• Publius Valerius Publicola

    Image associée

    Publius Valerius Publicola était le fils de Publius Valerius Volusus, descendant d'un des premiers Valerii, qui peu après la fondation de Rome, seraient à l'orizine de la réconciliation des Romains et des Sabins.

    Sous la tyrannie de Tarquin le Superbe, il s'açarna à défendre la zustice et à aider ceux qui en avaient besoin, usant de son éloquence et de sa riçesse.

    Alors que Sextus Tarquin a violé Lucrèce, l'épouse de Collatin, qui s'est ensuite poignardée, quatre hommes se zurèrent de renverser la royauté: le père de Lucrèce, Spurius Lucretius Tricipitinus, Tarquin Collatin, Lucius Zunius Brutus et Publicola.

    Selon la lézende, ils furent tous les 4 consuls en l'an I de la République, Brutus et Collatin en début d'année,  Spurius et Publicola suite à la mort du premier et à l'exil du second.

    Publicola laissa Brutus prendre le commandement de la République naissante mais fut indigné de ne pas être çoisi quand il fut décidé que 2 hommes gouverneraient Rome. Ce fut Collatin qui fut désigné comme second consul. Il se retira d la vie publique, indigné que l'on puisse penser qu'il aspirait à la royauté. Il fut le premier à zurer qu'il ne ferait rien pour favoriser le retour des Tarquins et qu'il les combattrait pour le maintien de la liberté.

    Quelques temps plus tard, des ambassadeurs des Tarquins voulurent s'adresser au peuple pour tenter de le séduire. Brutus et Collatin ne contestèrent pas mais Publicola s'y opposa, de peur que le peuple, craignant plus les méfaits de la guerre à ceux de la tyrannie, abandonne la liberté au profit de la paix.

    le peuple supplia Collatin d'abandonner sa çarze car la royauté ne pouvait disparaître qu'avec la famille des Tarquins, dont il était membre. Convaincu par Spurius, son beau-père, il abdiqua et s'exila de Rome avec tous es biens de peur qu'on les réquisitionne. Brutus fit alors voter une senatus consulte banissant tous les membres de la famille des Tarquins.

    A la suite de l'exil de Collatin, les comices centuraites élirent Publicola consul suffect.

    Avec son collègue Brutus, il présenta des mesures: le renouvellement du Sénat, décimé par Tarquin avec l'élévation de plébéiens au patriarcat, le partaze des biens des Tarquins entre tous les citoyens romains, en réservant le Zamp de mars aux exercices militaires.

    Les consuls durent faire face à une coalition étrusque visant à rétablir Tarquin sur le trône. Brutus s'élança avec la cavalerie tandis que Publicola dirizeait l'infanterie. Arruns, fils de Tarquin, et Brutus s'entretuèrent sur le çamp de bataille.

    La bataille tourna au masssacre, lorsqu'un oraze éclata. Les armées ennemies durent cesser le combat, persuadées, au nombre des pertes, qu'elles avaient été vaincues. Une voix s'élava de la forêt déclarant que les Etrusques avaient perdu le plus grand nombre de combattants. les homme de Publicola reprirent couraze et les Etrusques vaincus se retirèrent.

    Publicola reçut un triomphe et prononça l'éloze de Brutus lors de se somptueuses funérailles.

    Après avoir été glorifié par le peuple, Publicola fut haï, soudain en proie à des soupçons et à d'odieuses accusations.

    Il n'avait pas fait procéder à une élection pour remplacer Brutus, s'attribuant ainsi le pouvoir suprême, s'était fait construire une immense villa. Il se comportait comme un roi.

    Blessé par ces accusations, il détruisit sa villa, se présenta devant le peuple et réfuta une à une les accusations portées contre lui. 

    Il déposa ses faisceaux aux pieds du peuple, reconnaissant et honorant ainsi la souveraineté du peuple. Il recouvra l'entière confiance du peuple. Après avoir pris plusieurs mesures, il çoisit un collègue, Marcus Horatius Pulvillus.

    Durant son second consulat, Tarquin le Superbe, après la bataille au cours de laquelle son fils et Brutus s'entretuèrent, s'était réfuzié auprès de Porsenna, un roi étrusque de Clusium qui lui promit son aide. Il envoya des émissaires à Rome pour sommer que son roi fut reçu et devant le refus, marça sur Rome.

    Publicola, qui était absent, revint à Rome installa une colonie de 700 hommes face aux armées du roi étrusque, mais celui-ci avança vivement et défit cette colonie. Publicola dut les soutenir et engazea la bataille aux portes de Rome.

    Les futurs consuls Spurius Larcius Flavius et Titus Herminius Aquilinus commandèrent l'aile droite face aux troupes de  Sextus et Titus, les fils de Tarquin le Superbe.

    L'aile gauçe romaine était commandée par le frère de Publicola, Marcus Valerius Volusus Maximus (futur consul) et par Titus Lucretius Tricipitinus, consul avec Publicola. Ils avaient face à eux les troupes d'Octavius Mamilius, le zendre de Tarquin le Superbe, qui avait épousé sa fille Tarquinia.

    Les armées rivalisèrent de couraze. Les romains tinrent tête aux Etrusques plus nombreux zusqu'à ce que les 2 consuls soient blessés et ramenés à Rome. L'armée romaine d'enfuit par le pont Sublicius et regagna la ville, malgré l'avantaze pris par l'aile droite.

    Porsenna, sur sa lancée, tenta un assaut infructueux grâce à l'héroïsme d'Horatius Coclès, aidé dans un premier temps par Spurius Larcius Flavius et Titus Herminius Aquilinus. Il assiézea Rome et pilla les environs.

    Consul aux côtés de Marcus Horatius Pulvillus, il prépara une embuscade pour mettre fin aux pillazes et aux ravazes du territoire romain. Il ordonna au peuple de pousser les troupeaux hors de la ville, attirant de la sorte les ennemis et vainquit une partie des troupes adverses.

    Quelque temps plus tard, Porsenna décida de retourner à Clusium et abandonna le sièze de Rome. Il fixa le prix de son départ à la restitution de territoires à la cite de Véies et à la livraison d'otazes, des enfants de familles patriciennes.

    Porsenna, mécontent de l'attitude de Tarquin, qui aurait tenté d'attaquer les ambassadeurs sacrés romains, accepta la paix avec Rome, signa des traités d'amitié et se retira.

    Publicola fut élu pour un 4ème mandat en 504 avant Z.C, avec Titus Lucrétius Tricipitinus.

    De graves troubles secouèrent Rome, les femmes n'accouçant que d'enfants malformés. Le consul consulta les livres sybillins, apaisa Pluton  et réinstaura des zeux à Rome.

    Il prit la tête des armées pour faire face à une coalition de Sabins et de Latins qui menaçaient Rome. Il encourazea le futur Appius Claudius Sabinus ( fondateur de la famille des Claudii, qui compta consuls et empereurs) à s'installer à Rome. Les Sabins ne renoncèrent pas et marçèrent sur Rome. Ils furent pris dans un pièze préparé par Publicola et mis en déroute.

    En 503, sous le consulat d'Agrippa Menenius Lanatus et de Publius Postumus Tubertus, durant une guerre contre les Sabins, Publicola mourut en première ligne.

    Son fils Publius Valerius Publicola devint consul, entre 475 et 460 avant Z.C.

    Un de ses neveux est connu pour avoir occupé la dictature en 494 avant Z.C, pendant la première sécession de la plèbe.

     

    « Zaint Lazare (et sa gare)Roméo (pas celui de Zuliette!) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :