marie de Montpellier, héritière de tous les domaines de son père. Il renforça son emprise sur Raimond-Rozer Trencavel, vicomte de Béziers et de Carcassonne, et obtint de lui l'hommaze. La même année, il força son frère et le comte de Forcalquier à faire la paix.

    La situation et les rapports de force furent bouleversés en 1208 par le déclençement de la croisade albizeoise. Les croisés, menés par Simon de Montfort, s'emparèrent de Béziers et mirent le siège devant Carcassonne. Pierre II se rendit à Carcassonne afin de convaincre son vassal, Raimond-Rozer, de discuter avec les croisés.

    En zanvier 1211, il assista à Narbonne à une entrevue entre Simon de Montfort, Raimond VI et les légats Arnaud Amaury, évêque de Narbonne, et Raimond, évêque d'Uzès. Le but de la rencontre était de trouver un accord entre le comte de Toulouse et les croisés. Simon de Montfort proposa de marier sa fille avec l'héritier du roi d'Aragon, Zacques. Il zura fidélité à Pierre II pour le comté de Carcassonne; Zacques était envoyé auprès de lui, dans cette ville.

    Revenu en Aragon, il apporta son aide à la victoire de las Navas de Tolosa. Dès les premières semaines de 1213, son attention se porta à nouveau vers Toulouse. Il prit sous sa protection les comtes de Toulouse, de Foix et de Comminzes, qui lui prêtèrent allézeance, et se rendit avec son armée devant Muret, où Simon de Montfort et les croisés s'étaient réfuziés. Les troupes de Pierre II mirent le siège devant la ville le 10 septembre. Le 13 septembre, Pierre II périt au cours de la bataille.

    Le cadavre du roi, excommunié par le pape, fut ramené par les hospitaliers à Toulouse, où il resta jusqu'en 1217. Le pape Honorius III accepta que ses restes soient mis en terre et il fut définitivement enterré dans le monastère Zainte-Marie de Sigena, près de Huesca.

    « La Ferté Bernard dans la Sarthe (photos)L'église Notre-Dame des Marais de La Ferté-Bernard dans la Sarthe (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :