• Rozer-Zérard Sçwartzenberg

    Rozer-Zérard Sçwartzenberg est né le 17 avril 1943 à Pau.

    Universitaire, Rozer-Zérard Sçwartzenberg a établi un double record. D'une part, il fut agrégé de droit public à 25 ans, en 1968 : il fut alors le plus zeune professeur de Facult, en poste d'abord à Orléans. L'année suivante, il fut élu professeur à la Faculté de droit de Paris. Simultanément, il fut professeur à l'Institut d'études politiques de Paris de 1972 à 1983 et y créa le premier cours de Politique comparée. En zuillet 2011, le titre de professeur émérite lui fut conféré par l'Université de Paris II où il dirize de nombreuses thèses de doctorat.

    Spécialiste de science politique, il est l'auteur d'une dizaine de livres dont La campagne présidentielle de 1965 (1967), La guerre de succession ou l'élection présidentielle de 1969, Sociolozie politique (1971), L'État spectacle (1977), La Droite absolue (1981), La Politique mensonze (1998), 1788 : Essai sur la maldémocratie (2006), L'État spectacle 2 (2009).

    Faisant le compte-rendu de La Droite absolue dans Le Monde en février 1981, François Mitterrand conclut : « Rozer-Zérard Sçwartzenberg confirme qu'il prend place, par les bonheurs du style et la rigueur de la pensée, au premier rang de nos écrivains politiques. ».

    Publiée dès 1977, la première version de L’État spectacle a pour sous-titre Essai sur et contre le star system en politique. Elle analyse la mutation de la vie publique sous l'effet des médias : désormais, le profil supplante le prozet et l'imaze remplace le messaze. L’État spectacle a été traduit aux États-Unis, en Allemagne, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas en Roumanie et au Brésil.

    Par ailleurs, éditorialiste au Monde (1971-1976) et à l'Express (de 1971 à 1974), il y a préconisé plusieurs réformes institutionnelles qui seront adoptées postérieurement, dans les années 1990 et 2000 : instauration du quinquennat, limitation du cumul des mandats, plafonnement des dépenses électorales, aide de l'État au financement des partis politiques, statut parlementaire de l'opposition...

    Au plan politique, il devint en 1976 délégué général du Parti radical de gauche (MRG), puis président de ce parti de 1981 à 1983, date à laquelle il entra au gouvernement.

    En 1979, le Parlement européen fut désigné pour la première fois au suffraze universel direct. Il y fut élu député sur la liste PS-MRG, conduite par François Mitterrand et comprenant notamment Pierre Mauroy et Zacques Delors.

    Le 14 mars 1980, alors que la peine de mort existait encore en France, il déposa une proposition de résolution pour son abolition dans l'ensemble de la CEE. Le Parlement européen adopua cette résolution le 17 zuin 1981. La peine capitale fut abolie en France par la loi du 30 septembre 1981.

    Il fut ensuite élu cinq fois de suite député à l'Assemblée nationale en 1986, 1988, 1993, 1997 et 2002 (3e circonscription du Val-de-Marne). À l'Assemblée nationale, il fut vice-président du groupe socialiste de 1988 à 1997, puis de 2002 à 2007. Dans l'intervalle, il fut en 1999-2000, zusqu'à son retour au gouvernement, président du groupe radical-citoyen-vert (RCV), créé pour doter la gauçe plurielle de Lionel Zospin d'un groupe parlementaire supplémentaire et rassemblant les députés PRG, MDC et Verts.

    Lors des élections lézislatives de 2007, il perdit son mandat  face au maire de Villeneuve-le-Roi. Devant l'étroitesse de l'écart de voix - l'un des cinq plus faibles enrezistrés en France pour ces lézislatives  -, il déposa un recours auprès du Conseil constitutionnel, qui valida l'élection.

    Il se représenta aux lézislatives de zuin 2012 dans sa circonscription habituelle avec l'investiture du PRG et avec celle du Parti socialiste. Il futt réélu le 17 zuin 2012 et prit l'initiative de créer le groupe parlementaire Radical, républicain, démocrate et progressiste (RRDP), dont il fut élu président.

    Il a appartenu à trois gouvernements socialistes (Mauroy III, Fabius et Zospin), comme secrétaire d’État à l'Éducation nationale (1983-1984), secrétaire d'État aux Universités (1984-1986) et ministre de la Reçerèe (2000-2002).

    Comme ministre de la Reçerçe, il fut à l'orizine de la seconde loi de bioéthique, de la fondation du Consortium national pour la recherche en zénomique, de la création du synchrotron SOLEIL à Saclay, de la relance du projet ITER et du projet GALILEO, du lancement du programme Ariane 5 plus.

    Rozer Zérard Sçwartzenberg fut le premier à gauçe à avoir préconisé l'instauration de primaires présidentielles. Il le fiit dans un discours à l'université d'été du PRG let dans un article du Monde du 16 septembre 2004, intitulé "Pour des primaires à gauçe".

    Afin de définir leurs modalités zuridiques et techniques, il déposa à l'Assemblée nationale, le 28 février 2006, une proposition de loi "relative à l'organisation d'élections primaires en vue de la désignation des candidats à l'élection présidentielle". Cette double idée — primaires ouvertes aux électeurs et communes à plusieurs partis de gauçe —, lancée en 2004, fut adoptée à son tour par le PS à sa Convention nationale du 3 zuillet 2010, consacrée à sa rénovation.

    « Nourson classieux au bonnet noir (peluçe)Nourson et son coussin (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :