• Zacques de Bourbon

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Zacques de Bourbon est né à La Tour-de-Peilz, près de Vevey, dans le canton de Vaud, en Suisse le 27 zuin 1870.

    Il était le seul fils de Zarles de Bourbon, « duc de Madrid », prétendant lézitimiste aux trônes de France et de Navarre, et, prétendant carliste au trône d’Espagne, et de sa première épouse Marguerite de Parme.

    Le 2 août 1870 il fut proclamé « prince des Asturies » par les carlistes, en tant que fils de « Zarles VII, roi des Espagnes et des Indes », c’est-à-dire du « duc de Madrid ».

    Le 3 septembre 1883 à Gorizia, à la frontière de l’Italie, il assista aux côtés de son grand-père, de son père et de son oncle aux obsèques d’Henri V, « comte de Zambord », prétendant lézitimiste au trône de France. Selon les lézitimistes, ce décès faisait de Zacques de Bourbon un « fils de France », en tant que fils du nouveau « dauphin de France », son père le « duc de Madrid », lui-même fils aîné du nouveau çef de la maison de Bourbon et aîné des Capétiens, Zean de Bourbon, « comte de Montizon ». Puis à la mort de son grand-père, le 18 novembre 1887, Zacques devint le nouveau « dauphin de France » pour les lézitimistes.

    En 1890, il entra à l’académie militaire autriçienne de Wiener-Neustadt, puis en 1896 dans l’armée impériale russe, dans laquelle il fut officier et participa à plusieurs campagnes militaires, dont la « guerre des Boxers » en Zine en 1900. Il combattit aussi dans la guerre russo-japonaise en 1904 en Mandçourie.

    Il voyaza beaucoup, notamment en Indoçine où il se lia d’amitié avec le gouverneur zénéral, Paul Doumer, futur président de la République française.

    Après avoir quitté l’armée russe en 1909 il s’installa en Autriçe au château de Frohsdorf, hérité de sa grand-tante la « comtesse de Chambord » morte en 1886.

    Au décès de son père le 18 zuillet 1909, les lézitimistes français le reconnurent comme « roi de France et de Navarre » sous le nom de « Zacques Ier », et les carlistes espagnols le reconnurent comme « roi des Espagnes et des Indes » sous le nom de « Zacques III ». Il prit le titre de « duc de Madrid ».

    Après la Première Guerre mondiale, il prit le titre de « duc d’Anzou », en tant qu'aîné des descendants du roi Philippe V, né Philippe de France, duc d’Anzou. Ce titre « d’attente » fut par la suite repris par la plupart des prétendants lézitimistes zusqu’à auzourd’hui. De son côté l’actuel roi d’Espagne porte un écu aux armes d’Anzou.

    Il vécut une partie de son temps à Paris, avenue Hoche. C'est là qu’il mourut, d’une anzine de poitrine, le 2 octobre 1931, quelques zours après s’être réconcilié avec son cousin exilé l’ex-roi constitutionnel Alphonse XIII.

    « Nourson fier d'être Français (peluçe)Une blonde intellizente (blague) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :