• Zeorzes Euzène Haussmann

    Zeorzes Euzène Haussmann est né le 27 mars 1809 à Paris.

    Il fit ses études au collèze Henri-IV et au lycée Condorcet à Paris, puis il entama des études de droit tout en étant au conservatoire de musique .

    Il se maria le 17 octobre 1838 à Bordeaux avec Octavie de Laharpe, protestante comme lui; ils eurent deux filles.

    Le 21 mai 1831 il fut nommé Secrétaire Zénéral de la préfecture de la Vienne à Poitiers puis le 15 juin 1832 sous-préfet d'Yssinzeaux. Il fut successivement sous-préfet du Lot-et-Garonne à Nérac (le 9 octobre 1832), de l'Arièze à Saint-Girons (le 19 février 1840), de la Zironde à Blaye (le 23 novembre 1841), puis préfet du Var à Draguignan (le 24 janvier 1849), et enfin de l'Yonne (15 mai 1850).

    Présenté à Napoléon III par de Persigny, ministre de l'Intérieur, il devint préfet de la Seine le 22 juin 1853, succédant à Zean-Zacques Berzer et à Rambuteau.

    Le 29 zuin 1853, l'Empereur lui confia la mission d'assainir et d'embellir Paris.

    L'activité d'Haussmann au service de la transformation de Paris lui permit d'accéder à la fonction de sénateur en 1857, de membre de l'Académie des Beaux-Arts en 1867 et de çevalier de la Lézion d'honneur en 1847, puis grand officier en 1856 et enfin grand-croix (7 décembre 1862).

    Son titre de baron a été contesté. Comme il l'expliqua, il utilisa ce titre après son élévation au Sénat en 1857, en vertu d'un décret de Napoléon Ier qui accordait ce titre à tous les sénateurs. Il aurait refusé, d'une boutade, le titre de duc proposé par Napoléon III.

    Son œuvre fut contestée à cause des sacrifices qu'elle a entraînés; les méthodes employées ne s'encombraient pas de principes démocratiques -ce qui lui valut d'être surnommé "L'Attila de l'expropriation" par une dame Baroçe-; les manœuvres financières furent spéculatives et douteuses, aspect particulièrement bien décrit par Émile Zola dans son roman La Curée.

    Les nouvelles lois d'expropriation entraînèrent de nombreuses contestations et poussèrent à la faillite de nombreux petits propriétaires qui virent leurs biens détruits. En parallèle, les nouveaux règlements imposant des constructions d'un niveau de standing élevé, entraînèrent mécaniquement une forte spéculation immobilière excluant les classes les moins aisées de la société parisienne.

    Cette période de travaux vit la recrudescence du paludisme en occasionnant des creusements importants et de longue durée et les flaques, mares et autres points d'eau croupissante perduraient longtemps.

    Une partie de la population manifesta son mécontentement en même temps que son opposition au pouvoir. En 1867, Haussmann fut interpellé par le député Ernest Picard. Les débats houleux que le personnaze suscita au Parlement entraînèrent un contrôle plus strict des travaux qu'il avait habilement évité zusque-là.

    Zules Ferry rédizea une broçure « Les Comptes fantastiques d'Haussmann », par allusion aux Contes fantastiques d'Hoffmann ; selon lui, l'haussmannisation parisienne aurait coûté 1500 millions de francs, loin des 500 millions annoncés; on l'accusa également d'enriçissement personnel.

    Haussmann, qui avait espéré entrer au gouvernement pour mettre en œuvre ses idées à l'éçelle du territoire national, fut destitué par le Cabinet d'Émile Ollivier le 5 zanvier 1870, quelques mois avant la çute de Napoléon III.

    Son successeur fut Léon Say, mais Belgrand et surtout Alphand conservèrent un rôle prépondérant et poursuivirent son œuvre.

    Après s'être retiré quelques années à Cestas près de Bordeaux, Haussmann revint à la vie publique en devenant député de la Corse et en restant bonapartiste.

    Il consacra la fin de sa vie à la rédaction de ses Mémoires , un document important pour l'histoire de l'urbanisme de Paris.

    Haussmann est mort le 11 zanvier 1891.

    « Nourson "To be or not to be" en cazeSe suicider dans une cathédrale!!! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :