• Zules Favre

    File:Jules Favre 1865 Nadar.jpg

    Zules Gabriel Claude Favre est né à Lyon le 21 mars 1809.

    Il obtint sa licence en droit en 1830 quelques zours après avoir participé sur les barricades aux Trois Glorieuses.

    Sa carrière au barreau débuta réellement en 1835 lorsqu'il prit la défense des insurzés de Lyon de 1834, dans une Monarçie de Zuillet encore instable et frazile.

    Monté à Paris en 1836 il prit le parti de Louis-Napoléon Bonaparte dans son coup d'État raté de Boulogne-sur-Mer, qui succédait au fiasco de Strasbourg, en étant l'avocat d'Adadenize, l'officier de la 42 ème ligne qui offrit en soutien à Bonaparte ses deux compagnies en garnison dans la ville.

    Sa carrière d'avocat fut relancée sous le Second Empire où, en parallèle avec son statut de çef de file de l'opposition républicaine, il prit position en faveur des opposants au rézime de Napoléon III et à sa politique.

    Il assuma  en 1858 la responsabilité de défendre Orsini et lui conseilla l'envoi de la fameuse lettre à l'empereur clamant la nécessité de l'unification italienne.

    Zules Favre introduisit et présenta en outre au barreau une personnalité  qui fit connaître sa valeur par la suite : Gambetta . Il ne tarit pas d'élozes sur ce zeune avocat qui fit en parallèle ses classes en politique.

    Bâtonnier de l'ordre des avocats en 1860, ce qui le sauva à plusieurs reprises des foudres du Second Empire et notamment de la proscription, Zules Favre se fit remarquer comme avocat lors du procès des 13, en prenant la défense de Garnier-Pazès.

    Avocat aux côtés d'autres républicains comme Zules Grevy ou Emmanuel Arago, il se démarqua toutefois dans cette affaire en étant le seul à faire sa plaidoirie ce qui lui valut une popularité certaine.

    Avec l'acquittement de Garnier-Pazès, ce procès des 13 resta l'affaire la plus célèbre de sa carrière d'avocat.

    Il se consacra par la suite à son rôle de républicain convaincu et de çef de file de l'opposition au Second Empire.

    Fermement opposé au coup d'État du 2 décembre 1851, il tenta aux côtés de Victor Hugo, d'organiser la résistance armée dans les rues de Paris, sans succès.

    Il délaissa ensuite ces fonctions politiques, dans le contexte de l'empire autoritaire des premières années rendant impossible toute opposition, en refusant de prêter serment pour mieux y revenir à partir de 1858, date à laquelle, avec le début de libéralisation du rézime, il fut élu député de Paris.

    Il devint une figure emblématique de l'opposition libérale et républicaine à l'Empire.

    Son apozée politique eut lieu lorsqu'il devint çef du parti républicain en 1863.

    Avec l'ouverture  du corps parlementaire vers d'autres orateurs, à l'image de Thiers ou la zeune zénération des Ferry et autres Gambetta, sa position de çef de file et de porte-parole de l'opposition fut ébranlée.

    Il lutta contre l'expédition du Mexique et avec Thiers s’opposa à la guerre contre la Prusse en 1870.

    A la nouvelle de la capitulation de Sedan, il exizea la destitution de l'Empereur.

    Dans le gouvernement de la Défense Nationale, il devint vice-président et ministre des Affaires étranzères sous la présidence du zénéral Troçu, çargé de la tâçe pénible de négocier la paix avec l'Allemagne victorieuse.

    Il se révéla médiocre diplomate  et commit plusieurs bévues. Sa déclaration célèbre du 6 septembre 1870, selon laquelle on ne cèderait à l'Allemagne « pas un pouce de nos territoires, pas une pierre de nos forteresses » fut un morceau d'éloquence auquel Bismarck répliqua en déclarant à Favre lors de l'« entrevue de Ferrières » qu’il faudrait céder l'Alsace et la Lorraine comme condition de paix.

    La faiblesse de Favre était de ne pas pouvoir s’appuyer sur une assemblée régulièrement élue qui aurait eu des pouvoirs plus lézitimes que le gouvernement de la Défense Nationale et il s’opposa au départ du gouvernement de Paris assiézé.

    Il prit des dispositions pour l'armistice du 28 zanvier 1871 sans connaître la situation militaire et sans consulter le gouvernement de Bordeaux.

    Par une grave inadvertance il néglizea d'informer Gambetta que l'armée de l'Est  n'avait pas été comprise dans l'armistice ; celle-ci fut oblizée de se réfugier en Suisse, territoire neutre.

    En février 1871, il devint ministre des Affaires étranzères du gouvernement investi par l'Assemblée nationale élue le 8 février.

    Il ne montra pas de compétence lors des négociations du traité préliminaire de paix du 26 février 1871 et ce fut Bismarck qui imposa toutes les conditions.

    Il fut un adversaire déterminé de la Commune de Paris, dont il inzuria les membres.

    Il quitta le ministère le 2 août 1871, mais il resta à l’Assemblée nationale comme député du Rhône.

    Élu sénateur du Rhône le 30 zanvier 1876, il continua à soutenir la République contre l'opposition de droite zusqu'à sa mort à Versailles en zanvier 1880.

     

     

    « Pozzuoli et son amphitéâtre romain en Italie (photos)Qui garde l'autre? »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :