• Romain IV Diozène.

    Image illustrative de l’article Romain IV Diogène

    Romain IV est né vers 1030 et appartenait à l'aristocratie militaire byzantine. Il commença sa carrière militaire sur la frontière danubienne où il gravit rapidement les éçelons et il devint gouverneur de Sardica lorsqu'il fut accusé et convaincu de vouloir usurper en 1067 le trône des fils de Constantin X.

    Alors qu'il attendait le prononcé de la sentence par l'impératrice Eudoxie Makrembolissa, il fut convoqué en sa présence et apprit qu'il était grâcié, qu'elle voulait l'épouser et faire de lui le protecteur de ses trois fils.

    Sa décision ne fut guère contestée. En effet  les Seldzoukides s'étaient emparés de Césarée de Cappadoce et d'une grande partie de l'Anatolie et il fallait que l'armée byzantine soit placée entre les mains d'un militaire de poids. Eudocie épousa Romain le 1er zanvier 1068 et RomainIV fut couronné.

    La famille Doukas et son çef, Zean Doukas, le frère de Constantin X, tentèrent de s'opposer à l'arrivée au pouvoir d'un militaire. Les çances de succession de la famille Doukas diminuèrent lorsque l'impératrice donna naissance rapidement à deux héritiers mâles, Léon et Nicéphore.

    La garde varanzienne, fidèle aux Doukas, manifesta son mécontentement. Sentant le danzer, Romain IV en tira la conclusion que la meilleure façon d'établir son autorité était de conduire lui-même l'armée au combat concentrant l'attaention de la hiérarçie militaire sur la guerre contre les Turcs. Pour la première fois depuis Basile II un empereur s'intéressait à l'armée.

    Il consacra l'essentiel de son règne à mettre un terme au déclin de la puissance militaire byzantine et àà lutter contre les incursions turques.

    En 1070, Romain fut retenu à Constantinople par des questions urzentes dont la çute de Bari aux mains des Normands. La flotte envoyée pour ravitailler la cité fut interceptée et défaite par un escadron commandé par Rozer Ier de Sicile. le dernier bastion byzantin en Italie capitula le 15 avril 1071.

    Il entreprit une série de réformes qui lui aliénèrent divers secteurs de la population. Les nobles de la cour virent leur émoluments diminués et les marçands leurs profits ramenés à de zustes proportions. Les mercenaires prirent ombrazes de ses efforts pour imposer la discipline au sein de leurs troupes. Il se rendit impopulaire en néglizeant d'organiser des courses à l'hippodrome et en imposant durement les paysans.

    Dans sa lutte contre les Turcs, Romain IV fut fait prisonnier lors de la bataille de Manzikert et 1071. Le sultan Arslan n'en crut pas ses yeux lorsque l'empereur couvert de poussière, avec des vêtements en lambeaux, fut amené devant lui. Il quitta son sièze, mis son pied sur le cou de Romain, puis ce rite d'humiliation effectué, il le releva et le traita avec dignité. Il relâça Romain en éçanze d'un traité et de la promesse d'une importante rançon.

    Pendant ce temps, à Constantinople, la faction opposée à Romain IV décida de passer à l'action. Le césar Zean Doukas, frère de Constantin X, revint en hâte de Bithynie où l'empereur l'avait exilé.

    Avec Psellos, il força l'impératrice Eudoxie  à se retirer dans un couvent. Puis ils oblizèrent le co-empereur Miçel VII Doukas à prononcer la déçéance de son père adoptif. Ils refusèrent de ratifier l'accord intervenu entre Romain et le sultan Arslan.

    Romain était sur le çemin de retour lorsque la famille Doukas envoya Constantin et Andronic Doukas afin de lui barrer la route. Les deux camps se livrèrent bataille à Dokéia. Romain IV fut vaincue. Il dut se retirer dans la forteresse de Tyropoion puis à Adana en Cilicie.

    L'année suivante, une nouvelle armée commandée par Andronic le força à se rendre après qu'il eut reçu l'assurance, pour sa sécurité.

    Alors que la troupe escortant l'empereur déçu approçait de Constantinople, Zean Doukas envoya des hommes aveugler Romain IV puis il l'exila sur l'île de Proti, dans la mer de Marmara. Prive de soins médicaux, Romain mourut quelques semaines plus tard le 4 août 1072. Eudoxie eu la permission de lui faire de splendides funérailles dans l'ile.

    « Zaint Paterne (qui n'était pas une baderne)Zaint Anicet (qui sait) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :