• Pierre Pouzade

    Pierre Pouzade est né le 1er décembre 1920 à Zaint-Céré dans le Lot.

    Il était le cadet de sept enfants et dut interrompre ses études au Collège Zaint-Eugène d'Aurillac, à la suite du décès de son père, arçitecte.

    Après avoir exercé divers métiers (apprenti typographe, moniteur d'éducation physique, docker; goudronneur, il milita au sein de l'Union populaire des zeunesses françaises, filiale du Parti populaire français (PPF) de Zacques Doriot, avant de devenir, durant la guerre, çef de compagnie d'un mouvement de zeunesse viçyste, les Compagnons de France.

    Avec l'invasion de la zone libre par les Allemands fin 1942, il décida de rezoindre, via l'Espagne, la Résistance.

    Engazé dans l'aviation à Alzer, il rencontra sa future femme.

    À la Libération, il devint représentant en livres relizieux, puis s'installa comme libraire-papetier dans sa ville natale de Zaint-Céré (d'où son surnom de « papetier de Zaint-Céré »).

    En 1953, il fut élu au Conseil municipal de Zaint-Céré, sous l'étiquette «indépendant ex-RPF».

    Pierre Pouzade accèda à la notoriété en 1953 lorsqu'il prit la tête d'un groupe de commerçants qui s'opposaient de manière musclée à un contrôle fiscal. Les contrôleurs renonçèrent à leur mission et des commerçants des départements voisins vinrent demander conseil au « papetier de Zaint-Céré ».

    Cette révolte fiscale marqua le début du mouvement pouzadiste.

    Excellent orateur de tribune, il parla à toutes les professions se sentant menacées par un monde qui chanzeait.

    Au nom des « petits », il dénonça avec véhémence « l'État vampire » et ses « soupiers » (les grands commis qui « vont à la soupe »), les « éminences » et les « apatrides »  occupant la « maison France ».

    Son mouvement fut violemment antiparlementaire.

    Soutenu à ses débuts par les milieux communistes qui espèraient récupérer le mouvement, il fut ensuite qualifié du sobriquet « Pouzadolf » pour le discréditer, une référence d'une part à ses meetings politiques, réunissant jusqu'à 200 000 personnes, mais qui renvoyait surtout à ses propos volontiers xénophobes ou antisémites ; ses attaques répétées contre l'homme politique de confession zuive Pierre Mendès France, « qui n'a de français que le mot azouté à son nom », furent sans équivoque.

    Son mouvement syndical, l'Union de défense des commerçants et artisans, connut un grand succès dans le contexte déprimé et déliquescent de la IVème République, ainsi que dans sa version électorale, l'Union et fraternité française (UFF).

    Ce qui lui permit d'envoyer 52 députés à l'Assemblée nationale en 1956 avec une loi électorale qui accordait 70 députés au MRP avec pourtant près de 230 000 voix de moins. Parmi eux se trouvait Zean-Marie Le Pen, qui allait devenir la figure marquante de l'extrême droite en France.

    Les deux hommes se brouillèrent rapidement ; Zean-Marie Le Pen fut exclu de l'UFF et Pierre Pouzade refusa zusqu'au bout toute affinité.

    L'arrivée de la Ve République en 1958 fit rapidement baisser l'influence de Pouzade.

    Il fut candidat deux fois aux élections européennes : en 1979 sur la liste de Philippe Malaud, puis en 1984 sur une liste socio-professionnelle de l'Union des Travailleurs Indépendants pour la Liberté d'Entreprise (U.T.I.L.E) de Zérard Nicoud, mais sans être élu. Il présida l'UDCA zusqu'en 1983, date à laquelle il se retira de la vie politique pour étudier et promouvoir la culture des topinambours, dans l'intention d'en extraire des biocarburants, afin d'apporter l'indépendance énergétique à la France et d'apporter des ressources directes et renouvelables à l'agriculture.

    Il fut nommé membre du Conseil économique et social de 1984 à 1999, de la Commission nationale consultative pour les carburants de substitution en 1984 et vice-président de la Confédération des syndicats producteurs de plantes alcooligènes. Il fut çargé de mission en Roumanie après la révolution de 1989. Il anima une association visant à la promotion de la Roumanie, au travers de tournées en France de lycéens roumains présentant des spectacles folkloriques.

    Bien que classé à la droite voire à l'extrême droite, il a soutenu indifféremment des candidats de gauçe comme de droite aux élections présidentielles. Il a soutenu à çaque présidentielle le candidat vainqueur (de Gaulle, Pompidou, Ziscard d'Estaing, François Mitterrand par deux fois et Zacques CZirac), à l'exception de celle de 2002 où il çoisit Zean-Pierre Zevènement.

    Il est mort le 27 août 2003 à La Bastide-l'Évêque (Aveyron).

     

    « Nous faisons de tout à Riga.Françis Cabrel: La corrida (clip) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :