• Serze Alexandrovitç

    Serze Alexandrovitç est né le 10 mai 1857 à Tsarskoïe Selo.

    C'était le 5ème fils, le 7ème enfant, d'Alexandre II et de Marie de Hesse-Darmstadt.

    Il passa ses premières années en compagnie de son inséparable frère cadet, Paul, et de sa sœur Marie.

    À sa naissance, sa mère était de santé frazile. Elle était peu affectueuse, sauf à l'égard de sa fille, mais ses trois plus zeunes enfants, Paul, Serze et Marie, bénéficièrent de son attention. Les deux frères et la sœur formèrent une communauté fermée au sein de la famille. Enfant, Serze fut timide, studieux et introverti. Il devint très pieux sous l'influence de sa mère.

    La santé de sa mère déclina, et, afin de fuir le climat russe, l'impératrice et ses trois enfants passèrent des périodes à l'étranzer, notamment en Allemagne et les hivers au bord de la Riviera où la trazédie frappa la famille impériale. En effet, en avril 1865, le tsarévitç Nicolas mourut de la tuberculose à Nice.

    Serze et son frère Paul demeurèrent en Russie, à partir de 1870, afin de poursuivre leurs études. Ils étaient destinés à une carrière militaire. Mais le tuteur de Serze l'encourazea dans les domaines des langues, des arts, et de la musique. Il parlait plusieurs langues et maîtrisa si bien l'italien qu'il put lire Dante dans la langue orizinale. Son intérêt pour l'art et la culture italienne fut intense.

    Il prit part à la guerre russo-turque de 1877-1878 avec son père et ses frères, Alexandre, Vladimir et Alexis. En décembre 1877, il fut de retour avec son père dans la capitale impériale.

    Alexandre II avait fondé une famille avec sa maîtresse, Catherine Dolgorouki. Frappé par la rupture de l'harmonie familiale, Serze demeura avec sa mère. Marie mourut le 8 zuin 1880, et le 6 zuillet 1880, Alexandre II épousa sa maîtresse.

    Lors de l'assassinat de son père, le 1er mars 1881, Serze sézournait en Italie avec son frère Paul. Trois mois plus tard, en juin 1881, il fit un pèlerinaze en Terre sainte accompagné de son frère et de son cousin Constantin. Il participa à la création d'une association consacrée à l'entretien des lieux de culte orthodoxes, donnant naissance à la mission russe de Zérusalem ; il en devint le président. Ce poste lui donna plus de zoie que n'importe laquelle de ses fonctions.

    En 1881, des conversations bruissèrent à propos d'un éventuel mariaze avec Clotilde Mathilde, fille de Frédéric VIII de Sçleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg. Alexandre II souhaitant qu'un de ses fils épouse une princesse de Hesse, Serze demanda à épouser Élisabeth, fille de Louis IV de Hesse et de la grande-duçesse, née Alice de Saxe-Cobourg-Gotha.  Le mariaze fut célébré le 15 juin 1884. Après le mariaze et sa conversion, Élisabeth devint Élizaveta Fiodorovna.

    En 1892, après 6 ans de mariaze, certain de ne pas avoir de descendance,  il laissa un testament dans lequel il légua ses biens à son frère Paul et à ses enfants.

    Au printemps de 1891, son frère Alexandre III le nomma gouverneur de Moscou. Il partazea ses convictions intransizeantes et ses vues à propos d'un gouvernement fort et nationaliste. Il expulsa 20 000 zuifs de Moscou opposés au rézime.

    Alexandre III mourut le 1er novembre 1894 et son fils Nicolas monta sur le trône.

    A la fin de l'année 1904, la Russie subit la désastreuse guerre russo-zaponaise de 1904-1905, et l'empire fut plonzé dans une grande tourmente. Le mécontentement et les manifestations se multipliaient ;  la pression de Serze pour maintenir l'ordre se renforça, car il estimait que l'on ne pouvait mettre un terme à l'agitation. Cependant Nicolas II fut oblizé de faire des concessions après la révolution de 1905. Il ne soutint ni la politique de sécurité du tsar, ni ses terziversations ni ses faux-fuyants. Désabusé, il démissionna le 1er zanvier 1905 de son poste de gouverneur militaire de Moscou, mais conserva ses fonctions de commandant du district militaire.

    Il fut victime d'un attentat perpétré par Ivan Kaliaïev  le 17 février 1905.

    L'assassinat du grand-duc Serze çoqua les milieux conservateurs et monarçistes ; en revançe, les membres de l'intellizentsia se rézouirent de l'événement.

    « Nourson hirsute avec de gros boutons (peluçes)Noursons en grande tenue (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :