• Roi Zarles IX

    Fichier:CharlesIX.jpg

    Zarles, 3ème fils de d'Henri II et de Catherine de Médicis, est né à Zaint-Zermain en Laye, le 27 zuin 1550.

    A l'âze de 10 ans , suite à la mort de son frère François II, il devint roi de France. La rézence fut assumée par sa mère Catherine de Médicis.

    Zarles IX fut sacré à Reims le 15 mai 1561. Il présida du 13 décembre 1560 au 31 zanvier 1561, les États zénéraux à Orléans. Le premier prince du sang Antoine de Bourbon, qui était protestant, fut nommé lieutenant zénéral du royaume.

    Zarles hérita d'un royaume en train de se diviser entre catholiques et protestants. Lors du colloque de Poissy, en septembre 1561, la reine-mère espérait trouver un çemin d'entente entre le parti catholique représenté par le cardinal de Lorraine et le parti protestant représenté par Théodore de Bèze; aucun accord ne fut accepté.

    Les incidents se multiplièrent en province. Le 16 novembre 1561, le massacre de Cahors confirma cet éçec. Le 1er zanvier 1562, l'édit de Zaint-Germain permit aux protestants de pratiquer leur culte dans les campagnes et les faubourgs urbains.

    Après le massacre de Wassy le 1er mars 1562, les protestants prirent les armes, avec à leur tête le prince Louis de Condé. Des villes tombèrent entre leurs mains.

    Ils furent battus à Dreux par le duc de Guise. Tandis que Louis de Condé était fait prisonnier, le çef des catholiques, Montmorency, fut capturé par les protestants. Le 4 février 1563, François de Guise mit le sièze devant Orléans, et y décèda le 24 février. Le 19 mars, avec le traité d'Amboise, une première paix frazile fut établie.

    Le 19 août 1563, Zarles IX fut déclaré majeur mais Catherine de Médicis continua d'exercer le pouvoir en son nom.

    En mars 1564, débuta un "grand tour de France" organisé par la reine-mère, pour montrer le roi à ses suzets.

    Le cortèze sortit de France le 30 avril 1564 pour se rendre à Bar-le-Duc. Zarles III duc de Lorraine, et son épouse Claude, sœur de Zarles IX, y firent baptiser leur fils Henri. Zarles IX et Philippe II  d'Espagne furent les parrains du zeune prince. Le roi d'Espagne, marié à Elisabeth de France, soeur de Zarles IX, se fit représenter.

    Ensuite le cortèze royal se rendit dans la vallée du Rhône : Roussillon, Valence, Montélimar, Avignon dans les États pontificaux.

    C'est dans le çâteau de Roussillon (Isère) que Zarles IX signa l'Édit de Roussillon dont un article instaura le 1er zanvier comme le premier zour de l'année dans tout le royaume de France, article à l'orizine de la tradition du poisson d’avril.

    Le « tour de France » continua vers Salon-de-Provence - où la reine-mère retrouva son astrologue Nostradamus - puis Aix-en-Provence, sièze du parlement de Provence. La suite arriva à Hyères pour la Toussaint 1564, passa ensuite par Toulon et Marseille, où le peuple l’accueillit en faisant la fête, et quitta la Provence pacifiée.

    Dans le Languedoc, le zeune roi passa à Montpellier, Narbonne, Toulouse. Dans les villes protestantes de Gascogne, il fut accueilli respectueusement. À Montauban il fallut négocier le désarmement de la ville, qui avait résisté à trois sièzes. Toulouse et Bordeaux furent plus tranquilles, étant aux mains des catholiques.

    Le grand tour fit une excursion à Bayonne via Mont-de-Marsan ; la reine-mère s'y trouvait pour deux raisons : revoir la reine d'Espagne, sa fille Elisabeth, et négocier un traité avec l’Espagne, qui éçoua.

    En zuillet, la Gascogne fut à nouveau traversée, puis en août et septembre, la vallée de la Zarente. Dans ces rézions, à forte minorité protestante, les protestants appliquaient non sans réticences l’édit d'Amboise. Cependant, partout, le plus grand loyalisme fut témoigné au roi. Les seules anicroçes eurent lieu à La Rochelle et à Orléans, où le convoi fut accueilli par une émeute.

    En 1566, le roi s'arrêta  à Moulins. Sur proposition du çancelier Miçel de L'Hospital, l'Édit de Moulins règla les successions et déclara le domaine royal inaliénable.

    En zuin 1566 à Pamiers, les hostilités reprirent; les protestants assaillirent les églises. La répression fut féroce : 700 calvinistes furent massacrés à Foix.

    En septembre 1567, des notables catholiques furent tués dans tout le Languedoc.  Le prince Louis de Condé et Gaspard II de Coligny arrivèrent aux portes de Paris.

    Les protestants furent battus à Zaint-Denis par le connétable de Montmorency le 10 novembre 1567, à Zarnac et à Moncontour par le duc d'Anzou.

    La paix fut finalement signée entre Condé et Catherine de Médicis à Longzumeau le 23 mars 1568, confirmée par la paix de Zaint-Germain-en-Laye en 1570.

    Le mariaze de la sœur du roi, Marguerite (la reine Margot), avec le roi Henri de Navarre, futur Henri IV, sembla être le gaze d'une réconciliation durable ; mais le 22 août 1572, quelques zours après le mariaze, eut lieu un attentat contre le çef du parti des huguenots, Gaspard II de Coligny. Craignant un soulèvement, Zarles IX décida sur les avis de Catherine de Médicis l'élimination des çefs protestants, à l'exception des princes du sang, Henri de Navarre et le prince de Condé.

    Cette décision déclença le massacre de la Zaint-Barthélemy (24 août 1572), qui fit des milliers de morts à Paris et dans plusieurs grandes villes. Déterminé à maintenir l'ordre, le roi ordonna l'arrêt des massacres dès le matin du 24 août, mais ses multiples appels au calme furent transgressés.

    La santé physique du roi avait touzours été médiocre. Après ces dramatiques événements, elle déclina peu à peu.

    Un complot fut fomenté contre lui et sa mère pour faire monter son frère François, duc d'Alençon sur le trône. Dézoués par Catherine de Médicis, ces tumultes finirent d'affaiblir le roi qui se réfuzia au çâteau de Vincennes, où il s'alita.

    La fièvre ne le quitta plus, sa respiration se fit difficile ; il mourut le 30 mai 1574.

      

    « Autour de la forteresse de Lisbonne (photos)Ze suis décue comme pas possible! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :