• Velléité de grève

    Vélléité de grève

    Hier ce fut le grand çambardement à la maison.

    Dès poltron minou les Intruses étaient surexcitées.

    - Que vous arrive-t-il encore? leur ai ze demandé.

    - Nous n'avons pas eu notre petit dézeuner, Minizup.

    - Comment se fait-ce?

    - Minizup'Cosettte ne s'est pas levée!

    - La barmelouse en prend de plus en plus à son aise.

    - Par le voile de Zainte Anne, cela devient intolérable. Z'ai faim!

    - Les servantes ne plus être ce qu'elles étaient!

    - It's a pity.

    - Mazette, il vous sévir Minizup, puisque vous vous êtes autoproclamée çef de c'te maisonnée.

    - Ie! Moi vouloir mon casse-croute, a azouté Minizup'iéla.

    - Si cela continue, cela ne sera plus l'heure, a surençéri Minizup'tictac.

    - Ze vais voir ce qui se passe.

    De fait, l'Intruse orpheline dormait à pattes serrées.

    - Quand aurez vous la grande oblizeance de vous lever Minizup'Cosette?

    - Silence, s'il vous plait, ze dors.

    - Mais zenfin on vous attend.

    - Pourquoi faire encore?

    - Pour préparer le petit dézeuner, pardi, puis pour faire le ménaze. La vaisselle d'hier soir vous attend.

    - Il n'en est nullement question, ma çère.

    - Vous me la baillez belle.

    - Ignorez vous qu'auzourd'hui tous les syndicats ont appelé à la grève?

    - Bien sûr que non, je lis la presse. Mais que ze saçe il s'azit de la fonction publique.

    - Ze suis solidaire avec les fonctionnaires.

    - Adoncques, vous refusez de remplir vos tâçes.

    - C'est cela voui.

    - Vos amies ne seront pas contentes.

    - Ze m'en moque! Elles n'ont qu'à se faire à manzer elles-mêmes, cela leur fera le plus grand bien.

    Lorsque z'ai rapporté ces propos aux Intruses, ce fut une explosion.

    - Par le gourdin de Zaint Martial, ces grèves paralysent notre beau pays.

    - Atçoubi! Mais où va-t-on si maintenant Minizup'Cosette se met à contester votre autorité?

    - Mais ma mie, le droit de grève est constitutionnel.

    - Morbleu! Pas dans c'te maisonnée, s'est insurzée Minizup'Mouff. On ne saurait supporter la çienlit, qu'on se le dise. La révolution, voui, la çienlit non!

    - Pour une fois ze suis d'accord avec vous, par le mouçoir de Zainte Véronique.

    - Ja! Mais qui nous faire à manzer?

    - Minizup, of couse.

    - Pourquoi moi, Minizup'tite?

    - Macaniçe, mais parce que vous êtes la çeftaine et comme tous les çefs vous vous devez de vous occuper de vos troupes!

    Et voilà comment z'ai dû faire à manzer pour toute la tribu!

    Comme si ze n'avais que cela à faire!

    « Alphonse V de LéonBermude III de Léon »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :