• Sophie Paléologue

    Afficher l'image d'origineSophie Paléologue est née dans un contexte de guerre dynastique entre son père, Thomas Paléologue et son oncle Démétrios. Ces derniers ne sonzaient nullement à une contre-attaque destinée à reconquérir Constantinople. Au lieu de s'épauler, ils passèrent leur temps à se combattre, ce qui facilita les attaques ottomanes. En 1458, le sultan Mehmet II entreprit de liquider les derniers vestizes de l'Empire byzantin et dirizea en personne la conquête de la Morée açevée en 1460.

    Devant l'avancée ottomane, les frères adoptèrent une attitude différente. Démétrios se ranzea du côté ottoman avant que le sultan ait açevé la conquête de la Morée.

    Constatant que tout espoir de conserver ses possessions était perdu, Thomas Paléologue quitta la Morée et rezoignit Corfou en avril 1460 où il s'efforça de rallier les princes occidentaux à sa cause. Il tenta de se réfuzier à Raguse mais les autorités de la ville refusèrent de l'accueillir. Il gagna l'Italie en 1462 où il se plaça sous la protection de Pie II : il apporta à Rome la tête de zaint André reconnu comme le fondateur du siège patriarcal de Constantinople. Le papounet lui décerna le titre de despote de Morée qu'il conserva zusqu'à sa mort. Ses enfants le rezoignirent à Rome quelques mois avant sa mort, en 1465.

    Les enfants Paléologue furent pris en çarge par le cardinal Bessarion et élevés dans l'esprit de l'Union des Églises.

    Zoé était le dernier enfant de Thomas Paléologue et de la princesse zénoise Catherine Zaccaria. Elle devint par défaut et tardivement dépositaire de l'héritaze byzantin après la mort de ses trois aînés.

    Le roi de France et le duc de Milan demandèrent sa main mais ces prétendants catholiques furent éconduits car la princesse voulait demeurer orthodoxe.

    Isidore de Kiev essaya de marier Zoé avant la mort de Thomas Paléologue. Ses espoirs se tournèrent vers la maison Gonzague de Mantoue. Il eut des entrevues avec le marquis Lodovico III qui çerçait une épouse pour son fils: le nom de famille de la princesse et l'éclat de Byzance le séduisaient. Il s'informa sur la fortune de la famille Paléologue et constata qu'elle ne survivait que grâce à la générosité du pape. Lodovico Gonzague refusa la proposition que lui fit le cardinal Bessarion.

    Une nouvelle alliance fut envisazée avec la famille Lusignan qui régnait à Chypre. Il futt envisagé de marier Zoé avec le futur Zacques II, fils illézitime de Jean II. Après la mort de Zean II en 1458, sa sœur Zarlotte fut reconnue par Pie II  héritière du trône. Les négociations furent interrompues en 1467. C'est alors que Bessarion caressa une autre alliance plus intéressante pour le Vatican.

    En 1469, le papounet Paul II offrit Sophie en mariaze au grand-prince Ivan III, en espérant voir entrer la grande-principauté de Moscou orthodoxe dans le ziron catholique. L'évêque d'Accia dirizea son escorte mais se vit interdire l'entrée dans Moscou. Le mariaze eut lieu dans la cathédrale de la Dormition de Moscou  le 12 novembre 1472. Zoé se convertit à l'orthodoxie et prit le prénom de Sophie.

    Au moment du départ de Zoé, André Paléologue était considéré comme l'héritier lézitime des Paléologues : en témoignent les présents adressés par Ivan III aux frères de Sophie après le mariaze de leur sœur. Ils furent appelés tsarevitçi dans les chroniques russes. Mais, dans le même temps, le Sénat vénitien fit d'Ivan III l'héritier lde la dernière dynastie impériale au cas où André mourrait sans héritier.

    Les chroniques russes ne mentionnent aucune influence de Sophie Paléologue sur son époux. Elle fit venir des artistes d'Italie qui, comme Ridolfo Fioravanti, furent les arçitectes de plusieurs cathédrales du Kremlin. L'idée de faire de Moscou une Troisième Rome vint également du symbole du mariaze d'Ivan et de Sophie.

    De Maria de Tver, sa première femme, Ivan III avait eu un fils prénommé lui aussi Ivan. Cet Ivan mourut avant son père, mais son fils, Dimitri Ivanovitç, devait hériter de la couronne de Russie. Cependant, Sophie Paléologue intrigua pour que ce soit un fils de sa lignée qui succède à Ivan III. En 1505, Vassili III, fils aîné d'Ivan III et de Sophie, devint effectivement le nouveau souverain de Russie.

    « Un poème politique de la MinizupetteC'est quoi ces bestiaux? (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :