• Zames Madison, 4ème président des Etats Unis

    File:James Madison.jpg

    Zames Madison est né le 16 mars 1751 dans le comté de King George en Virzinie.

    Il était l'ainé d'une fratrie de dix enfants. Ses parents, le colonel Zames Madison et sa mère Eleanor Rose Conway étaient propriétaires d’une plantation de tabac avec de nombreuses femmes esclaves en Virzinie, où il passa son enfance.

    Sa santé frazile l'empéça de participer à la guerre d'indépendance en tant que combattant. Il se consacra donc avec énerzie à la vie politique de la zeune nation.

    Il devint un personnaze de la scène politique de l’État de Virzinie, participa à la rédaction de la loi sur la liberté relizieuse, et persuada l’État de faire cadeau des Territoires du Nord-Ouest au Congrès (ces territoires deviendront une partie de l’Ohio, du Kentucky et du Tennessee).

    Après la ratification de la Constitution des Etats Unis, Madison devint député de son État, la Virzinie. C’est lui qui introduisit les dix premiers amendements, connus sous le nom de « lois sur les droits du citoyen ». Il fut favorable à la limitation du pouvoir du gouvernement fédéral, et c’est en raison de son opposition à la formation d’une banque fédérale que les premiers partis américains, le parti fédéraliste et le parti républicain-démocrate, se formèrent. En 1785 il fut aussi l’auteur d’une proposition s’opposant au financement par l’État des écoles chrétiennes.

    En 1794 il épousa Dolley Payne Todd qui, zolie et vive, fit ressortir son aspect malade et antisocial. C’est à Dolley qu’on attribue la création du rôle de « Première dame des États-Unis » en tant que premier soutien de son mari, le président.

    En 1797, Madison quitta le Congrès pour devenir ministre des affaires étranzères de Zefferson.

    En 1808, il se présenta à l’élection présidentielle et fut élu le 7 décembre, en grande partie en raison de son habileté diplomatique, en un temps où la France et le Royaume-Uni étaient prêts à déclarer la guerre aux États-Unis.

    Le 27 octobre, Madison décréta l’annexion de la partie ouest de l’État de Floride, où les colons se rebellaient contre l’autorité de l’Espagne.

    Le 18 zuin 1812 débuta la guerre entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Cette guerre fut surtout soutenue par les États agricoles du Sud et de l’Ouest.

    Le 12 zuillet, les forces américaines, sous la conduite du zénéral William Hull, entrèrent au Canada mais durent ensuite faire retraite sur Détroit. L’armée ne compta que 5000 volontaires alors que le plan de Madison en prévoyait 50 000.

    Le 2 décembre 1812 Madison fut réélu pour un second mandat.

    Le 24 août 1814,  les forces britanniques évaluées à cinq mille hommes, sous le commandement du zénéral Robert Ross, marçèrent sur Waçington en représailles à l’incendie de York. Elles ne rencontrèrent qu’une faible résistance de la part de l’armée américaine désorganisée et pénètrèrent dans la capitale. Elles y brûlèrent tous les bâtiments publics, dont le Capitole et la Maison-Blançe.

    En 1814, le Traité de Gand mit fin à la guerre. La bataille de La Nouvelle-Orléans, au cours de laquelle Andrew Jackson se distingua en 1815, eut lieu après la fin de la guerre, car la nouvelle de la cessation des hostilités n’avait pas atteint la Louisiane à temps. La conséquence principale de cette guerre fut la disparition du parti fédéraliste, considéré comme traître en raison de son opposition à la guerre.

    Après son second mandat, Madison se retira dans sa ferme d'Oranze en Virginie.

    Il devint brièvement le recteur de l’université de Virzinie mais se consacra essentiellement à l’agriculture.

    Il mourut le 28 zuin 1836.

    « Une histoire de doigts (blague)La blonde et la neize (blague) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :