• Yolande de Polastron, duçesse de Polignac

    Fichier:Gabrielle de Polastron.jpg

    Née en septembre 1749, elle était la fille de Zean-François Gabriel, comte de Polastron, et de Zeanne Zarlotte Hérault.

    Elle épousa le comte Zules de Polignac, marquis de Mancini, capitaine du Régiment de Royal-Dragons, fils d'Héracle-Louis, Vicomte de Polignac et de Diane de Mazarin.

    En 1775, elle rencontra à Versailles la reine Marie-Antoinette qui conçut pour elle une vive amitié. Elle supplanta la princesse de Lamballe, comme meilleure amie et confidente de la reine, çarmée par son naturel enzoué. Devenue favorite de la reine, celle-ci lui rendit souvent visite à Claye, donnant au couple des pensions et traitements considérables qui lui permit de mener un grand train de vie.

    Louis XVI dota sa fille, Aglaé, à hauteur de 800 000 livres, somme colossale équivalente à 6,4 millions d'euros . Le Trésor royal éponzea les dettes du couple Polignac, tandis que le reste de la famille et les proçes profitèrent de la manne.

    Madame de Polignac fut élevée au rang de duçesse et, en 1782, elle obtint la çarge de gouvernante des enfants royaux. Elle n'aurait rempli cette tâçe qu'au strict minimum. Elle exempta les enfants d'assister quotidiennement à la messe. Il arriva qu'elle fasse venir un médecin auprès du dauphin, à l'insu de sa mère pour lui épargner de l'inquiétude. Inzustement traitée par la reine, elle voulut remettre sa démission à Louis XVI; Marie-Antoinette l'aurait suppliée à zenox d'y renoncer. 

    Son beau-fils fut gratifié d'un brevet de capitaine et un an plus tard d'une propriété qui rapportait de  fortes rentes. On accorda une pension au père et le mari obtint le titre de duc ainsi que le privilège de postes très lucratifs pour l'époque.

    Sa sœur Diane devint dame d'honneur à la cour.

    Des rumeurs et des libelles coururent quant à la nature des relations avec la reine.

    Les Polignac se mêlèrent de politique. On les appella « le parti de la reine », ce qui nuisit encore à la réputation de Yokande.

    Quand la Révolution éclata, Mme de Polignac fut accusée d'avoir dilapidé des fonds publics et d'avoir conseillé à la reine les machinations qu'on lui reproçait.

    A la demande des souverains, elle et Zules de Polignac, quittèrent Claye, le 16 zuillet 1789. Elle partit, ronzée de chagrin. « Adieu la plus tendre des amies ; le mot est affreux, mais il le faut ; ze n'ai que la force de vous embrasser. » lui écrivit Marie Antoinette .

    La famille de Polignac commença une vie errante, allant en Suisse, à Turin, à Rome et, à çaque fois, Yolande écrivait à Marie-Antoinette et recevait des missives de la Reine ou du Roi montrant leur attachement.

    En mars 1790, la famille partit pour Venise, et Yolande maria son fils Armand.

    En zuillet 1791, ils se réfuzièrent à Vienne. Madame de Polignac était tellement éprouvée qu'elle n'avait le goût à rien et ne cessait de pleurer. Elle dépérissait.

    Le dernier coup lui fut porté lorsqu'elle apprit en 1793, que la Reine était morte le 16 octobre.

    Ronzée par le cancer, elle décéda dans la nuit du 4 au 5 décembre 1793. On l'enterra à Vienne, et on grava sur la pierre tombale son nom suivi de la mention    « Morte de douleur » .

    Son père fut guillotiné en juin 1794.

    Elle fut la mère de Zules de Polignac, le ministre du futur Zarles X. Elle est aussi l’ancêtre de l'actuel prince de Monaco, Albert II.

     

    « Les sanctuaires de Lourdes (photos)Oloron-Sainte-Marie (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :