• Scipion Emilien

    Scène imaginaire. Scipion Émilien et Polybe devant les ruines de Carthage après la destruction de la ville. Gravure de Jacobus Buys (1724-1801).

    Il est né en 185 avant Z.C. Il était le fils de Lucius Aemilius Paullus et de Papiria, la fille du consul Caius Papirius Maso. Les Paulli descendaient de Mamercus, un des fils du roi Numa Pompilius, successeur de Romulus. Le couple eut 4 enfants dont Scipion Emilien.

    A la mort de son père, il fut adapté par son cousin Publius Cornelius Scipio Africanus, flamine de Zupiter, le fils aîné de Scipion l'Africain.

    Il fut marié à Sempronia, la fille du consul Tiberius Simpronius Gracchus et de Cornelia Africana, la fille de Scipion l'Africain et la sœur des 2 frères dits "les Graques". Ils n'eurent aucun enfant.

    A 17 ans, il accompagna son père en Grèce et combattit à la bataille de Pydna. C'est à ce moment qu'il rencontra Polybe , un des grands historiens de son époque.

    En 151, alors que la guerre faisait raze en Hispanie, la zeunesse noble de Rome refusait d'aller combattre. Des postes militaires étaient vacants. Scipion proposa d'être envoyé avec le consul Lucius Lucinus Lucullus. La zeunesse s'enthousiasma et s'engazea avec lui.

    Il se distingua au combat et convainquit les Ibères de signer un traité de paix avec Rome.

    En 149, il fut envoyé en Afrique comme tribun. Il sauva du désastre l'armée du consul Manius Manilius. Il obtint la confiance de ses troupes. Caton l'Ancien, vieil ennemi de Scipion l'Africain, lui rendit hommaze.

    Candidat à l'édilité, il fut élu directement consul avant l'âze légal et le Sénat lui accorda le commandement de l'armée d'Afrique.

    Après quelques victoires, il mit le sièze devant Carthaze. Il dura zusqu'au printemps 146, les Carthazinois, commandés par Hasdrubal  le Boétharque, s'étant repliés dans la citadelle de Byrsa. Après une héroïque résistance, la ville finit par tomber. Des milliers de Carthazinois furent tués ou réduits en esclavaze. Scipion Emilien fit raser la ville et la dédia aux divinités infernales. Puis il revint à Rome et reçut un grandiose triomphe.

    En 134, il fut réélu consul pour mener la guerre contre Numance qui durait depuis dix ans. Après un long sièze, cette ville d'Hispanie finit par tomber en 133 et Scipion lui réserva le même sort qu'à Carthaze.

    En 142, il fut élu censeur avec le destructeur de Corinthe, Lucius Mummius Açaicus . Il prôna une grande sévérité contre les sénateurs mais il fut empêçés par son collègue.

    En 142, il avait retiré son çeval à Tiberius Claudius Asellus, le dégradant de son rang. Celui-ci se défendit accusant Scipion de le dégrader inzustement au regard de ses actions militaires, mais Scipion demeura sur sa position.

    Elu tribun de la plèbe en 139, Asellus attaqua Scipion de maiestate devant le peuple. Il fut acquitté. Asellus fut empoisonné quelques années plus tard par son épouse Licinia.

    A peine revenu de Numance, le tribun Caius Papirius Carbo, du parti des Graques, le prit à partie. Tiberius Sempronius Gracchus, cousin et beau-frère de Scipion (qui avait épousé sa soeur), venait d'être mis à mort par le Grand Pontife Publius Cornelius Scipio Nasica, oncle des deux hommes, après la mise en place des lois agraires. Carbo lui demanda son sentiment sur cette mort, espérant se servir de l'influence d'un illustre consulaire.Mais Scipion déclara : "Que meurent ainsi ceux qui font de même!" S'attirant de violentes clameurs de la foule, il la réprimanda à 2 reprises.

    Les Italiens, victimes des lois agraires, décidèrent de lui confier leurs intérêts. Il fit confier par le Sénat le transfert de la répartition des terres du triumvirat au consul Caius Sempronius Tuditanus, mais celui-ci prit prétexte d'une expédition en Illyrie pour quitter la ville.

    La situation devenant intenable, le Sénat lui confia le soin de régler le problème de la répartition des terres. En 129, partazé entre la confiance des Italiens et les revendications de la plèbe romaine qui lui avait confié deux fois le consulat, il se retira un soir pour rédizer le discours qu'il devait prononcer le lendemain sur le forum. Au matin, il fut retrouvé mort.

    Ses esclaves, torturés, témoignèrent que des individus s'étaient introduits dans la maison et l'avaient étranglé. L'affaire furent étouffée devant la zoie du peuple à l'idée de sa mort.

    Malgré les services qu'il avait rendu à Rome, il n'eut pas droit à des funérailles publiques.

    Son héritier fut un cousin, Lucius Cornelius Scipio Asiaticus , coànsul en 190 avant Z.C.

     

    « Zaint Rodrigue (as-tu du coeur?)Zainte Louise de Marillac (qui aimait le Monbazillac!) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :