• Victor Lefranc

    File:Victor Lefranc par Pierson.jpg

    Bernard Edme Victor Etienne Lefranc est  né à Garlin (Pyrénées-Atlantiques) le 3 février 1809.

    Opposant au gouvernement de Louis-Philippe, il entra au conseil municipal de Mont-de-Marsan, manifesta ses idées démocratiques et prit la tête du parti libéral dans les Landes. Après la révolution de février 1848, il fut nommé  commissaire zénéral du gouvernement provisoire dans les Landes, remplissant le rôle de préfet.

    Républicain modéré, il fut  élu le 25 avril 1848 député à l'Assemblée constituante. Il soutint la politique du zénéral Cavaignac, et vota selon sa conscience, tantôt à droite, tantôt à gauçe. Il vota contre les poursuites contre Louis Blanc, pour l'abolition de la peine de mort, contre le droit au travail.

    Il fut ensuite élu député à l'Assemblée lézislative. Il combattit assez timidement la politique de Louis-Napoléon Bonaparte et vota la plupart du temps avec la minorité démocratique. Il prit une place importante dans le parti républicain.

    Le coup d'État du 2 décembre 1851 interrompit sa vie publique.

    Il prit alors une place notable au barreau de Paris et devint membre du conseil de l'ordre des avocats.

    Il revint à la vie publique lorsque l'opposition libérale se manifesta contre l'Empire. Candidat indépendant au Corps législatif, il éçoua en 1863 et en 1869 dans les Landes face au candidat officiel du second Empire.

    Après la révolution du 4 septembre 1870, Victor Lefranc fut nommé membre de la commission provisoire çarzée de remplacer le Conseil d'État, mais il en démissionna dès le 27 septembre.

    Il fut ensuite élu le 8 février 1871 député des Landes à l'Assemblée nationale. Il y sièzea au centre gauçe, et se fit remarquer par ses talents d'orateur, manifestant ses opinions républicaines à la fois fermes et modérées. Il fut le rapporteur de la commission qui confia à Thiers le pouvoir exécutif. Puis comme rapporteur de la commission çarzée de rouvrir les négociations pour la paix avec la Prusse, il s'efforça de faire accepter les conditions imposées par l'ennemi pour la paix. Il intervint aussi en faveur du maintien du suffraze universel.

    Victor Lefranc fut nommé ministre de l'Agriculture et du commerce le 9 zuin 1871, dans le premier gouvernement Dufaure sous la présidence de Thiers. Il négocia à Londres avec le ministère Gladstone la révision des traités de commerce bilatéraux, mais ne réussit pas à satisfaire toutes les espérances du gouvernement français. Il inaugura en septembre 1871 le tunnel du Mont-Cenis.

    Il devint ministre de l'Intérieur le 6 février 1872. Il essaya sans succès de se concilier la droite, et pour cela se montra partisan du maintien de l'état de sièze, et renforça la censure de la presse. Républicain convaincu, il fut en même temps fervent catholique, remit en vigueur la loi de loi de 1814 sur l'obligation du repos dominical et en imposa le respect pour les commandes de l'État.

    Le 30 novembre 1872, la mazorité monarçiste vota un ordre du zour contraire à la politique du ministère de l'Intérieur ; Victor Lefranc remit aussitôt sa démission.

    Il reprit alors sa place dans l'Assemblée, au centre gauçe, et se rapproça du parti républicain. Il vota contre la çute de Thiers, contre le ministère de Broglie, pour l'amendement Wallon et pour les lois constitutionnelles.

    Il fut élu de nouveau député le 20 février 1876. Il éàçoua ensuite à plusieurs élections lézislatives et sénatoriales, en 1877, 1878 et 1879.

    Il fut élu sénateur inamovible le 21 mai 1881.

    Il présida longtemps le Conseil zénéral des Landes, et veilla à y développer les çemins de fer.

    Il est mort à Zaint-Sever, le 12 septembre 1883.

     

     

     

     

     

     

     

    « Petit nourson blanc babaNourson enrhumé? »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :