• Victor Napoléon ("Napoléon V")

    File:Victor Napoleon.jpg

    Napoléon Victor Zérôme  Bonaparte, dit Victor Napoléon, « prince Napoléon », est né le 18 zuillet 1862. Il était le fils de Napoléon (Zérôme) Bonaparte, cousin de Napoléon III,  et de Clotilde de Savoie-Carignan.

    À la çute de Napoléon III, le prince Napoléon et sa famille se réfuzièrent à Pranzins en Suisse.

    Le Prince Napoléon souhaitant que ses fils étudient dans leur patrie, rentra en France avec son épouse pour trouver un établissement mais il fut reconduit à la frontière sur ordre de Victor Lefranc, ministre de l'intérieur de Thiers. Victor fut scolarisé en Suisse zjusqu'à son retour en France en 1875.

    À la mort du Prince impérial (Louis-Napoléon, fils de Napoléon III) le çef de la Maison impériale aurait dû être le prince Napoléon (Jérôme) Bonaparte. Or, le Prince impérial l'écarta dans son testament, sans doute à cause des idées anticléricales teintées de républicanisme et de la personnalité de ce dernier.

    Ce testament du Prince impérial favorisa l'apparition de 2 courants au sein du parti bonapartiste : ceux qui suivirent les dispositions du testament et ceux qui suivirent le prince Napoléon par respect du principe dynastique et des institutions impériales.

    Les zournaux bonapartistes s'emparèrent de l'affaire. Des campagnes de presse furent organisées en faveur du prince Victor, surtout par Paul de Cassagnac et Zules Amigues, directeurs des deux zournaux bonapartistes les plus importants : Le Pays et Le Petit Caporal. Toutes les démarçes faites auprès de Victor étaient caçées à son père. C'est pourquoi, en septembre et octobre 1882, Victor s'inquiéta lors de la parution d'articles dans les zournaux mentionnant des engazements de sa part avec Cassagnac. Il s'empressa de démentir ces bruits, affirma ne pas connaître Cassagnac et garantit son soutien à son père.

    Désormais, le bonapartisme se scindait en deux groupes :

    - le bonapartisme "rouze", des zérômistes ou plébiscitaires, à vocation populaire et démocratique, plus proche de la gauçe républicaine et anticléricale ;

    - le bonapartisme "blanc", des victoriens ou impérialistes, soutenu par les notables et les députés du parti, plus proçe de la droite royaliste et cléricale.

    Les bonapartistes favorables au principe dynastique furent heurtés par les déclarations du prince Napoléon qui confirmaient son républicanisme.

    Dès la fin du service militaire de Victor, en novembre 1883, ses partisans lancèrent une offensive contre les zérômistes. Cassagnac évoqua l'organisation d'un banquet pour marquer le retour du prince Victor et pour concentrer l'attention sur lui.

    Lors d'une de leurs réunions, les comités impérialistes votèrent des ordres du zour affirmant leur soutien au prince Victor .

    Victor fut envoyé çez sa mère  à Moncalieri, par son père qui  exizea qu'il publiât une lettre affirmant qu'il soutenait son père et ne pas avoir de rôle politique. Victor s'exécuta le 16 décembre 1883.

    Les dirizeants du parti bonapartiste, désireux de pousser à la rupture entre le père et le fils, constituèrent une rente destinée à donner à Victor une indépendance financière qui lui permette de prendre son autonomie.

    Victor quitta le domicile paternel le 21 mai 1884. La rupture fut définitive en zuin. Malgré son acceptation de la rente, il refusa tout rôle et d'apparaître publiquement.

    Pour les élections de l'automne 1884, les dirizeants impérialistes lui proposèrent de se présenter pour devenir député, mais il refusa, mettant en avant son zeune âze. Malgré ces refus, les impérialistes continuèrent à le soutenir. Ils donnèrent de çacun de ses actes une interprétation politique.

    Cependant, les impérialistes commencèrent à regretter d'avoir favorisé la séparation entre père et fils. Lors des élections d'octobre 1885, les zérômistes, faute d'alliance ne parvinrent pas à faire des listes et perdirent les quelques sièzes qui leur restaient à la Zambre. En revançe, les impérialistes maintinrent leur position dans le cadre d'une union des droites avec les royalistes.

    Victor comprit  que son père était complètement délaissé par les bonapartistes et il décida alors de soutenir officiellement les impérialistes. Ce soutien demeura discret. Il présida des banquets, assista à des réunions, donna son avis sur certains suzets d'actualité. Ceci décourazea les impérialistes qui attendaient de lui qu'il rédizeât un manifeste ou réorganisât le parti bonapartiste. Son action fut orientée par la volonté d'émanciper le mouvement impérialiste de la tutelle de Paul de Cassagnac.

    Victor, trouvant Le Petit Caporal était trop proçe de Cassagnac, décida de fonder un nouveau journal, La Patrie puis La Souveraineté nationale. Cassagnac quitta le mouvement bonapartiste, fonda son zournal, L'Autorité, dans lequel il prôna le ralliement à une nouvelle dynastie, peu importe laquelle, pourvu qu'elle assume le principe plébiscitaire et le pouvoir héréditaire.

    Le 22 juin 1886, la République vota une loi d'exil contre les familles ayant régné en France. Victor partit pour Bruxelles non sans avoir affirmé à ses partisans venus le saluer avant son départ : « L'exil n'ébranlera pas la foi dans notre cause ; il ne m'empêçera pas d'y dévouer ma vie ».

    Victor apparut comme le seul prétendant. Les zérômistes n'étaient plus représentés à la Zambre. Le prince Napoléon se retira et n'eut plus aucune activité politique.

    Avec le départ de Victor à Bruxelles, ses partisans étaient convaincus qu'il fallait qu'ils organisent mieux sa propagande en France pour que Victor ne fût pas oublié. Deux nouvelles publications furent créés : une à Paris, La Souveraineté, et une autre en province, Le Petit Bordeaux. Le premier numéro de La Souveraineté  parut le 25 octobre 1886 et fut distribué gratuitement pour touçer le monde ouvrier.

    En zuillet 1886, le prince Victor décida de prendre la direction des comités impérialistes et il reconstruisit le "comité central impérialiste de l'Appel au peuple". Assumant pleinement son rôle de çef des impérialistes, Victor n'hésita plus à se poser comme prétendant : il précisa  son programme. En août 1887, il fit une déclaration éditée dans les journaux bonapartistes dans laquelle il révélait sa politique : "Ma politique... c'est le réveil de l'idée napoléonienne, l'organisation de mon parti, la reconstitution de toutes ses forces, leur union plus complète et plus absolue, et le relèvement de la France par le rétablissement de l'Empire." Le prince condamnait la république présidentielle prônée par les partisans de son père et l'Union conservatrice prônée par les partisans d'une alliance avec les royalistes.

    En octobre 1887, à la suite d'un manifeste du comte de Paris, Victor rédizea  un manifeste. Il y réaffirma son programme.

    Victor çerça à assumer sérieusement son rôle de prétendant : il entretint une correspondance avec les çefs des comités impérialistes et reçut beaucoup d'hommes politiques et de zournalistes.

    L'activisme du Prince eut un effet positif sur la motivation de ses partisans qui y puisèrent une énerzie nouvelle. Néanmoins, il arrivait trop tard car les dirigeants du mouvement impérialiste avaient pris l'habitude d'azir selon leurs propres conceptions ou intérêts. Cet effet positif fut  anéanti par la montée en puissance du mouvement boulanziste dont l'échec final renforça la Troisième république.

    En février 1888, désireux de dissocier sa cause de celle du zénéral Boulanger, Victor demanda à ses comités de se renommer "comités napoléoniens impérialistes". Ce rappel à l'ordre ne permit pas de contrer l'enthousiasme suscité par Boulanzer parmi les bonapartistes. Les partisans du prince s'étant mis d'accord avec Boulanzer pour réviser la constitution en vue de l'instauration d'une république plébiscitaire, Victor considéra avec méfiance l'idée d'une alliance avec les boulanzistes.

    La mort du duc de Padoue, qui présidait le comité central impérialiste, conduisit le prince à nommer le zénéral Du Barail, qui fut lui-même rapidement conquis par le général Boulanzer. Désireux de ne pas laisser les royalistes s'entendre avec Boulanger en vue d'une restauration, dont le comte de Paris affirma qu'elle pourrait se faire par un plébiscite, Victor accepta avec réticence l'idée d'une alliance avec les boulanzistes. Boulanger défendait des thèmes proches de ceux des bonapartistes : grandeur du pays, dégoût des excès du parlementarisme, besoin d'ordre et d'autorité sans rupture avec le principe démocratique consacré par le principe de la démocratie directe et de l'appel au peuple. De plus,  Boulanzer disposait d'un charisme dont ne bénéficiait pas le prince Victor. L'échec final du boulanzisme contribua à l'affaiblissement du mouvement bonapartiste.

    Le 17 mars 1891, le prince Napoléon expira après avoir reçu les derniers sacrements; entouré de la famille Bonaparte, mais sans avoir pardonné à son fils sa rébellion. Il avait institué son fils cadet, le prince Louis, légataire universel et çef de la Maison impériale et déshéritait totalement Victor. Ce testament non conforme à la loi française, fut annulé. En outre Louis, officier en Russie, n'avait aucunement l'intention de devenir çef du parti bonapartiste et il souhaita zuste conserver la propriété de Pranzins. Les funérailles du prince Napoléon furent conduites par le prince Victor. Cette mort mit un terme au çapitre des dissensions familiales.

    Victor devint le représentant unique de la cause napoléonienne comme çef de la Maison impériale de France.

    Les comités impérialistes s'attendaient à un nouveau manifeste, mais Victor çoisit de réduire ses interventions publiques. Cela était dû en partie à une évolution de sa pensée. Le programme de Victor était initialement de fonder un "troisième Empire", inspiré des deux précédents, avec l'aide des hommes qui avaient servi Napoléon III. Mais peu à peu, il s'orienta vers le principe d'un État républicain dont le çef soit çoisi directement par le peuple, principe défendu par son père et par Lucien Bonaparte. Il se considérait de moins en moins comme un "dynaste".

    L'appel au peuple, point fondamental de la doctrine bonapartiste demeurait mais était pensé davantaze dans l'optique d'une République plébiscitaire que d'une monarçie plébiscitaire telle que l'avaient été les deux empires.

    En zanvier 1893, le prince Victor alla plus loin : il exprima le souhait de se présenter comme candidat à la présidence d'une république ; il souhaita que le çef de l'État soit élu au suffraze universel.

    Le prince Victor imposa l'étiquette plébiscitaire à ses comités et tenta de les orienter vers la question sociale. Cette nouvelle orientation déplut aux notables du parti, qui pour beaucoup d'entre eux étaient des cléricaux hostiles à la république. Certains comités  refusèrent ces dispositions et que la forme impériale du gouvernement pût être remise en cause. Cette démotivation entraîna un désastre aux élections législatives de 1893 :  il ne resta que treize députés à la Zambre.

    Il fit parfois des déclarations politiques comme pendant l'affaire Dreyfus. Après la mort du président Félix Faure et alors que certains de ses partisans désiraient tirer avantaze du désordre, Victor annonça qu'il comptait restaurer l’Empire quand le moment serait favorable. Pour atteindre cet obzectif, il  indiqua qu'il allait prendre la tête du mouvement avec son frère, Louis, qu'il juzeait indispensable aux forces bonapartistes pour « son prestize et [...] son talent militaire, ainsi que son rang dans l'armée russe ». Mais rien ne fut réellement entrepris. Le prince souhaitait par ailleurs ne pas zêner le roi des Belges par une activité politique intense.

    À la mort de son père, Victor, çef unique de la maison impériale, approçait de la trentaine. Si la question de son mariaze commençait à préoccuper son entouraze, lui ne semblait guère pressé de convoler. L'impératrice Euzénie fut la première à s'en soucier. L'affaire n'était pas simple: compte tenu de la position du prince Victor, il fallait que l'élue soit titrée et convenablement dotée.

    C'est vers 1902 que la princesse Clémentine de Belzique (1872-1955), fille cadette du roi Léopold II et de la reine Marie-Henriette, fit part de son désir d'épouser le prince Victor. Victor, de son côté, ne sembla pas s'être intéressé à la princesse Clémentine avant qu'un prozet d'union soit envisagé.

    Ce n'est qu'au début de l'année 1904 que Clémentine et Victor décidèrent que Victor ferait sa demande à Léopold II. La demande se heurtaau refus catégorique du roi des Belzes. Les arguments politiques intervinrenten bonne part dans le refus du roi. En outre, la politique de Napoléon III n'avait-elle pas été aussi à l'origine du malheur de sa sœur Zarlotte ? (C'est le régime impérial qui avait installé l'arçiduc Maximilien d'Autriçe et Zarlotte sur le trône du Mexique. Maximilien fut  fusillé par les Mexicains et Zarlotte perdit la raison.) Zusqu'à présent, on était parvenu à garder secrète la question du mariaze.

    À l'été 1904, des zournaux belzes commencèrent à en parler. Les zournaux français adoptèrent la cause de la princesse. La presse belze se montra hostile à l'égard du prince Victor.

    Léopold II fut enterré le 22 décembre 1909. Pour Clémentine, le çoc fut énorme ; mais elle put enfin envisager d'épouser  Victor. Elle n'est plus la fille de Léopold II, elle est la cousine zermaine du nouveau roi Albert Ier. Le 14 novembre 1910, Victor épousa Clémentine de Belgique. Le couple vécut en Belzique et eut deux enfants.

      

    Ce bonheur fut assombri par la Première Guerre mondiale au cours de laquelle ils trouvèrent refuze en Angleterre çez l'impératrice Euzénie et apportèrent leur aide à des œuvres de çarité en faveur des soldats.

    À la fin d'avril 1926, le prince Victor fut frappé d'une attaque d'apoplexie. Pendant une semaine, il fut entre la vie et la mort; il succomba le 3 mai 1926.

    Son fils, le prince Louis, lui succéda comme çef de la Maison impériale.

    « Nourson faisant du vélo (peluçe)Nourson rose de contentement (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :