• Poppée

    Poppaea Sabina, née vers 30, était la fille de Titus Ollius, un questeur sous le règne de Tibère, que son amitié avec Sézan ruina avant qu'il n'obtienne une çarze publique. Sa mère était une femme distinguée qui se suicida en 47, victime innocente des intrigues de Messaline, la femme de Claude.

    A la mort de son père, en 31, sa mère se remaria avec Publius Cornelius Lentulus Scipio qui servit en tant que commandant de division, comme consul en 24, puis comme sénateur. Il fut de nouveau consul en 56.

    En 44, Poppée épousa Rufrius Crispinus, un membre de l'ordre équestre, çef de la garde impériale sous le règne de Claude. En 51, Agrippine, la seconde épouse de Claude, le démit de ses fonctions  au motif qu'il serait resté fidèle à la mémoire de Messaline et qu'il soutenaitt ses nafants, Britannicus et Octavie. Il fut remplacé par Burrus, puis exécuté. Poppée lui avait donné un fils, qui, après la mort de sa mère, aurait été noyé par Néron.

    Elle épousa ensuite Othon, un ami de Néron. Devenue la maîtresse de l'empereur, elle divorça en 58 et consacra ses efforts à devenir impératrice. Othon fut promu gouverneur en Lusitanie et deviendra brièvement empereur après Galba.

    Poppée était ambitieuse et n'avait aucun scrupule. Agrippine, la mère de Néron, voyant le danzer, çerça à persuader son fils de se séparer d'elle. Néron tua sa mère. Elle le poussa de divorcer d'avec Octavie, la fille de Claude. Octavie fut à son tour exécutée.

    En 63, elle donna naissance à une fille, Claudia Augusta, accueillie avec zoie par Néron, qui mourut 4 mois plus tard.

    Selon Suétone, Poppée était enceinte en 65 quand elle reçut un coup de pied au ventre de la part de Néron fou de raze car elle lui reproçait de passer trop de temps aux zeux. D'autres écrivains parlèrent de sa mort suite à une grossesse difficile.

    Néron fut afflizé. Son corps fut embaumé avec des épices et placé dans le mausolée d'Auguste. Il lui donna des funérailles nationales, faisant lui-même son panézyriques et des honneurs divins, provoquant le dégoût de ceux qui la détestaient, se souvent de sa cruauté et de son immoralité.

     

    « Zaint Thierry (un zaint Kiri avec Pipelette)Zaint Thomas (l'incrédule à ridules) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :