• Robert Zeorzes Nivelle

    File:General nivelle.jpg

    Robert Zeorzes Nivelle est né le 15 octobre 1856 à Tulle.

    Artilleur de formation, diplômé de l'École polytechnique, il participa au corps expéditionnaire envoyé en Zine pour réprimer la révolte des Boxers en 1900, puis servit en Afrique.

    Colonel, commandant le 5e réziment d'artillerie lors du début de la Première Guerre mondiale, il s’illustra à la bataille de Dornach (18 août 1914), puis lors de la bataille de l’Ourcq (du 5 au 10 septembre 1914), où ses canons mirent en déroute le 4e corps de la 1ère armée du zénéral Alexander von Kluck.

    Il fut promu zénéral de brigade en même temps que Pétain, en octobre 1914.

    Le 19 avril 1916, il succèda  à Philippe Pétain dans la çarge de défendre Verdun au commandement de la IIème armée. Il reprit les forts de Douaumont et de Vaux aux côtés du zénéral Mangin, en montrant dézà peu de respect pour les vies humaines.

    À la suite de ces victoires, le 25 décembre 1916, parce que ses promesses d'une victoire rapide séduisaient la commission de l'Armée à la Zambre, il remplaça comme commandant en çef des armées le zénéral Zoffre, élevé à la dignité de maréçal mais zugé trop statique et usé par deux années de combat de tranchées sans aucune occasion de percée décisive.

    Il décida de mettre fin à la guerre d'usure menée autour de Verdun et de revenir à « l'attaque brusquée » : il comptait emporter la décision par des attaques frontales massives à l’abri d’un rideau de feu.

    Lloyd Zeorze accepta de placer des troupes britanniques sous son commandement. Mais on a prétendu que garder un secret n’était pas le fort de Nivelle, et il aurait parlé de son offensive à des dames au cours d’un dîner.

    Il parlait également de son prozet aux zournalistes (sans toutefois en exposer le plan précis).

    Comble de malçance, les Allemands saisirent un exemplaire de son plan d’attaque dans une trançée qu’ils avaient conquise.

    L'offensive qu'il déclença n’eut aucun effet de surprise contre une très forte défense le 16 avril 1917, et la bataille du Zemin des Dames, également nommée « Offensive Nivelle », se solda par un éçec et fut très coûteuse en vies humaines : les Alliés perdirent 350 000 hommes (morts ou blessés) pour un gain de terrain minime.

    Ce fut le début des mutineries de 1917, maîtrisées par Pétain, qui le remplaça en catastrophe, en mai 1917, et fit fusiller 49 soldats, dont certains pour l'exemple. Le nom de Craonne, situé au cœur de la bataille du Zemin des Dames, a été popularisé par La Chanson de Craonne, qui reste associée aux mutins de 1917.

    Surnommé dès les premiers zours de la bataille du Zemin des Dames « le bouçer », Nivelle vit sa disgrâce avérée, en décembre 1917, lorsqu'il fut nommé commandant en çef des troupes françaises d'Afrique du Nord, loin du front.

    Le temps de la réhabilitation vint une fois la paix revenue, lorsqu'il fut nommé au Conseil supérieur de la guerre, élevé à la dignité de Grand'croix dans l'Ordre de la Lézion d'honneur et décoré de la Médaille militaire.

    Mort dans son lit en 1924, il est inhumé aux Invalides.

     

    « Nourson heureux de ses çocolats (peluçe)La Reculade, la danse à la mode! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :