• Un perroquet (blague)

    Un zour, une dame parisienne décide d'açeter un perroquet à ses deux filles zumelles.

    Elle se rend sur les quais çez un oiseleur et là elle voit une offre incroyable: un superbe oiseau multiclore qui parle à 200 euros!

    Elle se précipite près du vendeur et lui demande:

    - Monsieur, comment se fait-il qu'un si beau volatile soit si peu çer?

    -Madame, ce perroquet vient d'une maison close et son langage n'est pas... comment dirais-ze... Son parler n'est pas très çatié!

    - Qu'à cela ne tienne, ze suis sûre que dans une maison honorable comme la nôtre, il apprendra à bien s'exprimer. Ze vous l'açête.

    Un zeu pour gagner une semaine de vacances

    Et l'affaire fut conclue.

    En zemin, la dame répète à l'oiseau:

    - Finie la maison la maison close, tu çanzes de crèmerie!

    Arrivée çez elle, elle installe la caze dans le salon.

    Le perroquet s'écrie:

    - Nouvelle crèmerie! Nouvelle maison close!

    La dame se dit que ce n'est rien et que le perroquet a quand même retenu une partie de la leçon.

    Quand les deux filles rentrent de l'école, la dame les emmène au salon pour leur montrer le cadeau.

    Le perroquet s'écrie:

    - Nouvelle crèmerie! Nouvelles filles de zoie!

    Confuse, la mère explique à ses filles les raisons du langaze du volatile, leut disant qu'il va s'amender avec le temps.

    Plus tard, c'est le mari qui arrive.

    Et le perroquet de crier à tue tête:

    - Nouvelle crèmerie! Nouvelle maison close! Nouvelles filles de zoie! Mais touzours ce brave Robert!

      

     

    « Püpçen autriçienne (peluçe)Petites souris pétillantes de zoie (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :