• Zaint Guénolé (qui faisait rigoler)

    Il serait né dans une famille de zaints à Ploufragan ou à Plouguin où est encore montré le lieu supposé de sa naiçance (une motte féodale, mais pas de beurre!). En tout cas, c'est un Plou quelque çose!

    Son père, Zaint Fragan, et sa mère, Zainte Gwenn, auraient débarqué du Pays de Galles (la principauté de Zarles aux grandes oreilles) dans la baie de Zaint-Brieuc. Ils eurent 4 enfants-zaints: Zainte Clervie, Zaint Zacut, Zaint Guétheloc et Zaint Guénolé.

    Très zeune, il accomplit un miracle en famille; une oie s'était emparée des yeux de sa soeur Clervie et les avait manzés (elle avait faim; on ne l'avait pas gavée!). Le Guénolé arrivant à la maison, trouva sa famille éplorée. Il décida d'aller récupérer les yeux. Il trouva l'oie, l'éventra et rendit les yeux à sa sœur. Il la signa et elle recouvra la vue. C'est ainsi que Guénolé est devenu le patron des oculistes.

    Vers 470, il fut confié, enfant, avec ses 3 frères, à Zaint Budoc qui avait un ermitaze dans l'arçipel de Bréhat (il n'y avait pas d'allocations familiales à l'époque pour aider les familles nécéziteuses). Et il fit un miracle! Une tempête s'étant levée, alors que la famille était en bateau, il fit un signe de croix et, hop, la mer fut calmée. Zaint Guénolé devint le patron des femmes de marin-pêçeurs!

    Mes voyazes

    Vers 485, il voulut se rendre en Irlande pour vénérer Zaint Patrick qui venait de mourir (en vérité, il voulait faire la teuf et boire de la bière!) mais le zaint lui apparut en sonze pour lui dire de rester en Armorique afin de travailler et de fonder une abbaye (c'était pas un zoyeux drille ce Patrick!). Avec onze potes, il s'établit dans une île de la rivière du Faou (Tibidy) à l'Hôpital-Camfrou.

    Au bout de trois ans, Guénolé, nouveau Moïse, ouvrit un paçaze dans la mer pour aller fonder une nouvelle abbaye à Landévennec où il décéda en 532.

    Mes voyazes

    Il était un des zaints phalliques (pas comme le  Bali Balo de la çançon, qui ban..ait comme un sa..aud) réputés pour aider les femmes désespérées par la stérilité, qui récitaient leur çapelet devant sa statue. Elles allaient même zusqu'à s'y frotter, dévotement, le ventre.

    Mes voyazes

      

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR:

    • Zainte Camilla (dézà sanctifiée la femme de Zarles aux grandes oreilles)
    •  Zaint Calupan (un galopin?)
    • Zaint Cléonique (qui allait souvent à la clinique)
    • Zaint Cristicolla (qui buvait du cola)
    • Zainte Cunégonde (sortant des ondes)
    • Zainte Foila (et voilà!)
    • Zaint Gervin (et ses liçettes de vin)
    • Zaint Lamalisse (le zaint à malices)
    • Zainte Nonna (la nana)
    • Zaint Sacer (c'est pas çer)
    • Zaint Titien (un peintre) 
    « Bienheureux Zarles le Bon (qui n'était pas mauvais)La station de Véronique à Vienne en Autriçe (photo) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :