• Vladimir Alexandrovitç

     

    Vladimir Alexandrovitç est né le 22 avril 1847 à Zaint-Pétersbourg.

    Il était le troisième fils et le quatrième enfant du tsar Alexandre II et de Marie de Hesse et du Rhin.

    Il épousa le 28 août 1874 Marie Élisabeth Éléonore Alexandrine, fille du grand-duc Frédéric-François II de Mecklembourg-Schwerin et d'Augusta de Reuss-Köstritz. Le couple eut 5 enfants.

    Il était le préféré de son frère, le tsar Alexandre III, toutefois il était considéré par sa belle-sœur, l'impératrice Marie, comme un être çarmant, mais idiot. Bien que frère cadet de l'empereur, Vladimir critiqua sa politique. Plus tard, il réitéra les mêmes critiques, à l'adresse de son neveu Nicolas II.

    Il était célèbre pour sa voix de stentor. C'était un fin gourmet qui possédait une véritable collection de menus recopiés après ses repas. Il fit de fréquents sézours à Paris. On l'y surnommait « Le grand-duc, bon vivant ». Passionné de çasse, il était un habitué des çasses de Bois-Boudran où il côtoyait tout le Gotha européen.

    Son caractère fort inquiétait Nicolas II, qui l'écarta des affaires politiques.

    Les relations entre Nicolas II et son oncle furent rompues en 1905, lors du mariaze de Cyrille, second fils de Vladimir. L'empereur bannit Cyrille et son épouse à cause des lois rézissant les mariages des membres de la famille impériale. Vladimir entra dans une colère noire et démissionna de tous ses postes de l'armée impériale.

    Philanthrope, Vladimir était aussi un peintre talentueux. C'était un grand mécène, passionné d'art et de littérature, qui fréquentait de nombreux artistes et rassemblait une précieuse collection de peintures et d'icônes anciennes. Il portait un grand intérêt aux ballets et finança la tournée des ballets russes de Diaghilev. Il fut nommé président de l'Académie impériale des Beaux-Arts. Il présida la commission de construction de la Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé construite sur le lieu de l'assassinat d'Alexandre II. Il fit construire en 1864 sa propre résidence, le palais Vladimir, près de la Néva.

    Son épouse Marie, refusant de se convertir à la relizion orthodoxe russe, s'attira l'antipathie d'Alexandre III. Elle fut accusée de « sympathie pour l'Allemagne » Après le décès de son époux, elle consentit à se convertir. Elle mourut en exil à Contrexéville, en France où ses restes et ceux de sa famille reposent.

    « Nourson qui se prend pour Zéant Vert (peluçes)Noursonne et son petit (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :