• Une puntion aussi inzuste qu'infâmante!

    Image du Blog didine66.centerblog.net

    Hier midi, z'étais vraiment toute contente d'aller dézeuner au restaurant, car z'avais grand faim.

    Comme de bien entendu, nous sommes allés à la pizzéria au çat, où nous nous rendons, sans dérogation aucune,  tous les samedis.

    Mais z'étais tant affamée que peu me çaudait!

    Ze m'étais dézà préparer le menu: une grande pizza quatre saisons, amplement garnie, un gros tiramisu aux framboises, le tout arrosé d'une belle et zénéreuse liçette de valpoliçella!

    Ze m'en pourléçais le museau et z'en bavais d'envie.

    Nous voilà installés.

    La serveuse, accorte, est venue prendre la commande.

    - Et pour Mademoiselle Minizupette?

    - Ze me contenterai d'une assiette de farfadelles aux noix de Zaint Zacques et d'une salade au thon en entrée, dit-elle de sa petit voix fluette et si fielleuse.

    - Et vous ? dit-elle s'adressant à moi.

    - Pour ma part, ze voudrais ....

    - Une trançe de pain, sans beurre, et une carafe d'eau, dit abruptement mon hôte.

    Ze ne savais pas où me mettre.

    - Vous faites un rézime de printemps? s'est exlamée l'Autre. Vous avez des kilos à perdre? Il me semblait bien que vous aviez quelque peu forçi ces derniers temps.

    Durant tout le repas elle m'a narguée.

    - Que ces pâtes sont succulentes. Ah! Ces Zaints Zacques, c'est quelque çose! Un petit Zésus en culotte de velours. On se croirait au bord de la lagune à Venise! "Gondolier, t'en souviens tu....". Vous ne savez pas ce que vous manquez, ma çère amie!

    Z'ai soupiré, mon ventre émettant des borborygmes.

    - C'est tout simplement divin! Mais sentez moi ce fumet, ma çère! Azouta-t-elle en remuant sa fourçette sous mon museau. C'est renversant! Mieux que dans la meilleure trattoria de la place Navone à Rome: O solo mio, sta 'nfronte a te.... Dommaze que vous vous préoccupiez de la sorte de votre ligne.

    Z'ai serré les dents.

    - Z'ai encore un creux! Mossieu Zizi, puis-ze commander une assiette de fromaze aux bons et merveilleux trous?

    - Mais bien sûr, ma mie. Et vous aurez même droit à une grosse coupe glacée avec de la çantilly! 

    Et elle s'est goberzée en me narguant, tout en taçant son tablier....

    - Et vous comptez poursuivre ce rézime quelque temps?

    - Assez, ze vous prie, a déclaré mon hôte. Elle est punie et...

    - Oh! Punie? Elle a encore fait une bêtise? a-t-elle demandé hypocritement.

    - Suffit! Elle sait de quoi ze parle. Voilà où conduit le mensonze.

    - Alors ça c'est vraiment vilain et inexcusable, en vétité. Qui ment un zour, volera demain un boeuf! C'est bien connu!

    Quand nous sommes rentrés dans c'te maison où on me torture avec une telle barbarie, ze suis allée me couçer.

    Qui dort dîne!

     

    « François AragoLedru-Rollin »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :