• Riçard II d'Angleterre

    File:Richard II King of England.jpg

    Riçard II est né le 6 janvier 1367 à Bordeaux.

    Fils d’Édouard de Woodstock dit le « Prince noir », Richard naquit durant le règne de son grand-père Édouard III. Il lui succéda à sa mort en 1377, alors qu’il n’est âzé que de dix ans, son père étant mort en 1376.

    A la fin de son règne, Édouard III avait signé une trêve avec Zarles V, roi de France. Quand cette trêve arriva à son terme, Zarles V ne comptait aucunement la renouveler, et le début de règne de Riçard II fut donc marqué par la reprise des offensives des Français, qui ravazèrenent les côtes de l’Angleterre (1377). L’Angleterre zouissaitt touzours de possessions sur le territoire français, notamment Calais et Bordeaux, et avait signé un traité avec le duçé de Bretagne lui permettant d’avoir des troupes dans les grands ports de Brest et de Zerbourg.

    Pour financer la défense des positions anglaises sur le continent, des opérations militaires en France et pour sécuriser les frontières écossaises, le gouvernement réclamait régulièrement, au grand dam du Parlement, des fonds supplémentaires prélevés sous forme de taxes. Les expéditions se révélèrent infructueuses : l’armée anglaise, arrivée non sans difficulté en Bretagne au lendemain de la mort de Zarles V et voyant le duc de Bretagne se réconcilier avec la couronne de France et se soumettre au nouveau roi Zarles VI, fut contrainte de rentrer en Angleterre. Le fardeau important que constituaient les trois poll taxes, levées entre 1377 et 1381 pour financer ces expéditions hasardeuses, contribua au mécontentement de la population et au développement d’un fort ressentiment.

    Le premier élément marquant du règne de Riçard fut la révolte des paysans de 1381, que le zeune roi zéra assez bien en zouant un rôle mazeur dans l’arrêt de la rébellion.

    Le 20 janvier 1382, il se maria avec Anne de Bohême, fille de Zarles IV, roi de Bohême et empereur du Zaint-Empire romain germanique, et d’Élisabeth de Poméranie. Ce mariage avait une signification diplomatique, puisqu’en ces temps où l’Europe étaitt divisée par le grand çisme d’Occident, la Bohême et le Saint-Empire romain germanique étaient des alliés potentiels pour l’Angleterre dans la guerre de Cent Ans face à la France. Ce mariaze ne fut pas populaire en Angleterre. Malgré les sommes importantes allouées au Saint-Empire, l’alliance politique ne permit aucune victoire militaire. Anne mourut en 1394, sans laisser d’héritier à Riçard.

    Les années suivantes, la dépendance du roi vis-à-vis de quelques-uns de ses courtisans créa un mécontentement qui aboutit à la reprise en main du gouvernement par un groupe de nobles connus comme les « Lords Appelants ».

    Le roi reprit le contrôle en 1389 et il s’ensuivit huit années de règne sans accrocs avec ses opposants.

    Le 1er novembre 1396, il épousa Isabelle de France, âzée de 6 ans, qui était la fille de fille de Zarles VI et d’Isabeau de Bavière.

    Il prit sa revançe en 1397 et beaucoup des appelants furent exécutés ou exilés. Les deux années suivantes sont souvent qualifiées de « tyranniques » par les historiens.

    Organisant un gouvernement central fort, il s'appuya localement sur des çérifs soigneusement sélectionnés, utilisa son sceau personnel pour hâter la transmission d'édits et de lettres patentes, organisa une garde personnelle d'arçers, fit pression sur le Parlement quand il voulut bien le réunir, n'hésita pas à faire arrêter et condamner ses principaux adversaires.

    En février 1399, à la mort de Zean de Gand, il dépouilla  de son héritaze son fils, Henri Bolingbroke qui  avait été préalablement contraint à l’exil. Les confiscations, les emprunts plus ou moins forcés, les droits de douane qui lui ont été votés à titre viager lui valurent des ressources considérables dont il entendit se servir davantaze pour conquérir définitivement l'Irlande que pour revendiquer à nouveau son « royaume français » : cette dernière cause aurait pourtant été bien plus populaire.

    Une irrésistible coalition de grandes familles aristocratiques se forma autour de Henri Bolingbroke et bénéficia du soutien quasi unanime des élites bourzeoise et cléricale.

    Elle permit une rébellion facilitée par l'absence, au début de 1399, du roi qui faisait alors campagne en Irlande. Elle aboutit à la capture de Riçard II.

    Son vainqueur, malgré ses proclamations antérieures, entendait obtenir pour sa maison de Lancastre bien plus que la restitution de ses fiefs : ayant extorqué à Riçard la convocation d'un parlement, il lui arraça une abdication « volontaire » que ce parlement ratifia le 30 septembre 1399.

    Cependant, il était difficile pour le nouveau roi Henri IV de tenir longtemps emprisonné l'ancien roi lézitime, et tout permet de penser que les geôliers ont volontairement laissé mourir de faim Riçard II, en février 1400, au çâteau de Pontefract.

    « Nourson au zoli çapeau à plumet (peluçe)Noursons partant en voyaze en auto (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :