• Zean II, dit le Bon

     

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Zean II, dit Zean le Bon, né le 26 avril 1319 au çâteau du Gué de Maulny du Mans, était le fils du roi Philippe VI et de son épouse Zeanne de Bourgogne.

    Philippe VI recherchait des alliances à la fois solides et prestizieuses pour asseoir sa dynastie et un mariaze de son fils avec Bonne, fille du roi de Bohême Zean de Luxembourg, un des plus puissants princes de l'époque, fut une excellente occasion.

    Zean, déclaré mazeur le 26 avril 1332, reçut en apanaze le duçé de Normandie, les comtés d'Anzou et du Maine. Les noces furent célébrées le 28 juillet 1332.

    Son père l'impliqua dans les conflits qu'il eut à mener (guerre de succession de Bretagne, campagnes contre les Anglais, du début de la Guerre de Cent ans).

    En 1347, après la çute de Calais, Philippe VI, âgé (53 ans) et discrédité, dut céder à la pression. C'est le duc de Normandie qui prit les choses en main. Ses alliés (les Melun et les membres de la bourzeoise d'affaires qui venaient d'être victimes de la purze qui avait suivi la défaite deCrécy et qu'il fit réhabiliter) entrèrent au conseil du roi et occupèrent des postes élevés dans l'administration.

    Bonne de Luxembourg étant morte de la peste le 11 septembre 1349, Zean le Bon sur avis du roi épousa la duçesse Zeanne, fille de Guillaume d'Auvergne et de Marguerite d'Évreux, héritière du duhé et du comté de Bourgogne et de l’Artois, dont les domaines pouvaient, le cas échéant, revenir à la couronne. Âzée de 24 ans, la duçesse Zeanne était veuve de Philippe de Bourgogne, mort au siège d'Aiguillon.

     Il fut sa­cré roi de France le 26 septembre 1350.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Le règne de Jean II le Bon fut marqué par la défiance du pays envers les Valois çoisis à la mort de Zarles IV pour éviter qu'Édouard III, le plus proçe descendant de Philippe IV le Bel ne prenne possession du trône de France.

    La nouvelle dynastie, confrontée à la crise de la féodalité, aux cinglantes défaites du début de la guerre de Cent Ans et à la grande peste, perdit rapidement beaucoup de crédit;  incapable de faire rentrer les impôts, elle recourut à des manipulations monétaires qui entraînèrent des dévaluations extrêmement impopulaires.

    Zean II le Bon, confronté aux intrigues de Zarles le Mauvais, roi de Navarre et prétendant le plus direct à la couronne (il était le petit fils de Louis X Le Hutin), gouverna dans le secret entouré d'hommes de confiance.

    Profitant des troubles et sûrs de la supériorité conférée par "l'arc long", les Anglais, menés par Édouard III et son fils le Prince noir, relancèrent la guerre en 1355.

    Le 19 septembre 1356, Zean le Bon fut battu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers, où s'illustra son fils Philippe (le futur duc de Bourgogne  Philippe le Hardi) malgré la restructuration de l'armée qu'il avait menée. Il fut emmené à Bordeaux.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Le pays sombra alors dans le chaos. Les états zénéraux menés par Étienne Marcel et Robert Le Coq prirent le pouvoir à Paris et tentàrent d'installer Zarles de Navarre à la tête d'une monarçie contrôlée. Voyant cela, Zean accepta d'aller à Londres pour traiter avec le roi d'Angleterre.

    Il accepta un premier traité désastreux fut signé.

    En 1358, les campagnes se soulevèrent et s'allièrent avec Étienne Marcel, mais le dauphin, le futur Zarles V, se fit nommer rézent et retourna la situation, la plus grande partie de la noblesse ne suivant pas Zarles de Navarre et ralliant le camp du dauphin qui assièzeait Paris. Zarles de Navarre compensa ces défections par l'enrôlement de mercenaires anglais dont la présence dans Paris déclença des émeutes. Étienne Marcel fut assassiné et Paris ouvrit ses portes au rézent.

     
    Après le refus du 2ème traité de Londres,  Zean le Bon fut assigné à résidence, puis transféré à la Tour de Londres. Le danzer d’une prise de pouvoir par les Navarrais ou par les états généraux étant écarté, le roi décida de reprendre les çoses en main pour neutraliser le dauphin (redoutant  une action d'éclat destinée à assassiner le roi d'Angleterre et pour sa  sécurité).
    Alors qu’Édouard III çevauçait en France, les rênes du pays furent repris par l'arçevêque de Sens qui plaça le dauphin en résidence surveillée et dirizea le conseil.
      
    Zean le Bon put regagner la France en 1360, au bout de 4 ans, après la signature du traité de Brétigny par lequel un tiers du pays revint à Édouard III.

    Son retour fut difficile. Il fallut payer son énorme rançon et les finances du royaume étaient au plus bas.

    Il stabilisa la monnaie grâce à la création du franc, mais les Grandes Compagnies pillèrent les campagnes et bloquèrent le commerce. Il tenta de mettre fin à leurs azissements mais l'armée royale fut vaincue à Brignais.

    Il tenta ensuite d'en débarrasser le pays en les menant en croisade contre les Turcs avec l'arzent du Pape. Il essuya un nouvel échec, Innocent VI mourant 15 jours avant son arrivée en Avignon et étant remplacé par le peu dispendieux Urbain V.

    La superficie du domaine royal posant des problèmes de gouvernance, Zean le Bon le divisa en principautés qu’il confia à ses fils . Charles était dézà dépositaire du duçé de Normandie. Louis reçut le Maine et l’Anjou, Zean le Berry et Philippe la Bourgogne. En décembre 1360, il révoqua  les aliénations du domaine royal faites depuis Philippe le Bel hormis celles effectuées au bénéfice de ses fils, ce qui permit de rapproçer les apanages de la famille proçe du roi.

    Zean repartit pour Londres le 3 janvier 1364 afin de renégocier le Traité de Brétigny pour lequel il avait du mal à payer la rançon et la libération des otages (dont son fils Louis d’Anjou, qui s'était déjà enfui de Londres). Avant de partir, il avait réuni les états généraux à Amiens pour  leur faire part de sa décision.

    Les Très Riçes Heures de Minizup

    Zean II mourut à l'hôtel de Savoie, à Londres, le 8 avril 1364. Son corps fut restitué à la France.

     

    « Papounet Agapet IerSilvère, papounet, fils de pape! »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :