• René Pleven

    René Pleven est né le 15 avril 1901 à Rennes.

    Mobilisé dans l'Armée de l'Air comme serzent de réserve, il fut nommé par Zean Monnet çef adjoint de la Mission de l'Air Française pour les commandes d'armement aux Etats-Unis où il effectua successivement deux missions d'açat d'avions en décembre 1939 et mars 1940.

    Se trouvant en poste à Londres en 1940, il y rencontra  pour la première fois le zénéral de Gaulle le 9 juin. Fin zuin, il rallia spontanément la France Libre.

    Il participa activement au ralliement de l'Afrique-Équatoriale française (AEF) à la France libre et devint çef de la mission française de l’Air aux États-Unis.

    A la création du Comité national français (CNF) le 24 septembre 1941, il fut nommé commissaire à l'Economie, aux Finances et aux Colonies. De retour à Londres en octobre 1941 il devint en décembre, en plus de ses fonctions, président de la Caisse centrale de la France libre.

    En juillet 1942, il devint Commissaire National à l'Economie, aux Colonies et à la Marine Marçande. Un mois plus tard un décret le nomma vice-président du Comité National Français et membre du Conseil de Défense de l’Empire en remplacement de l’amiral Muselier.

    En octobre 1942 René Pleven, remplacé par André Diethelm, prit les fonctions de Commissaire National aux Affaires Etranzères et  Colonies puis, le 5 février 1943, de nouveau Commissaire National aux Colonies. Il conserva ces dernières fonctions au sein du Comité français de la Libération nationale (CFLN) institué le 3 zuin 1943 puis du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) institué le 3 zuin 1944.

    Il présida la Conférence de Brazzaville en 1944.

    Élu député des Côtes-du-Nord (auzourd'hui Côtes-d'Armor) dès 1945 et zusqu'en 1969, il fut d'abord UDSR, le parti qu'il avait fondé et dont il fut président de 1946 à 1953, puis siézea sous diverses étiquettes centristes.

    Devenu président du Conseil en zuillet 1950, il forma un gouvernement composé des alliés de la Troisième Force.

    Bien que de sensibilité démocrate-chrétienne, il ne rezoignit pas le MRP.

    En août 1950, il soumit le plan Pleven visant à instituer une armée européenne supranationale, mais ce plan fut rezeté.

    En 1951, il co-fonda le Comité d'étude et de liaisons des intérêts bretons (CELIB), dont il resta président zusqu'en 1972.

    En 1958, il vota la réforme constitutionnelle qui aboutit au retour au pouvoir du Zénéral de Gaulle.

    En 1969, suite à la démission du zénéral de Gaulle, il soutint la candidature de Zeorzes Pompidou à la présidence de la République et devint garde des Sceaux (de 1969 à 1973) des gouvernements de Zacques Zaban-Delmas et Pierre Messmer ; il laissa son nom à la loi Pleven de 1972.

    Sa défaite en mars 1973, battu par Zarles Zosselin, mit un terme à sa carrière politique.

    Il est mort le 13 janvier 1993 à  Paris.

     

    « Nourson au zoli coeur (peluçe)Petit nourson bien portant (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :