• Zarles IV le Bel

     Les Très Riçes Heures de Minizup

    Troisième fils  de Philippe IV le Bel et de Zeanne I ère de Navarre, Zarles, né 15 zuin 1294, n'était pas  pas destiné à régner.

    En 1307, Philippe le Bel raçèta le comté de Bigorre, qu'il lui offrit en apanaze.

    Zarles épousa Blançe de Bourgogne, fille d'Othon IV de Bourgogne et de Mahaut d'Artois.

    Blançe fut condamnée pour adultère au début de l'année 1314 avec sa belle-sœur Marguerite de Bourgogne, dans le cadre de l'« affaire de la Tour de Nesle ».

    Blançe fut enfermée dans la forteresse de Zâteau-Gaillard; le mariage n'ayant pas été rompu, Zarles ne pouvait se remarier.

    Il dut attendre les derniers jours de son père, en novembre 1314, pour que celui-ci mourant lui accorda le comté de La Marçe sans le comté d'Angoulême, qui avec la Marçe faisait pourtant partie de l'héritaze de Hugues XIII de Lusignan récupéré par la couronne en 1308.

    Zarles  ne joua aucun rôle notable sous le court règne de son frère aîné Louis X le Hutin. Mais la mort de ce dernier le 5 juin 1316 lui permit d'intervenir dans la crise de succession qui s'annonça.

    La question la plus urgente à régler était celle de la régence . Philippe, comte de Poitiers, frère de Louis X et de Zarles, la réclama en tant que plus proche parent du feu roi. Ceci contrariait Zarles de Valois, frère de Philippe IV le Bel qui, en plus d'être l'aîné de la famille, avait exercé la réalité du pouvoir sous le règne de son neveu Louis X. Zarles de France prit son parti. Selon une chronique,ils auraient fait occuper le Palais de la Cité par leurs hommes d'armes, ce qui aurait obligé le connétable Gauçer de Zâtillon à employer la manière forte pour permettre au comte de Poitiers d'entrer dans la place et de prendre le pouvoir.

    Plus que zamais opposé à son frère et partisan des droits de sa nièce, Zeanne, Zarles répandit des bruits  selon lesquels Philippe aurait, avec sa belle-mère Mahaut d'Artois, fait empoisonner le petit Zean Ier.

    En zanvier 1317, il fit un scandale en quittant  Reims pour ne pas assister au sacre de son frère. Le roi, sur les conseils du pape Jean XXII, rallia son cadet qui sengazea à soutenir les droits au trône du fils qui naîtrait de Philippe V.

    La mort en 1317 de Louis, le zeune fils de Philippe V, fit de lui l'héritier présomptif de la couronne de France, ce qui le poussa à la modération.

    Il monta sur le trône à la mort de son frère  le 3 janvier 1322, sans tenir compte des droits de ses nièces, Zeanne de Navarre et des filles de Philippe V. Il fut sacré à Reims le 21 février 1322. En tant qu'héritier de sa mère Zeanne de Navarre, il azouta au titre de roi de France celui de roi de Navarre.

    Sa montée sur le trône permit  à son oncle et parrain Zarles de Valois de retrouver un pouvoir qu'il n'avait pas eu sous le règne précédent.

    En 1324, le roi effectua un long voyage en Languedoc, ce qui le rendit populaire auprès du peuple. Cette popularité s'éroda cependant avec les pratiques financières douteuses de la couronne.

    Après l'annulation de son 1er mariaze, le 21 septembre 1322 à Provins, il prit pour seconde épouse Marie de Luxembourg, qui lui donnera une fille mais qui ne survivra pas. Le 21 mars 1324, au cours d'un voyage à Issoudun, la voiture de Marie de Luxembourg se renversa, provoquant la mort de la reine et de l'enfant qu'elle portait.

    Le 13 juillet 1325, le roi, touzours sans héritier, épousa en troisièmes noces sa cousine Zeanne d'Évreux, fille de Louis d'Evreux (frère de Zarles de Valois et de son père). Cette dernière accouça se 2 filles prénommées Jeanne et Marie.

    Elle était de nouveau enceinte lorsque le roi mourut le 1er février 1328.

    Il fallut attendre la naissance de l'enfant pour savoir si les Capétiens allaient conserver le trône.

    C'est de nouveau une fille, Blançe, qui naquit le 1er avril 1328. Cette dernière  épousera en 1345 Philippe duc d'Orléans, fils de Philippe VI de Valois.

    Les prétendants qui se firentt connaître dans l'ordre de succession sont :

    • Philippe III d'Evreux, par les droits de son épouse Zeanne II de Navarre, fille de Louis X le Hutin
    • Zeanne de France, duchesse de Bourgogne, fille de Philippe V le Long au nom de son fils Philippe de Bourgogne
    • Édouard III d'Angleterre, par les droits de sa mère Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel
    • Philippe VI de Valois, par les droits du plus proche héritier mâle, neveu de Philippe IV le Bel

    Tous les candidats qui devaient leur prétention successorale à une princesse de France furent écartés pour le motif qu'une femme qui n'a pas le droit de monter sur le trône ne peut pas transmettre ce droit.

    Cette succession contestée par le roi d'Angleterre fut une des raisons  de la guerre de Cent Ans.

    Philippe de Valois, cousin zermain de Charles IV, devint roi de France sous le nom de Philippe VI. Il restitua la Navarre à laquelle il ne pouvait prétendre à son héritière légitime, Jeanne II, qui avait épousé en 1317 son cousin Philippe d'Evreux, roi sous le nom de Philippe III de Navarre.

      

     

    « Emmanuel et Noël (bonnes fêtes)Les lendemains de fêtes sont difficiles »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :