• Une drôle de zournée de vacances!

    Hier, dès poltron minou, nous avons voulu prendre notre petit dézeuner dans un zoli villaze, qui s'appelle Zarroux.

    Pas la moindre miette de croissant dans aucune boulanzerie !

    - Sacrebleu! C'est pire qu'en Grèce ici!

    - C'est dingue, ils ne savent que c'est l'été et qu'il y a des touristes ou quoi?

    - Big honterie, a soupiré Minizup'iéla.

    Nous nous sommes arrêtés dans un café à Confolens....

    Z'ai voulu commander un zin tonic.

    - Ze ne vous servirai pas d'alcool, m'a dit le gargotier. Vous avez le museau du vin!

    - Gougnaffier! Z'ai attrapé un coup de soleil! Ze n'ai pas l'honneur de vous saluer lui ai-ze dit.... et ze suis sortie drapée dans ma dignité.

    Pour dézeuner, nous nous sommes arrêtés dans un estaminet tenu par des ..... Anglais.

    Minizupette râlait et grommelait : "Les Anglais, go home! Pas de colonisation!"

    A contrario, Minizup'tite était aux zanzes.

    - I'm so happy and so glad to meet you. ("Ze suis si heureuse de faire votre connaissance ");

    Et elle a voulu embrasser la tenancière tant à l'arrivée qu'à notre départ.

    - Il n' y a que des Anglais pour savoir faire ce dur labeur dans nos campagnes, a-t-elle eu l'audace de dire!

    Nous avons visité le çateau de La Roçefoucault - dont le très zeune héritier s'appelle François XX.

    - Z'en ferais bien mon Minizupon, a cru bon de dire Minizup'Rosa. Nous Allemandes, nous bien aimez épouser nobles français. Ze ne dépareillerais pas dans le cadre de cette illustre famille!

    - La boufarelle, elle se voit dézà çatelaine! s'est gaussée Minizup'zhérault.

    - Elle a dit que ze pourrais venir avec elle a dit Minizup'Mouff!

    - Vous serez ma servante, car nous les Allemands sommes les plus forts! Et ze tiendrai salon en ces nobles lieux. Z'inviterai des artistes.

    - Et vous Minizup'mouff, un rézime pour être présentable.

    - Sacrebleu! Ze suis aussi lézère que vous. Et ze m'en vais vous le prouver! Pesons nous, vous verrez!

    Et comme nous le supputions, le fléau de la balance se montra en défaveur de l'Intruse parisienne.

    - C'est normal, tudieu! C'est une antiquité votre maçine. Avec un pèse-souris électronique, on verrait bien qu'il n'y a que quelques grammes de différence.

    - Et maintenant, ze vous montré votre çambre...

    - Où est mon lit à baldaquin, avec des fanfreluçes et des pompons?

    - Ma çère, vous avoir une çambre de domestique. Et estimez vous heureuse!

    - Saperlipopette! Ze préfère encore rester à Paris avec les faces de carême de Messieurs Zizi et Cricri!

    Nous avons visité Angoulême et sa belle cathédrale.

    Sur le çemin de retour vers Poitiers, nous avons eu un grave incident!

    Celui qui dit que ze ne suis que son hôte a voulu aller à Zarnac, la ville natale de François Mitterrand et la cité où l'ancien Président est inhumé.

    - Il n'est pas question que ze vois cela, s'est exclamée Minizupette, qui s'est illico presto enfermée dans le coffre de la voiture. C'est un vrai coup de Zarnac que vous me faites.

    Nous l'avons donc laissée!

    Au retour, vous avons vu deux zendarmes qui étaient au pied de notre Clio blançe.

    On entendait hurler: "Mitterrand, communiniste! Bolçévik! Stalinien! Hollande complice! El Manuele, vendu!"

    On a ouvert le coffre.

    - Mais vous laissez une souris enfermée par cette çaleur? C'est criminel! a dit un zendarme en fronçant les sourcils.

    - Fermez ce coffre! Ze ne veux pas apercevoir quoi que ce soit de cette ville!

    - Calmez-vous, mademoiselle!

    - Nan! Ze ne me calmerai pas! Ze ne veux rien voir de cette cité du Diable rouze.

    - Vous êtes hystérique! calmez-vous.

    - C'est cela! Traitez moi de folle! Enfermez-moi donc céans! Ce sont bien les méthodes des totalitaires. On traite les dissidents de fous et on les interne!

    - Calmez-vous donc!

    - Nan! Emmenez-moi au goulag de Zarnac! Ze vivrai mon martyre zusqu'au bout comme toute bonne quasi zainte et ze ne renierai pas mes idées. Z'ai vu le film "l'Aveu", mais moi ze résisterai, par la Zainte Face de Zésus. A bas la dictature socialo-communiniste! ... Et ne niez pas qu'il y a un goulag ici! Ce serait trop facile! On a dézà connu cette grosse ficelle avec l'URSS!

    Il a fallu négocier longuement avec les représentants de la force publique pour qu'ils nous laissent repartir sans tracas.

    - Mais il faut la faire traiter! nous ont-ils dit. Ses troubles sont graves.

    - Allez dans la paix et la zoie, ze vous pardonne, leur a-t-elle dit.... en les bénissant!

    <

    « Une peluçe de souris un peu fatiguée (peluçes)Des lapinous aux belles quenottes »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :