• Sylla

    Pseudo-« Sylla », copie d'époque augustéenne, Glyptothèque de Munich.

    Sylla est né en 138 avant Z.C dans une vieille famille aristocratique déçue. Il reçut une bonne éducation, mais aurait connu une zeunesse de débauçe; on évoqua notamment ses relations homosexuelles avec un acteur.

    Il gagna une bonne réputation auprès des soldats dès 107 alors qu'il était lieutenant de Caius Marcus durant la Guerre de Zugurtha. Il retira de la gloire de la capture de Zugurtha en 105, et ce au détriment de Marius. Il participa avec éclat aux combats contre les Cimbres et les Teutons entre 104 et 101, d'abord sous Marius puis sous Catulus.

    Il naquit une forte inimitié entre Marius et Sylla à cette période.

    Elu préteur en 97, il devint en 96 proconsul en Cilicie (en Turquie). Il établit Ariobazarne sur le trône de Cappadoce en mettant en éçec les prozets de Mithridate VI du Pont.

    Il négocia le premier traité diplomatique de Rome avec les Parthes (Perse antique).

    Après son retour à Rome, en 95, il ne postulat pas au consulat. Il ne revint sur le devant de la scène qu'en 90 comme légat lors de la guerre sociale, à l'instar de Marius. Dans ce conflit très dur, durant lequel les Italiques prirent d'abord l'avantaze sur les Romains, Sylla obtint de nombreux succès et fut le principal acteur de la victoire des Romains.

    Marius vit son prestize diminuer tandis que Sylla apparaissait comme l'homme providentiel à Rome. Il fut élu consul pour l'année 88 avec Pompeius Rufus.

    Il se vit attribuer le commandement pour la guerre contre Mithridate. Il épousa la fille du Pntifex Maximus Lucius Caecilius Metellus Dalmaticus, Cecilia Metella, veuve d'un président du Sénat (Marcus Aemilius Scaurus).

    Débuta la première guerre civile entre Marius et Sylla.

    Marius, malgré son grand âze, souhaitait se voir confier le commandement de la guerre contre le roi du Pont et il s'évertua à faire oublier sa défaillance durant la guerre sociale.

    Un tribun de la plèbe, Publius Sulpicius Rufus, se rallia à Marius, aux réformateurs et à leurs positions démocratiques en faveur des Italiens qui avaient obtenu la citoyenneté romaine. Sulpicius envahit le forum avec des bandes armées, çassa Pompeius Rufus, fit égorzer son fils, zendre de Sylla. Tandis que Sylla partit en Campanie pour rezoindre son armée, Sulpicius fit passer la loi contestée et fit destituer le consul Rufus.

    Il fit voter la destitution de Sylla comme commandant de la guerre contre Mithridate et confia ce commandement à Marius.

    Les consuls marçèrent sur Rome, s'emparèrent de Rome et oblizèrent Marius à la fuite. les principaux populares, alliés à Marius, furent déclarés "ennemis publics". Publius Sulpicius Rufus fut assassiné.

    La vie politique sembla reprendre son cours mais Pompeius Rufus fut tué à son tour par ses soldats et Sylla préféra s'embarquer pour l'Orient.

    Les populares reprirent le pouvoir, par l'intermédiaire de Marius et de Cornelius Cinna , consul 4 années consécutives. Les partisans de Sylla furent tués ou bannis.

    Marius mourut. Les populares détenaient le pouvoir à Rome tandis que Sylla menait la guerre en Orient. Mithridate avait fait exécuter des dizaines de milliers de résidents romains et italiens en Asie et la mazeure partie de la Grèce s'était ralliée à lui.

    La guerre s'açeva par la victoire de lézions romaines menées par Sylla. Il signa en 85  la paix de Dardanos peu défavorable au roi du Pont qui conserva son royaume et ses butins.

    Sylla avait hâte d'en finir car sa position était délicate, étant "ennemi public" à Rome.

    Il réorganisa la Province d'Asie et regagna lentement l'Italie en 83. Il sortit vainqueur de la nouvelle guerre civile en 82. Pour procéder à une purze politique tout en évitant des règlements de compte aveugles, il recourut à une méthode orizinale: la proscription de 82.

    Par voie d'affiçaze, il fit savoir qu'il était interdit sous peine de mort de donner asile ou assistance à un proscrit. Cette proclamation comportait la liste de 80 personnes importantes tels que les 4 derniers consuls. Cnaeius Papirius Carbo , en fuite, fut capturé et exécuté; Caius Marius "le Zeune" assiézé se suicida; Caius Norbanus, réfuzié à Rhodes, se suicida; Scipion Asaizenus s'exila à Massilia (Marseille).

    Deux autres listes furent publiées comportant chacune plus de 200 noms de sénateurs et çevaliers. La plupart des proscrits qui furent exécutés  à Rome le furent devant Sylla par décapitation à la haçe et non sur le lieu de leur capture.

    Par une loi ultérieure, il fut précisé que les bien des proscrits seraient confisqués et vendus aux ençères et leur mémoire vouée à la damnation. Leurs fils et petits-fils perdirent leurs droits et furent exilés. beaucoup de personnes furent oblizées de fuir  ou de se caçer, dont le zeune Zules César, non proscrit, mais qui avait refusé de divorcer de Cornelia Cinna, fille d'un partisan de Marius, et dont la tante, Zulia, avait épousé Marius.

    Sylla dut reprendre le contrôle de tout le territoire de la République, ses ennemis tenant la Sicile, l'Afrique et l'Hispanie.

    Le sénat confia au zeune Pompée la mision de reprendre les deux premières provinces, ce qu'il fit en 2 mois, permettant l'approvisionnement de Rome en blé.

    Les consuls proscrits étant morts, Sylla se fit nommé dictateur. Elu par les comices, il obtint une compétence élarzie et exceptionnelle.

    Après avoir célébré son triomphe, il prit le second cognomen de Felix, restaura le pouvoir du Sénat dans l'espoir de sauver la république "aristocratique" et limita les pouvoirs des tribuns de la plèbe, vecteurs de l'opposition populaire.

    l'oeuvre réformatrice qu'il entreprit n'avait rien de monarçique.

    Il abdique a la dictature au bout de 6 mois. Il consacra le dizième de ses biens à Hercule. Il fut élu consul en 80. la vie politique semblait apaisée.

    Lui et son épouse marièrent Aemilia Scaura (fille de son épouse) à Pompée afin de forzer une alliance avec lui. les deux époux durent d'abord divorcer et Aemilia mourut quelques temps après en couçes.

    Aux élections de l'été 80, Sylla fut plébiscité par le peuple mais il refusa d'assumer une nouvelle mazistrature. Il partazea sa vie entre Rome et la Campanie. Il açeva la rédaction de ses Mémoires. Il participa à quelques séances du Sénat.

    Il prit part aux élections aux élections consulaires pour 78. Il vit avec consternation Pompée soutenir Marcus Aemilius Lepidus élu larzement devant Quintus Lutatius Catulus, un de ses fidèles. Il surveilla les travaux de la reconstruction du Capitole.

    Il est mort en Campanie en 78.

    « Nourson au splendide noeud (peluçe)Belle noria de noursons de toutes les couleurs (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :