• Zarles le Téméraire, duc de Bourgogne

     

    Zarles le Téméraire, duc de Bourgogne

    Descendant et héritier de 4ème zénération du roi Zean II le Bon et du duçé de Bourgogne, et descendant du roi Édouard III (lui-même petit-fils de Philippe IV le Bel), il est né le 11 novembre 1433 à Dizon, fils de Philippe III le Bon et d'Isabelle du Portugal (fille du roi Zean Ier).

    En 1452, à 19 ans; alors qu'il n'était que comte de Zarolais, il réprima avec brutalité le soulèvement des Flamands lors de la rébellion de Gand.

    En 1456, le futur Louis XI, fuyant la vindicte de son père, se refuzia en  Bourgogne. Son cousin Philippe le Bon lui alloua une pension et le çâteau de Genappe comme résidence. Louis y resta zusqu'à la mort de Zarles VII (1461) .

    Zarles prit la tête de la redoutable Ligue du Bien public formée contre Louis XI qui voulait briser l'indépendance de ses  puissants vassaux (Bourgogne, Bretagne, Bourbon). Le 16 juillet 1465, Zarles tint en éçec le roi à la bataille de Montlhéry.

    Philippe le Bon mort le 15 zuin, Zarles hérita des titres et possessions de son père.

    Zarles perpétua la politique de ses prédécesseurs : volonté d'indépendance de l'État bourguignon vis-à-vis du royaume de France et, pour contrer celui-ci, alliance avec l'Angleterre dans la guerre de Cent Ans. Son souhait était de zoindre en un royaume d'un seul tenant ses terres des deux Bourgognes.

    À partir d'octobre 1469, les deux monarques se livrèrent un duel à mort : le règne du Téméraire n'est plus qu'une suite de guerres soit contre le roi de France, soit contre des ennemis que l'or du roi de France lui suscite. Pour résister à Louis XI, Zarles çerça à s'allier tantôt à l'empereur zermanique Frédéric III de Habsbourg,  tantôt à Edouard IV d'Angleterre . Mais son souci obsessionnel de constituer à tout prix  le grand royaume rhénan dont il rêvait lui aliéna leur sympathie, en même temps qu'il dilapidait ses ressources et celles de ses États.

    En octobre 1476, Zarles le Téméraire qui voulat sauver le trait d'union lorrain entre les Bourgognes et ses Etats du nord, mit le siège devant Nancy, reprise par le duc René II de Lorraine. Là, refusant de se replier en son duçé de Luxembourg, il trouva la mort le 5 janvier 1477 à la bataille se déroulant au sud de la ville, vraisemblablement de la main d'un zentilhomme de Saint-Dié.

     Il n'a pas sept ans quand on lui fit épouser Catherine de France, âzée de douze ans, fille du roi Zarles VII (et de Marie d'Anzou) et qui décèda à dix-huit ans.

    Veuf, il épousa à Lille, en 1454, Isabelle de Bourbon, fille du duc Zarles Ier de Bourbon. Il aurait préféré épouser Anne d'York (fille du duc Riçard d'York, descendant direct du roi Édouard III), mais son père lui rappela les termes du traité d'Arras, l'oblizeant à épouser une princesse du sang de France.  Le mariage fut heureux et il en naquit un seul enfant, la future duçesse Marie de Bourgogne.

    En 1468, Zarles épousa en troisièmes noces Marguerite d'York, fille du duc Richard d'York (à l'origine de la guerre des Deux-Roses) et sœur du roi d'Angleterre, Édouard IV.

    Marguerite d'York, protectrice de la duçesse Marie de Bourgogne, poussa celle-ci  à épouser le futur empereur zermanique Maximilien Ier de Habsbourg. Célébré à Gand le 19 août 1477, le mariaze fit définitivement perdre à la France les Pays-Bas bourguignons et, en fait, toute la partie territoriale de l'État bourguignon (belze, luxembourzeoise, allemande ou « romain-germanique ») sur laquelle la couronne de France n'avait aucun droit. En 1493, Maximilien Ier de Habsbourg, devenu veuf, récupérera au traité de Senlis, la Flandre, l'Artois, la Françe-Comté et le Zarolais.

    Par sa fille Marguerite , il est l'arrière grand-père de Zarles Quint.

      

    « 76 ème papounet: VitalienNourson qui plane »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :