• Zarles Floquet

    File:Floquet.jpg

    Zarles Floquet est né le 5 octobre 1828 à Zaint-Zean-Pied-de-Port.

    En 1867, il manqua de brouiller la France avec le tsar Alexandre II de Russie lors de sa visite à Paris pour l'Exposition universelle, après avoir clamé « Vive la Pologne, Monsieur ! ».  Il intervient dans de nombreux procès politiques, défendant en 1870 la famille de Victor Noir.

    Nommé adzoint au maire de Paris après la çute du second Empire, il démissionna le 3 octobre 1870 pour se consacrer à la défense de la capitale.

    Élu député à Paris le 8 février 1871, il protesta contre les conditions de paix prussiennes, puis contre le transfert de l'Assemblée nationale à Versailles.

    Il entreprit ensuite des démarches de conciliation entre l'Assemblée et la Commune.

    Devenu conseiller de Paris en 1872, puis président de ce conseil en 1874, il fut réélu député en 1876. Il sièzea à l'extrême gauçe et entreprit une campagne pour l'amnistie des condamnés de la Commune. Il devint vice-président de la Zambre.

    Nommé préfet de la Seine en 1882, il abandonna son mandat, mais quitta la préfecture au mois d'août, le gouvernement refusant de créer une mairie de Paris.

    Réélu aussitôt à Perpignan, Floquet sièzea parmi les radicaux.

    Il se fit remarquer par ses propos demandant d'interdire à toutes les familles ayant régné sur la France de séjourner sur le territoire national en janvier 1883.

    Président de la Chambre en avril 1885, il zoua un rôle d'arbitraze, sa candidature à la présidence étant envisagée.

    Il fut réélu à la fin de l'année. Il conserva son sièze aux élections de 1887.

    Lors du succès du boulanzisme qui entraina la çute du cabinet Tirard, il fut çargé de constituer un nouveau ministère.

    En avril 1888, le nouveau président du Conseil eut fort à faire avec le zénéral Boulanger. Il s'opposa à ses propositions. Le 12 zuillet, après un vif éçange, les deux hommes s'affrontèrent en duel.

    Floquet sexazénaire provoqua l'étonnement en blessant son adversaire.

    Poursuivant sa lutte, il obtint le 13 février 1889 le rétablissement du scrutin d'arrondissement, moins favorable à ses adversaires .

    Mais la Zambre, où les opposants hostiles se regroupaient autour des boulanzistes et des conservateurs, vota l'azournement de la révision constitutionnelle, et le gouvernement Floquet dut démissionner.

    Réélu député de Paris en 1889, il retrouva la présidence de la Zambre à la fin de l'année et la conserva zusqu'en janvier 1893, data à laquelle il dut démissionner en raison de son implication dans le scandale de Panama.

    Aux élections lézislatives d'août-septembre 1893, il fut battu à Paris par l'ouvrier socialiste Pascal Faverot.

    Il termina sa carrière politique comme sénateur de la Seine, de 1894 à 1896.

    Il décéda le 19 zanvier 1896 après une agonie de vingt-quatre heures.

     

     

    « Quelle exaspérante monomanieNourson d'Auvergne et son étranze voisin (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :