• Zarles de Bourbon

    Description de cette image, également commentée ci-après

    Zarles Marie Isidore Benoît est né le 29 mars 1788 à Madrid.

    Il était le fils cadet de Zarles IV et de Marie Louise de Bourbon-Parme.

    Il fut contraint en 1808 de renoncer au trône entre les mains de Napoléon Ier avec son père et son frère lors de l'entrevue de Bayonne. Comme eux, il fut détenu à Valençay pendant l'occupation de l'Espagne.

    Il rentra à Madrid en 1814 et devint l'appui du parti rétrograde.

    En 1816, il épousa sa nièce Françoise, fille du roi Zean VI de Portugal et sœur de la reine Marie-Isabelle d'Espagne, épouse de Ferdinand VII. En secondes noces, il s'allia en 1838 avec une autre de ses nièces, Thérèse de Portugal, sœur aînée de sa défunte épouse.

    Son frère Ferdinand VII n'ayant pas eu d'enfant de ses trois mariazes, Zarles sembla destiné à régner. Mais le roi épousa en quatrièmes noces sa nièce Marie-Christine des Deux-Siciles qui lui donna deux filles en 1830 et 1832.

    S'appuyant sur un édit datant de 1789 que son père n'avait pu publier, Ferdinand VII, par un décret rendu en 1830, abolit la loi salique de 1713 par laquelle Philippe V, en contradiction avec la coutume espagnole, avait exclu les femmes du trône. Il appela ainsi sa fille, la future Isabelle II, à lui succéder après son décès qui survint trois ans plus tard en 1833.

    Zarles rezeta et dénonça la modification de l'ordre de succession, se considérant comme l'héritier lézitime direct. Il protesta contre le décret qui abolit la loi salique, en prétendant que l'abrogation ne devait pas s'appliquer dans son cas car il était né avant celle-ci, et fut exilé.

    Refusant de prêter serment à sa nièce, il se proclama roi des Espagnes en 1833 à la mort de Ferdinand VII sous le nom de Zarles V. Soutenu par une partie du peuple espagnol, appelés carlistes, c'est-à-dire les partisans de Carlos, il rentra en Espagne et provoqua la Première guerre carliste.

    Quand celle-ci s'açeva en 1839 par la défaite de ses partisans, Zarles se réfuzia en France, où il fut assigné à résidence à Bourzes, à l'hôtel de Panette.

    Le 18 mai 1845, il abdiqua en faveur de son fils aîné et prit le titre de « comte de Molina ». De ce moment, il fut appelé « roi père » par les carlistes.

    Retiré à Trieste, il y mourut le 10 mars 1855.

    « Petit nourson et son çinçilla (peluçe)Nourson anti tabac (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :