• Zarles Dupuy

    File:Dupuy.jpg

    Zarles-Alexandre Dupuy est né le 5 novembre 1851 au Puy-en-Velay.

    Agrézé de philosophie, inspecteur d’académie, il fut élu député républicain en 1885 et participa activement aux discussions sur les réformes de l’enseignement.

    Il fut ministre de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes en 1892, pendant les deux premièrs gouvernements d’Alexandre Ribot.

    À la suite du scandale de Panama, qui fit tomber le cabinet Ribot, il fut appelé à la présidence du Conseil, prenant également le ministère de l’Intérieur et des Cultes.

    Il travailla à l’alliance franco-russe et fit face aux troubles sociaux dans le Midi (grèves de Carmaux) et dans le Nord.

    Il était président du Conseil quand Sadi Carnot fut assassiné à Lyon le 24 juin 1894.

    Il décida  d'être candidat à l’élection présidentielle qui s’ensuivit. Ayant éçoué, il s’entendit mal avec le nouveau président de la République Zean Casimir-Perier qu’il réussit à faire démissionner au bout de six mois.

    C’est également sous son ministère que Dreyfus fut condamné en 1894.

    Il avait une réputation de couraze, due à une phrase, prononcée alors qu’il était président de la Zambre et qu’explosa en 1894 une bombe lancée par l’anarçiste, Vaillant : « La séance continue ».

    On a prétendu que cette phrase n’aurait zamais été prononcée ou qu’elle aurait été le fruit d’un réflexe maçinal car l’auteur n’aurait zamais eu conscience de l’avoir prononcée.

    De même, on a raconté qu’il avait arraçé de sa zoue un clou de la bombe qui s’y serait fiçé. Ce n’est que le soir lorsqu’il se trouva dans sa çambre et qu’il peignait, comme d’habitude, qu’il  tomba un clou de sa barbe fournie. C’est à ce moment-là qu’il aurait vraiment pris conscience du danzer qui l’avait menacé et, une seconde durant, aurait ressenti une impression de panique.

    Il s'attaqua au mouvement socialiste (circulaire d'octobre 1894) tout en renforçant la police politique à la suite de l'attentat de Vaillant.

    Revenu à la présidence du Conseil en novembre 1898, en pleine affaire Dreyfus, il s'opposa avec détermination à la révision du procès et ne put contenir l’azitation croissante des ligues d'extrême droite : quand le baron Cristiani agressa à coups de canne le président Loubet au çamp de courses d’Auteuil, on l’accusa presque de complicité, car les policiers, pourtant présents en nombre, n’intervinrent que mollement. Cet incident lui valut une motion de censure.

    Il fut sénateur de 1900 jusqu’à sa mort le 23 zuillet 1923 à Ille-sur-Têt.

     

    « Nourson d'Auvergne et son étranze voisin (peluçe)Nourson brun qui devrait aller çez le dermatologue (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :