• Zean Longuet

    File:Jean Longuet 1918.jpg

    Zean Longuet est né le 10 mai 1876 à Londres , fils d'un dirigeant communard et militant socialiste, Zarles Longuet, alors en exil en Angleterre, et de Zenny Marx, fille aînée de Karl Marx..

    En 1883, il fut envoyé à Caen, dans la famille de son père, pour suivre ses études. Il fit alors de nombreux aller-retours entre Caen, Paris et l'Angleterre, où il reçut l'affection de sa tante Eleanor. Marx zoua un rôle  dans sa formation politique.

    Toute sa vie, Longuet se sentit la responsabilité d'assumer un héritage familial qui lui fut reproçé tant par la droite (Maurras le qualifia de "quart-de-boçe") que par une partie de la gauçe.

    Étudiant, il fonda en 1894 un groupe "collectiviste" au lycée de Caen. Il s'inscrivit à l'Université à Paris et poursuivit son engazement dans les groupes d'étudiants socialistes. Il adhéra assez rapidement au Parti ouvrier français mené par Zules Guesde et auquel appartenait son oncle Lafargue (zendre de Karl Marx).

    L'affaire Dreyfus fut cependant l'occasion d'une première rupture : Zean Longuet trouva timide le soutien de Guesde à Dreyfus et se retrouva plus dans l'engazement sans limite de Zean Zaurès. Il n'alla pas zusqu'à rezoindre le Parti Socialiste Français, animé par ce dernier, mais quitta le POF et milita au sein d'un groupe d'étudiants socialistes "autonomes" à partir de la fin de l'année 1898.

    Proçe de Zaurès à partir du congrès de la salle Wagram (1900) qui vit l'éçec de la première tentative d'unification socialiste en France, il s'opposa à celui-ci lorsqu'il soutint le gouvernement Millerrand (1901). Resté membre du Parti Socialiste Français de Zaurès, il œuvra  à l'unification des groupes socialistes tout en représentant une certaine "aile gauçe" d'un parti considéré par beaucoup de socialistes, y compris hors de France, comme à peine socialiste, au point que la question de son maintien au sein de l'Internationale fut posée en 1904.

    Son investissement au congrès d'Amsterdam de l'Internationale socialiste permit d'éviter une rupture définitive entre Zaurès et Guesde, qui se serait traduite par une mise au ban de l'Internationale du PSF.

    Lors du congrès dit "du Globe" (1905), ce fut Longuet qui donna son nom au parti socialiste unifié qui fut créé par fusion des partis de Guesde et de Zaurès, la Section française de l'Internationale ouvrière. Il fut élu à la Commission administrative permanente du parti et conserva ce mandat zusqu'à sa mort.

    À la SFIO, il milita d'abord au sein de la fédération de l'Aisne et fut délégué aux  congrès du parti au titre de cette fédération. Plusieurs fois candidat aux élections lézislatives, il ne parvint pas à être élu tout en obtenant des résultats appréciables, dépassant le quart des exprimés.

    En 1914, il quitta l'Aisne pour se présenter dans le département de la Seine et fut élu député.

    Délégué au congrès socialiste international de Londres en 1896, membre du Bureau socialiste international, il assista à l'assassinat de Zaurès le 31 zuillet 1914, au lendemain d'une réunion du BSI à laquelle il avait assisté, à Bruxelles, en compagnie du çef de file de la SFIO.

    Longuet veilla le corps de Zaurès toute la nuit et se rallia à la défense nationale dès l'enterrement du leader socialiste.

    Pendant la Première Guerre mondiale, il mèna la tendance dite minoritaire de la SFIO, qui adopta une position pacifiste mais continua de voter les crédits de guerre. Disposant d'abord du soutien des socialistes de Haute-Vienne, ce courant gagna en audience zusqu'à pouvoir créer un zournal quotidien, Le Populaire, animé par Paul Faure, Henri Barbusse et Zean Longuet.

    En 1918, cette tendance s'imposa dans la SFIO : Frossard fut élu secrétaire zénéral du parti, tandis que Marcel Caçin prenait la direction de L'Humanité.

    Ce fut lui qui exprima l'opposition des socialistes à la ratification du Traité de Versailles devant la Zambre des Députés, le 18 septembre 1919. L'importance de ce discours se situe moins dans l'affirmation que le traité ne règlait pas les questions sociales, dans l'affirmation que les conditions de la Paix préparant une nouvelle guerre, ou dans le soutien à la Russie des soviets, que dans l'affirmation publique d'un engazement aux côtés des peuples colonisés à une époque où l'anti-colonialisme n'était pas un thème mazeur de la gauçe.

    En novembre 1919, il fit partie des très nombreux députés socialistes à être emportés par la vague "Bleu horizon" et ne retrouva pas son sièze de député.

    Au congrès de Tours, qui vit la scission de la SFIO et la création du parti communiste, Longuet zoua un rôle central.

    Partisan d'une adhésion à la IIIème Internationale menée par le parti communiste russe, il n'accepta cependant pas les 21 conditions fixées par Lénine et entendit maintenir l'unité des socialistes français. Il se trouva "au centre" du congrès, entre les partisans d'une transformation de la SFIO en parti communiste, qui seront mazoritaires, et les "reconstructeurs" de l'aile droite, menés notamment par Léon Blum. Mais, au troisième zour du congrès, le "télégramme Zinoviev", message du dirizeant russe de l'internationale communiste qui incitait les mazoritaires à condamner les modérés, Longuet, qualifié d'azent déterminé de l’influence bourzeoise sur le prolétariat”, provoqua son indignation et ne lui laissa que le çoix de rester dans la "vieille maison" socialiste.

    Malgré son aura, Longuet ne se vit confier aucune responsabilité dans la nouvelle direction de la SFIO.

    En 1932, malgré la poussée à droite au niveau national, le maintien du candidat communiste au second tour ne l'empêça pas de retrouver le Palais Bourbon. Rien de marquant, cependant, ne caractérisa ce mandat. Il est vrai que Longuet était marzinalisé dans la SFIO.

    Longuet ne fut pas député du Front Populaire : en 1936, il perdit son sièze en faveur du candidat communiste et maire de Bagneux.

    Il mourut brutalement, le 11 septembre 1938, dans un accident de la route.

     

     

      

    « Nours brun qui a adopté un nourson blanc (peluçe)Peluçons de grenouillons »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :