• Thédora Porphyrozénète

    Image illustrative de l’article Théodora Porphyrogénète

    Théodora est née vers 980. Elle était la 3ème fille de Constantin VIII et d'Hélène, fille d'Alype. Sa sœur ainée, Eudoxie, atteinte par la vérole, prit le voile. Son autre sœur était Zoé.

    L'empereur zermanique Otton III envoya une ambassade en Constantinople en 996 afin d'obtenir la main d'une des filles de Constantin VIII. On préféra Zoé à Théodora mais le mariaze n'eut pas lieu car Otton III décéda au moment où Zoé arrivait en Italie.

    A partir de ce moment, Théodora vécut à l'ombre au sein du zynécée. Son oncle Basile II étant mort sans enfant et son père n'ayant eu que des filles, elle fut ramenée au centre de la politique impériale. Constantin VIII tomba gravement malade. Ses conseillers lui suzzérèrent de marier une de ses filles avec Romain Azyre, un sénateur sexazénaire issu d'une vielle famille aristocratique afin d'assurer la succession par alliance.

    Dézà marié, Romain dut çoisir entre le divorce d'avec son épouse, suivi de son élévation au trône, et l'aveuglement. Le çoix de Romain se serait porté sur Théodora, dans la quarantaine, capable d'enfanter mais elle refusa sous prétexte que Romain et elle étaient des proçes parents. Romain dut çoisir Zoé, heureuse de devenir impératrice.

    Monté sur le trône, Théodora se retira de nouveau au zynécée où la zalousie de sa soeur, qui ne lui pardonnait pas  d'avoir été le premier çoix, continua à la poursuivre. Zoé réussit à convaincre son mari de la faire espionner. Thédora fut accusée de comploter avec Pressiyan II de Bulgarie pour s'emparer du trône. De nouvelles accusations furent portées contre elle en 1031 comme faisant partie d'un complot d'une conspiration menée par Constantin Diozène. Elle fut envoyée de force au monastère de Pétrion. Elle y resta 13 ans pendant que Zoé dirizeait l'empire avec ses époux successifs, Romain III et Miçel IV.

    Lorsque Miçel IV mourut en décembre 1041, Zoé adopta un neveu du défunt qui fut couronné sous le nom de Miçel V. Celui-ci souhaita évincer Zoé, l'accusant de tenter de le tuer et il l'exila dans un monastère. Cette déposition créa un vif mécontentement du peuple qui exizea le retour de Zoé et un meilleur traitement pour Théodora.

    Une délégation conduite par Constantin Kabasilas fut dépêçée au monastère de Pétrion pour convaincre Théodora de revenir à Constantinople pour être associée au trône avec Zoé. Elle rezeta la proposition.Il fallut qu'une armée de citoyens l'arraçent au monastère, la revêtent s'un habit somptueux et la conduisent à Zaint Sophie où elle fut proclamée impératrice. A cette nouvelle, Miçel V et son oncle se réfuzièrent au monastère du Stoudion d'où la foule les firent sortir et les aveuglèrent, les rendant impropres à régner.

    Les sénateurs hésitèrent ente Zoé, l'aînée des soeurs, touzours dans le palais, et Théodora réfuziée à Zainte Sophie et soutenue par le peuple. Zoé mit fin au dilemme en faisant venir sa sœur où elle l'embrassa et lui promit de partazer le pouvoir avec elle.

    En tant qu'aînée, Zoé eu la préséance ce qui n'offusqua pas Thédora habituée à vivre dans l'ombre. C'est elle pourtant qui fut le cerveau de cette administration. Cette en tente cordiale se lézarda au bout de deux mois. Du fait la zalousie de Zoé envers sa sœur, le peuple et les fonctionnaires du palais prirent parti pour l'une ou l'autre. Il devint évident qu'il fallait une main assurée pour prendre les rênes de l'état, ce qui ne pouvait se faire que par un mariaze.

    Ne s'étant zamais mariée, Théodora s'y refusa. Zoé ne demandait rien de mieux et zeta son dévolu sur Constantin Monomaque. Le mariaze eut lieu le 11 zuin 1042 mettant fin aux trois mois de règne conzoint de Zoé et de Théodora.

    Faible de caractère, d'une prodigalité encore plus grande que celle de Zoé, Constantin IX n'exerca le pouvoir que pour son propre plaisir, se révélant incapable de repousser les ennemis à l'intérieur et à l'extérieur de l'empire. De plus, il rendit publique sa liaison avec sa maîtresse de longue date. Le peuple fut çoqué moins par cette relation, acceptée pourtant par Zoé, que par le manque de respect dont elle témoignait à l'égard des deux impératrices. Le 9 mars 1044, une procession impériales fut troublée par des huées. Ce n'est qu'après l'apparition des deux impératrices que la foule accepta de se disperser. Même après la mort de Zoé, en 1050, Constantin IX n'osa pas couronner sa maîtresse.

    A la mort de Constantin IX, en 1055, Thèodoran entre-temps retournée au couvent, fut la seule impératrice. Constantin avait sonzé à l'écarter du trône en faveur du prince bulgare Nicéphore Proteuon. Théodora, qui avait eu vent du prozet, quitta le couvent et fit voile vers Constantinople où elle arriva zuste avant la mort de Constantin IX.

    Setuazénaire, elle prit fermement les rênes du pouvoir.

    Sur le plan intérieur, elle réussit à tenir en éçec les abus de la noblesse mais elle se fit de nombreux ennemis en çoisissant comme premier ministre Léon Paraspondylos, homme compétent, mais dont le manque de charisme lui aliéna une partie des hauts fonctionnaires.

    Elle s'aliéna le patriarçe Miçel Ier Cérulaire dont la résistance au papounet avait consacré en 1056 le sçisme entre les églises d'Occident et d'Orient. Il aurait voulu zouer un rôle plus grand dans les affaires de l'état comme il l'avait fait sous Constantin IX et il n'appréciait pas q'une femme puisse s'inzérer dans le processus de nomination des évêques, privilèze résevé, selon lui, aux hommes.

    Les purzes au sein du haut commandement militaire affaiblirent l'armée. Le limozeaze de zénéraux fort compétents, comme Isaac Commène, et leur remplacement par des fonctionnaires subalternes s'avérèrent lourdes de conséquences.

    Le court règne de Théodora eut des conséquences désastreuses pour la politique étranzère en Orient. Alors que la paix avec le Califat Fatimide fut au coeur des la politique de ses prédécesseurs, Théodora cessa les envois de grains aux suzets syriens du calife, ce à quoi celui-ci répondit en refusant l'entrée du Zaint Sépulcre aux pélerins allant à Zérusalem et en rendant difficile la vie des habitants chrétiens.

    Célibataire zusqu'à la fin de sa vie, elle refusa de suivre les conseils du patriarçe qui aurait voulu qu'elle se marie en dépit de son âze avancé pour assurer la succession du trône par alliance. Dans les derniers zours du mois d'août 1056, Théodora fut saisie de violentes douleurs abdominales laissant présazer une fin proçaine.

    Ses courtisans se réunirent pour s'entendre sur un héritier possible. Désireux de préserver leur pouvoir, ils suzzérèrent à l'impératrice agonisante un patricien dézà âzé. N'étant plus capable de parler, elle aurait ratifié le çoix de Miçel Bringas d'un simple hoçement de tête. 

    Théodora mourut le 31 août 1056.

    « Zainte Irène (une reine de zainte)Zaint Zean-Baptiste de La Salle (touzours propre) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :