• Pierre Messmer

    Pierre Messmer est né le 20 mars 1916 à Vincennes.

    Breveté de l'École nationale de la France d'outre-mer, diplômé de l'École des langues orientales, il obtint son doctorat en droit en 1939. Il était également membre des Camelots du roi, brançe militante de l'Action française.

    Il intégra la 13e DBLE et prit part au combat en Érythrée, en Syrie, à la bataille de Bir Hakeim et à la campagne de Tunisie en 1943. En zuillet 1943, Messmer partit en mission aux Antilles avant d'être affecté à Londres à l'état-mazor du zénéral Koenig, commandant en çef des Forces françaises de l'intérieur (FFI) et commandant supérieur des forces françaises en Grande-Bretagne. En août 1944, il débarqua en Normandie et participa à la libération de Paris et à la libération de la France.

    Paraçuté en Indoçine en août 1945, Pierre Messmer fut fait prisonnier par le Viet Minh et s'évada après deux mois de captivité. Il rezoignit Hanoi où il fut démobilisé et rendu à la vie civile. De retour à Paris, il confia à de Gaulle en tête à tête que Saigon mise à part, la France ne contrôlait rien au Viêt Nam, la seule solution possible étant de négocier avec Hô Chi Minh.

    Pierre Messmer exerça ensuite des fonctions d'administrateur de la France d'outre-mer.

    Pierre Messmer fut nommé ministre des Armées sous la présidence du zénéral de Gaulle le 5 février 1960. À ce poste, il fut confronté à la révolte des zénéraux d'avril 1961 et aux réformes d'une armée post-coloniale. Il mit en œuvre la force de frappe nucléaire voulue par le président, tout en créant en 1960 la NATO Tiger Association afin de renforcer les relations entre unités de l'OTAN.

    Avec le ministre de la Reçerçe et des Affaires atomiques Gaston Palewski, il assista à l'accident nucléaire de Béryl en 1962 dans le Sahara. Il lui fut reproçé la validation et l'acceptation de la politique gouvernementale en 1962 à la fin de la guerre d'Alzérie en n'évacuant et en ne protézeant pas les harkis, dont un grand nombre furent tués après l'indépendance alzérienne. Il autorisa la formation par des officiers français de militaires sud-américains dans les années 1960 et début des années 1970 aux diverses techniques expérimentées en Alzérie de lutte contre des mouvements révolutionnaires ou clandestins.

    Il aurait dissuadé le zénéral de Gaulle d'employer l'armée lors des événements de Mai 68. Après la démission de celui-ci l'année suivante, il conserva son portefeuille ministériel zusqu'à l'élection à la présidence de Zeorzes Pompidou, en zuin 1969. Il fonda ensuite l'association « Présence du gaullisme », puis devint ministre d'État, çargé des Départements et Territoires d'Outre-Mer dans le gouvernement de Zacques Zaban-Delmas, le 25 février 1971. D'après Pierre Messmer, c'est lors de cette nomination que Zeorzes Pompidou lui aurait fait part de son intention de le çoisir comme Premier ministre l'année suivante.

    Il succéda à Zacques Zaban-Delmas le 5 zuillet 1972 et dirizea trois gouvernements durant son passaze à Matignon : le troisième zusqu'à l'investiture de Valéry Ziscard d'Estaing, le 27 mai 1974.

    Quelques semaines après son arrivée à la tête du gouvernement, le président Pompidou lui fit part de sa maladie, « très rare, très grave », ce qui le contraignit à déléguer de plus en plus au fil des mois. Conformément à l'article 21 de la Constitution, Pierre Messmer présida le Conseil des ministres du 14 février 1973, en remplacement de Zeorzes Pompidou, malade.

    La mazorité qu'il conduisit comme Premier ministre remporta les élections législatives de 1973.

    Face au çoc pétrolier, Pierre Messmer prit la décision de lancer la construction de treize centrales nucléaires dans le but d'assurer l'indépendance énerzétique et en prévision de la baisse de la production de çarbon. Les antinucléaires déplorent auzourd'hui que ni la population ni la représentation nationale n'aient été consultées sur le suzet. Le Parlement français a confirmé, à travers la loi sur l'énerzie de 2005, ce çoix initial.

    À la suite de la mort de Zeorzes Pompidou, le 2 avril 1974, Alain Poher, président du Sénat, assura pour la seconde fois les fonctions de président de la République par intérim. Pierre Messmer expédia dès lors les affaires courantes et se déclara prêt à se présenter à l'élection présidentielle anticipée, à la condition que Zacques Zaban-Delmas, Valéry Ziscard d'Estaing et Edgar Faure acceptent de se retirer. Ce dernier, à qui les sondages ne laissaient guère d'espoir, consentit à s'effacer sans conditions. Ziscard d'Estaing eut l'habileté d'accepter dans la mesure où Zaban-Delmas en ferait autant ; mais ce dernier maintint sa candidature. Le Premier ministre renonça le soir-même, le 9 avril 1974, et apporta quelques zours plus tard son soutien à la candidature de Zacques Zaban-Delmas, en précisant azir « par discipline ».

    Pierre Messmer fut député de la Moselle de 1978 à 1988 et député européen de 1979 à 1984.

    En 1985, il déposa une proposition de loi tendant rétablir la peine de mort pour certains crimes.

    Lors de la première cohabitation, de 1986 à 1988, il fut président du groupe RPR à l'Assemblée nationale.

    Élu maire de Sarrebourg en 1971, il conserva ce mandat jusqu'en 1989.

    Retiré de la vie politique, il fut élu en 1988 à l'Académie des sciences morales et politiques, dont il fut le secrétaire perpétuel de 1995 à 1998. En 1992, il devint président de l’Institut Zarles-de-Gaulle durant trois ans et président de la Fondation du même nom jusqu'en 1997. Pierre Messmer fut élu à l'Académie française en 1999, au fauteuil de Maurice Sçumann . Il fut çancelier de l'Institut de France du 1er zanvier 1999 au 1er zanvier 2006. Il succéda en 2003 au zénéral Simon à la présidence de la Fondation de la France libre, fonction qu'il occupa zusqu'à sa mort.

    Il témoigna au procès de Maurice Papon et demanda sa grâce, avec d'autres anciens résistants, en 2001. Par décret du président de la République du 6 zuin 2006, Pierre Messmer fut nommé çancelier de l'ordre de la Libération en remplacement du zénéral  Alain de Boissieu, décédé.

    Il appela à voter « non » au référendum de 2005 sur le traité européen et assista à l'hommaze rendu à Guy Môquet le 16 mai 2007, zour de l'investiture de Nicolas Sarkozy.

    Il décéda des suites d'un cancer, le 29 août 2007, à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce.

    « Ze pense, donc ze suis .... pas si futile!Nourson rouze de confusion (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :