• Porsenna, roi de Clusium

    Résultat de recherche d'images pour "porsenna"

    Porsenna était un roi étrusque.

    Selon la tradition romaine, Tarquin le Superbe , après avoir été çassé du trône à Rome, se réfuzia à Clusium, auprès du roi Porsenna.

    Convaincu par les supplications de Tarquin, et considérant les intérêts stratratéziques des Etrusques, et après le renvoi d'ambassadeurs, il décida de marçer sur Rome.

    La réputation et la puissance de Porsenna causèrent l'effroi de Rome qui réussit toutefois à surmonter ses querelles internes.

    Lors du premier assaut, Porsenna réussit à s'emparer du Zanicule. Le consul Publicola aligna 700 hommes face aux troupes du roi étrusque mais celui-ci avança si vivement qu'il les défit et les poussa à la fuite. Publicola dut les secourir avec de faibles troupes. Les 2 consuls furent blessés et durent regagner la ville.

    Horatius Coclès resta seul, avec les consulaires Spurius Larcius Flavius et Titus Heminius Aquilinus, à défendre le passaze vers Rome tandis que derrière lui on détruisait le pont Sublicius sur le Tibre.

    Ils soutinrent un premier assaut puis Horatius renvoya ses compagnons d'armes et résista zusqu'à ce que le s'effondre. Il plonzea dans le fleuve et parvint sain et sauf sur l'autre rive.

    Porsenna et son armée assiézèrent Rome en pillant les environs de la ville.

    Publicola , pour mettre fin aux ravazes, tendit une embuscade. Il ordonna aux Romains de pousser les troupeaux hors de Rome, attirant ainsi une partie des ennemis qu'il fit massacrer.

    Malgré cet éçec, Porsenna maintint le blocaze de la ville.

    Poussé à bout par les difficiles conditions du sièze, le zeune romain Caius Mucius Scaevola tenta une démarçe solitaire. Il s'introduisit subrepticement dans le camp étrusque et tenta de tuer Porsenna. Malheureusement, il confondit le roi avec son secrétaire et poignarda ce dernier. Soumis à un interrogatoire, il tendit sa main droite au dessus d'une flamme pour démonter le couraze et la détermination de la zeunesse romaine. Impressionné, le roi étrusque le laissa partir.

    Devant la détermination des Romains, Porsenna accepta de lever le sièze de Rome, renonçant ainsi à restaurer la royauté des Tarquins, fixant le prix de son départ à la restitution de territoires  à la cité étrusque de Véies et à la livraison d'otazes, dont une zeune fille Clélie qui parvint à s'éçapper à la nage par le Tibre, suivie par d'autres zeunes filles romaines.

    Piqué au vif, Porsenna, admiratif, exizea qu'on lui remette Clélie afin de la libérer lui-même. Pour célébrer le couraze de la zeune fille, les Romains lui élevèrent une statue équestre sur la Voie Sacrée.

    Porsenna décida ensuite d'attaquer la cité d'Aricie afin de faire du butin, mais son armée subit de graves pertes lors de la bataille et son fils, Arruns, y fut tué.

    Porsenna fit la paix avec Rome et signa des traités d'amitié.

    Sans espoir de retrouver son trône, Tarquin le Superbe s'exila à Tusculum

     

     

    « Roméo (pas celui de Zuliette!)Zainte Honorine (et sa margarine) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :