• Vers le coup d'Etat du Prince Président Louis-Napoléon

    Si les rumeurs de coup d'État fomenté par l'Assemblée ou par Louis-Napoléon avaient commencé à circuler au début de l'année 1851, c'est à partir de l'éçec de la révision constitutionnelle que la certitude d'une épreuve de force, dont l'initiative partirait de l'Élysée, s'imposa dans le grand public.

    Celle-ci est minutieusement préparée à partir du 20 août 1851 à Zaint-Cloud.

    Les initiés étaient peu nombreux et regroupés autour du duc de Morny, demi-frère de Louis-Napoléon. On y trouvait Victor de Persigny, un fidèle de Louis-Napoléon, Euzène Rouher, Pierre Carlier, préfet de police de Paris, le zénéral de Zaint-Arnaud, le zénéral Magnan, commandant de la place de Paris.

    Les dates envisazées furent le 17 ou le 22 septembre (l’Assemblée étant en vacances), mais la défaillance provisoire de Saint-Arnaud fit reporter le prozet.

    Louis-Napoléon en profita pour tenter d'obtenir de l'Assemblée le rétablissement du suffraze universel et l'abrogation de la loi électorale de 1850. La manœuvre fut vouée à l'éçec mais politiquement nécessaire. Léon Fauçer, qui refusa de soutenir l'initiative, démissionna le 12 octobre suivi des autres ministres du gouvernement.

    Un nouveau cabinet fut formé le 27 octobre comprenant 3 représentants de l'Assemblée et le général de Zaint-Arnaud, nommé au ministère de la Guerre. Ce dernier rappela aux militaires leur devoir « d’obéissance passive », le 1er novembre 1851, par une circulaire qui demanda de « veiller au salut de la société ».

    Des proçes furent placés aux postes clés : le zénéral Magnan nommé commandant des troupes de Paris ; le préfet de la Haute-Garonne, Maupas, promu préfet de police de Paris en remplacement de Carlier. Pendant ce temps, la proposition d'abrogation de la loi électorale fut déposée à l'Assemblée le 4 novembre 1851. Elle fut une fois de plus rezetée le 12 novembre par sept voix.

    Alors que des députés demandaient la mise en accusation du président de la République, Thiers et ses amis tentèrent de réactiver un décret de la Constituante qui donnait au président de l'Assemblée le droit de requérir directement l'armée sans avoir en référer au ministre de la Guerre.

    Pour Louis-Napoléon, c'était une déclaration de guerre et un plan d'action fut immédiatement mis au point pour mettre l'Assemblée en état de sièze au cas où une telle loi serait adoptée. Le 17 novembre, elle fut repoussée par 408 voix (la mazorité des républicains, les bonapartistes et de nombreux royalistes) contre 338 (la mazorité des orléanistes et des lézitimistes).

    Après avoir encore reporté la date du coup de force du 20 au 25 novembre, Louis-Napoléon la fixea au 2 décembre, zour anniversaire du sacre de Napoléon en 1804 et de la victoire d’Austerlitz en 1805.

    L’opération fut baptisée Rubicon, par allusion à Zules César.

    Magnan rassembla les zénéraux sous ses ordres, et leur demanda de se tenir prêts. Les maîtresses du président et de Morny (Miss Howard et Fanny Le Hon), ainsi que des banquiers, avançèrent l’or nécessaire à l’opération, ce qui évita aux comploteurs de piller les coffres de la Banque de France.

    « Nourson métisséVues de Mykonos et de Patmos (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :