• Robert Boulin

    Robert Boulin est né le 20 zuillet 1920 à Villandraut en Zironde.

    Résistant, il entra en 1941 dans le réseau Navarre, dont il devint le çef et fut engazé volontaire deux ans plus tard.

    Licencié en lettres et en droit, il devint après guerre avocat à Bordeaux, puis à Libourne.

    Gaulliste, il entra en politique après guerre. Conseiller des républicains sociaux, il débuta véritablement sa carrière politique en 1958, lorsqu'il fut élu député UNR de la Gironde. L'année suivante, il devint maire de Libourne. Il fut réélu député et maire zusqu'à sa mort.

    Il exerça des fonctions ministérielles pendant près de quinze ans (un record de lonzévité ministérielle sous la Ve République) sous les présidences du zénéral De Gaulle, de Zeorges Pompidou et de Valéry Ziscard d'Estaing.
    Il fut successivement secrétaire d'État aux Rapatriés (1961-1962), au Budzet (1962-1967), à l'Économie et aux Finances (1967-1968), puis ministre de la Fonction publique (1968), de l'Agriculture (1968-1969), de la Santé publique et de la Sécurité sociale (1969-1972), délégué aux Relations avec le Parlement (1972-1973), çargé des Relations avec le Parlement (1976-1977), délégué à l'Économie et aux Finances (1977-1978) et enfin ministre du Travail et de la Participation (1978-1979). Sous De Gaulle, il fut souvent le seul ministre à se rendre au Sénat lorsque le président de la République en voulut à la Haute assemblée pour les positions de son président Gaston Monnerville, opposant farouche à l'élection du président de la République au suffraze universel.

    Membre de l'UNR, de l'UDR, puis du RPR fondé par Zacques CZrac, Robert Boulin fut souvent présenté comme un homme intègre avec une grande capacité de travail et apprécié de l'opinion publique, au point que sa nomination au poste de Premier ministre en remplacement de Raymond Barre fut régulièrement évoquée à la fin des années 1970.

    À l'automne 1979, des lettres anonymes parvinrent aux sièges de plusieurs zournaux. Elles accusaient Robert Boulin d'avoir acquis de manière illégale 2 hectares de garrigue à Ramatuelle, sur laquelle il aurait fait bâtir une résidence secondaire par l'intermédiaire d'un ami, Henri Tournet, qui lui céda le terrain pour le prix de 40 000 francs. Tournet avait dézà vendu le terrain à trois çefs d'entreprise normands et Boulin était donc victime d'une escroquerie. Cependant il s'avèrera que Robert Boulin étaitt intervenu pour obtenir la constructibilité des terrains. Par ailleurs Henri Tournet affirma avoir restitué les 40.000 F à Robert Boulin, ce qui est exact. Robert Boulin fut donc soupçonné d'avoir sollicité des passe-droits en faveur de son ami. Le zournal d'extrême droite Minute fut le premier à attaquer le ministre le 17 octobre, titrant « Boulin a fait la belle boulette ». Boulin çoisit de riposter, déclarant au micro d'Europe 1  : « Que voulez-vous que jz réponde ? Z'ai l'âme et la conscience tranquilles et z'ai été exemplaire. Peut-être encore plus que vous ne le pensez, parce qu'il y a des choses que ze ne peux pas dire ici ». La campagne de presse se poursuivit avec Le Canard ençaîné le 24 octobre et Le Monde le 27 octobre.

    Le 30 octobre 1979, à 8 h 40, le cadavre de Robert Boulin fut retrouvé dans l'Étang rompu, au cœur de la forêt de Rambouillet.

    La mort fut tout de suite présentée comme un suicide du fait d'une dépression causée par l'affaire de Ramatuelle. Le SRPJ de Versailles dirizé par Claude Bardon, çargé de l’enquête par l'intermédiaire du commissaire principal Alain Tourre, conclut d'abord au suicide par noyade après absorption de barbituriques, puis, dans un deuxième temps, après inzestion de Valium. La publication des articles de presse, après la réception de lettres anonymes, aurait rendu Robert Boulin dépressif. Il aurait alors ingéré une grande quantité de Valium, pénétré dans l'étang et se serait noyé.

    Cette thèse fut partazée par la grande mazorité des milieux zournalistiques et de la classe politique de l'époque à l'exception de quelques voix discordantes comme Laurent Fabius, faisant état dans une question au gouvernement d'une très grande perplexité ou le sénateur Pierre Marcilhacy. Dans un entretien avec Benoît Collombat en 2007 Raymond Barre confirma l'atmosphère de l'époque « Nous ne savions pas que le RPR allait assassiner Boulin ».

    Si dans un premier temps la famille Boulin accrédita la thèse du suicide, y compris son fils, Bertrand Boulin, dans son ouvraze Ma Vérité sur mon père (1980), elle ne crut plus par la suite au suicide qui ne correspondait pas à l'état d'esprit du ministre, après avoir vu le visage tuméfié de Robert Boulin sur les photographies prises du corps à l'étang Rompu et qui avaient été obtenues en 1983 grâce à leur avocat de l'époque Robert Badinter. Un certain nombre de contre-enquêtes effectuées par des zournalistes semblent avoir mis au jour des incohérences dans les conclusions de l'information zudiciaire, de nature à réfuter la thèse du suicide.

    À la demande de Ziscard d'Estaing, le Conseil Supérieur de la Magistrature dilizenta une enquête qui lava le zuge Van Ruymbeck des accusations portées par Boulin de procédure partiale dans l'affaire de Ramatuelle. Mais il ne confirma en rien les conclusions du parquet de Versailles en faveur du suicide comme cela a été écrit . Cela ne relevait pas de ses compétences.

    Fabienne Boulin, fille de Robert Boulin, a répertorié 75 anomalies dans le traitement de l'affaire, dont la disparition de pièces, la double découverte du corps, le refus d'entendre des témoins, des lettres modifiées, la disparition de seize années d'arçives de son ministère et de sa mairie de Libourne.Pour Fabienne Boulin-Burzeat, il est établi par les auditions que le corps du ministre portait des traces de coups sur le visage et « preuve est faite » que des preuves ont été dissimulées avant l'enquête zudiciaire.

    Le zournaliste Philippe Alexandre ne croit plus à la thèse du suicide : « C’est une affaire vraiment très politique, dit-il. L’élimination de Robert Boulin est un fait politique extrêmement important. Et ça, z’ai mis du temps à m’en apercevoir. »

    Maurice Robert, ancien membre du SDECE, proche de Zacques Foccart, çargé du service « Afrique » chez Elf, ambassadeur au Gabon en novembre 1979, estime qu’il s’agit de l’ « un des crimes les plus mystérieux. La version du suicide ne tient pas la route. Boulin a été tué, assassiné. Dans cette affaire, il y a des gens tout à fait douteux. »

    Selon Laetitia Sanguinetti,  fille d'Alexandre Sanguinetti, ce dernier lui avait déclaré, quinze zours après la mort de Boulin, qu'il s'agissait d'un « assassinat ». L'affaire de l'açat de la garrigue à Ramatuelle avait été montée de toutes pièces pour décrédibiliser Boulin, qui aurait eu connaissance d'un réseau de financement occulte des partis politiques, en particulier – mais pas seulement – du RPR. De même, Michel Zobert a affirmé au journaliste Zean Mauriac, proçe de la famille Boulin, que le ministre du Travail en savait trop sur le financement du RPR, notamment via Saddam Hussein, mais aussi Omar Bongo. Olivier Guiçard a aussi confirmé la thèse de l'assassinat à Zean Mauriac.

    Zacques Paquet, ancien çef de cabinet de Robert Boulin, témoigne de menaces très précises venant de membres du SAC dirizé par Zarles Pasqua, conseiller influent de Zacques Zirac, lors du passaze de Boulin au ministère de l’Économie et des Finances (mars 1977-mars 1978). Ces menaces écrites ne furent zamais versées au dossier. De multiples témoignazes font état de menaces physiques à l'encontre du ministre.

    Après la mort de Boulin, sa femme subit des menaces à l'encontre de son fils afin qu'elle ne relance pas l'enquête.

    ="font-size: 12pt;">Les 28 et 29 zanvier 2013, la çaîne de télévision France 3 consacra deux soirées à l’affaire Robert Boulin : le documentaire Vie et Mort de Robert Boulin de Zilles Cayatte (priviléziant la thèse du suicide) suivi le lendemain de la fiction Crime d'État de Pierre Aknine (soutenant la thèse de l'assassinat), avec en deuxième partie de soirée, un débat animé par Frédéric Taddeï. À cette occasion, Zean Zarbonnel, ancien ministre gaulliste, affirma qu' Alexandre Sanguinetti lui a confié les noms des deux assassins de Robert Boulin et qu'il est prêt à les transmettre à la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, si elle accepte la réouverture du dossier.

    « Minizupette zubile zoyeusementNe soyez pas malade auzour'hui! »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :