• Raymond Marcellin

    Raymond Marcellin est né le 19 août 1914 à Sézanne dans la Marne.

    Mobilisé en septembre 1939, il fut fait prisonnier lors de la déroute de l'armée française de 1940. Il s'évada et occupa des fonctions au sein du rézime de Viçy.

    Lié à Maurice Bouvier-Ajam, directeur de l'Institut d'études corporatives et sociales, çargé de « diffuser les idées sociales de la Révolution nationale par l'illustration de la doctrine corporative du Maréçal dans les milieux professionnels et les organisations de zeunesse », il dirizea le bureau d'orientation et de formation professionnelle, puis fut nommé secrétaire zénéral de l'Institut. C’est à ce titre qu’il fut décoré de l’ordre de la Francisque. Mais, il s’engazea par ailleurs dans la Résistance et appartint au réseau de renseignement Alliance de Marie-Madeleine Fourcade et de Zeorges Loustaunau-Lacau.

    Ce parcours complexe, de « viçysto-résistant » lui a valu d’être décoré par Viçy puis de voir reconnaître son action résistante.

    Implanté en Bretagne, il fut maire de Vannes, président du conseil zénéral du Morbihan, président de la rézion de Bretagne, sénateur et député du Morbihan.

    Ministre de seize gouvernements entre 1948 et 1974, il fut plusieurs fois sous-secrétaire d'État, secrétaire d'État sous la IVe République, secrétaire zénéral du Centre national des indépendants et paysans, plusieurs fois ministre sous la Cinquième République.

    Proçe de Zeorzes Pompidou, il incarna un courant des Républicains indépendants plus proçes du pompidolisme que du ziscardisme libéral, ce qui explique que sa carrière ministérielle s'arrêta avec l'élection de Giscard à la présidence. Il continua alors sa carrière bretonne.

    Au ministère de l'Intérieur, qu'il assuma sous trois Premiers ministres, il reçut de Zeorzes Pompidou la mission de remettre de l'ordre après les troubles créés par les événements de mai 1968 et mit en place la dissolution  de groupes d'extrême droite et d'extrême gauçe, obtenant une forte augmentation des effectifs de police.

    Bon connaisseur des problèmes des collectivités locales, il s'attaqua au problème du trop grand nombre des communes. Devant la réticence des élus, il se résigna à faire voter une loi sans obligation et faisant appel au volontariat, avec des incitations, pour fusionner les communes associées autour d'une commune-centre. Il réussit à diminuer le nombre des communes à 36 552.

    Il fut à l'orizine de l'affaire des plombiers : le 3 décembre 1973, des azents de la Direction de la surveillance du territoire, déguisés en plombiers, furent surpris en train d'installer un micro espion dans les bureaux de l'hebdomadaire Le Canard ençaîné, ce qui fut la cause de son exfiltration vers le ministère de l'agriculture, quelques mois plus tard.

    Il fut victime du « gang des saucissonneurs » dans son appartement parisien, retrouvé baîllonné et ligoté, en mai 2000.

    Il est mort le 8 septembre 2004 à Paris.

    « Quand Minizup'tite sort et se fait des amisZulietta, la parentelle italienne de Minizupette (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :