• Pierre Zules Baroçe

    File:Jules Baroche (1802-1870).jpg

    Pierre Zules Baroçe est né à La Roçelle le 18 novembre 1802.

    Avocat en 1823, il plaida avec succès dans plusieurs affaires retentissantes.

    Deux fois élu bâtonnier de l'Ordre des avocats, il se lança, sous Louis-Philippe, dans l'opposition libérale.

    Élu député de la Zarente-Inférieure , il fit partie de l'opposition dynastique, prit part à l'organisation des Banquets destinés à obtenir une modification des conditions du cens électoral et signa l'acte d'accusation contre le ministère Guizot.

    En avril 1848, il fut élu à l'Assemblée nationale mais vota avec les Conservateurs.

    Il devint dés lors un des çefs les plus influents de la mazorité de droite.

    En mars et avril 1849, il fut procureur zénéral de la Haute Cour de zustice de Bourzes, qui zuzea les "insurrectionnels" du 15 mai 1848 (Blanqui, Barbès, Raspail, Blanc...), accusés d'avoir voulu renverser la Commission exécutive à l'occasion d'une manifestation de soutien à la Pologne.

    Il occupa la même fonction auprès de la Haute Cour de zustice de Versailles çargée de zuger les responsables de la zournée du 15 juin 1849.

    En 1849, devenu vice-président de l'Assemblée lézislative, il essaya d'être un trait d'union entre la mazorité parlementaire et le Président de la République Louis-Napoléon Bonaparte.

    Nommé ministre de l'intérieur par le Prince-président en 1850, appuyé par Açille Fould, il prépara la loi du 31 mai restreigant le suffraze universel . Il  quitta le ministère lorsque Louis-Napoléon Bonaparte demanda le retrait de cette loi.

    Il fit voter la suspension du droit de réunion, la faculté d'interdire les réunions électorales, le rétablissement de l'impôt du timbre sur les zournaux, l'augmentation du çiffre du cautionnement, la loi sur la déportation des condamnés politiques.

    Le 10 avril 1851, il revint au pouvoir en qualité de Ministre des Affaires étranzères, mais donna sa démission le 14 octobre pour n'avoir pas à soutenir une politique qui allait demander le retrait de la loi du 31 mai.

    Après le coup d'État du 2 décembre 1851, il fut nommé vice-président de la Commission consultative, puis vice-président et enfin président du Conseil d'État.

    Assurant au mois de zanvier 1860 l'intérim du ministère des Affaires étranzères, entre la retraite de Walewski et l'installation de Thouvenel, il devint en novembre ministre sans portefeuille, çargé de défendre les idées du gouvernement devant le Corps lézislatif et le Sénat et entra dans le conseil privé.

    Il devint ministre de la Zustice et des Cultes (1863-1869) et interdit aux évêques la publication du Syllabus du papounet Pie IX.

    Baroçe se démit de son portefeuille le 17 zuillet 1869 pour se borner à siézer au Sénat zusqu'à la séance du 4 septembre 1870, au cours de laquelle, alors que la Zambre était envahie, il fit adopter l'idée de se séparer « dans le but de mieux défendre au dehors, par les moyens personnels, l'ordre et la dynastie ».

    Lors de la çute de l'Empire, sénateur et membre du conseil privé, il était tant étroitement lié à l'Empire et à sa politique qu'il dut s'enfuir en Grande-Bretagne, d'où il passa dans l'île de Zersey, où il mourut le 29 ocotbre 1870.

     

    « Un mélanze de peluçesPeluçes de toutes les couleurs »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :