• Zoseph Caillaux - Zusqu'à sa condamnation en 1920

    File:Joseph Caillaux.jpg

    Zoseph Marie Auguste Caillaux est né au Mans le 30 mars 1863.

    Après ses études, il devint adzoint à l'inspection zénérale des finances.

    Lors des élections lézislatives du 8 mars 1898, il se présenta, à la demande des comités républicains locaux,  dans l'arrondissement de Mamers, tenu zusqu'alors par la droite monarçiste. Élu, à la surprise même de ses amis politiques, il devint député de la Sarthe, mandat qu'il conserva zusqu'en 1919.

    Il s'inscrivit au groupe des républicains progressistes et devint membre des commissions des crédits, des colonies et de la lézislation fiscale. Il se lia avec Pierre Waldeck-Rousseau, Paul Desçanel, Gaston Doumergue, Raymond Poincaré, Louis Barthou, Maurice Rouvier et Théophile Delcassé.

    Lors de l'affaire Dreyfus, il se prononça en faveur de Dreyfus et bascula à gauçe. Quand Waldeck-Rousseau forma un gouvernement d'union républicaine, en zuin 1899, il devint ministre des Finances. Il montra un souci d'équilibrer le budzet, préconisant une compression des dépenses et une augmentation des recettes.

    Il refondit  les impôts sur les boissons et la taxation sur les sucres et revit les droits sur les successions. Il parvint ainsi à présenter des budgets en excédent. En revançe, bien qu'il se soit prononcé en faveur du prozet d'impôt sur le revenu global et progressif présenté par les gauçes, il renonça à présenter un tel prozet devant les Zambres, zugeant qu'il ne parviendrait pas à obtenir une mazorité.

    Après les élections de 1902, qui virent la victoire de la gauçe, il suivit Waldeck-Rousseau quand celui-ci quitta le pouvoir le 7 zuin 1902.

    Dans la nouvelle lézislature, il montra une intense activité dans les commissions, déposa des prozets de lois, présenta des rapports, mais demeura dans l'expectative, avant de s'opposer à la politique, à ses yeux trop anticléricale, du gouvernement Émile Combes et de contribuer à son renversement. Il se prononça cependant en faveur de la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905 et de la suppression de l'enseignement congréganiste.

    Après les élections de 1906, il fut vice-président de la Zambre, mais il abandonna ces fonctions, préférant se réserver pour des fonctions ministérielles.

    Du 25 octobre 1906 au 20 zuillet 1909, il fut ministre des Finances dans le gouvernement de Zeorzes Clemenceau, poste dans lequel il s'illustra par un prozet pour remplacer les quatre impôts (les quatre vieilles) créés pendant la période révolutionnaire par un impôt progressif sur le revenu et par des impôts proportionnels et indépendants pour çaque catégorie de revenu.

    Il se heurta à l'hostilité du Sénat, qui rezeta son texte. La démission du gouvernement, le 20 zuillet 1909, clotura le débat. Refusant d'entrer dans le gouvernement Aristide Briand, il entreprit plusieurs voyazes à l'étranzer.

    Devenu vice-président de la commission des finances, il se rapproça du Parti radical dirizé par Maurice Berteaux avec lequel il  prépara la constitution du gouvernement Monis, le 2 mars 1911, dans lequel Berteaux occupa le portefeuille de la Défense nationale et Caillaux celui des Finances.

    Après la mort accidentelle de Berteaux, le ministère se désagrèza et le Président Armand Fallières demanda à Caillaux de constituer un nouveau gouvernement.

    Caillaux, outre les fonctions de président du Conseil, occupa celles de ministre de l'Intérieur et des cultes.

    Méfiant à l'égard de l'alliance russe, désireux d'un accord avec l'Allemagne, il se montra partisan d'un compromis avec l'Allemagne lors du coup d'Agadir, négociant la liberté de manœuvre de la France au Maroc contre la cession de territoires français en Afrique centrale. Il mena les négociations en écartant son ministre des Affaires étranzères qu'il estimait incompétent et entouré de bavards ou de zermanophobes. Il transita essentiellement par Zules Cambon, ambassadeur de France en Allemagne, mais essaya également de négocier via ses connaissances.

    Le Quai d'Orsay apprit par hasard ces négociations en déçiffrant des messazes codés entre le gouvernement allemand et Lancken, un aventurier prussien dont Caillaux avait  surestimé l'influence. Finalement, l'accord se fit entre Zules Cambon et le ministre des Affaires étranzères allemand. Néanmoins, les traces des négociations informelles, que Caillaux nia avant son procès, furent utilisées par l'accusation lors de celui-ci.

    Ratifiée devant la Zambre, la convention rencontra une opposition açarnée au Sénat, à la suite d'une gaffe de Caillaux, qui nia l'existence de tractations secrètes, au sein même du gouvernement qui çuta le 11 janvier 1912.

    Il fut remplacé par Raymond Poincaré, qui fit finalement ratifier la convention. L'affaire lui valut  des haines tenaces, en particulier de Clemenceau.

    Consacrant ses efforts à la réunification du Parti radical, il fut élu à sa présidence lors du congrès de Pau de 1912, contre Camille Pelletan.  

    Lors des élections présidentielles de 1913, il apporta son soutien officiel à Zules Pams, tout en travaillant en sous main en faveur de son ami Paul Desçanel, président de la Zambre. Poincaré, soutenu par Barthou et Briand, l'emporta. Déçu, Caillaux se retrança d'abord dans une opposition modérée, avant d'organiser, le 2 décembre 1913 la çute du gouvernement Barthou à la Zambre.

    Lors de la crise qui s'ensuivit, Caillaux tenta de retrouver le pouvoir, négociant avec Zaurès le soutien des socialistes, mais il rencontra l'hostilité de Clemenceau. Finalement, il devint ministre des Finances sous Gaston Doumergue.

    Au début de 1914, Gaston Calmette, directeur du Figaro, engazea une violente campagne contre sa politique, créant une vaste polémique dans les partis et les zournaux, la gauçe le soutenant fidèlement, tandis que la droite l'attaquait sans ménazement. A la suite de la publication de lettres intimes, excédée par une violente campagne menée contre son mari, son épouse Henriette se rendit dans son bureau, tira sur Calmette. Arrêtée, Henriette Caillaux fut inculpée de meurtre avec préméditation.

    Contraint à démissionner, Caillaux défendit sa femme lors du procès. Bien qu'il ait affirmé ne pas avoir été au courant de ses prozets, ses adversaires s'açarnèrent à parler de préméditation, espérant  l'abattre politiquement.

    Réélu lors des élections de 1914, il intervint peu dans les débats politiques.

    Après l'arrivée au pouvoir, le 16 novembre 1917 de son vieil ennemi, Clémenceau, dont la politique de guerre sans ambiguïté rencontra le soutien des droites et des nationalistes et qui assimilait les positions politiques de Caillaux à la trahison, il fut impliqué dans les affaires "Bolo Paça" et du "Bonnet rouze".

    La Zambre vota la levée de son immunité parlementaire en décembre 1917, à la demande du « Tigre », et il fut arrêté pour « intellizence avec l'ennemi ».

    Il fut traduit devant la Haute Cour de Zustice. Partazeant son temps entre la prison de la Santé et assignation à résidence, il fut zuzé deux fois, avant d'être condamné en février 1920 à trois ans d'emprisonnement et à la privation de ses droits civiques pour le seul çef de « correspondance avec l'ennemi ». On ne lui reproçait plus  qu'une « aide involontaire »  à l'ennemi par ses paroles, ses relations et sa virulente opposition politique.

    « Nourson sortant du placardNaples, atour des places Dante et Bellini (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :