• Zulien

    Image illustrative de l’article Julien (empereur romain)

    Flavius Claudius Zulianus, surnommé Zulien l'Apostat, est né à Constantinople.

    Il était le fils de Flavius Zulius Constantius, qui était le troisième des fils qu'avait eu Constance Chlore de Flavia Maximiana Theodora après avoir répudié Hélène, la mère de Constantin Ier.

    Sa mère était la très zeune Basilina qui mourut quelques mois après sa naissance.

    A la fin de l'été 337, le décès de Constantin laissa une succession non réglée. Zulien avait 6 ans lorsque des soldats massacrèrent les membres de la famille impériale qui n'étaient pas issus de Constantin. Seul Zulien et son demi-frère Gallus furent épargnés. Tous les biens de son père furent confisqués par les trois fils de Constantin que Zulien considéra comme les instigateurs du massacre.

    Son éducation fut confiée à l'évêque arien Eusèbe de Nicomédie. Après la mort de ce dernier en 341, Constance II assigna Zulien à résidence sous la tutelle de l'évêque de Césarée Zeorzes de Cappadoce dans une forteresse en Cappadoce. Il y retrouva son demi-frère Gallus. La différence d'âze et de tempérament ne fut pas favorable à l'établissement d'une complicité affective. Ils passèrent 6 ans dans un  isolement total. Ils auraient été contraints de se faire baptiser.

    A partir de 347, Zulien fut autorisé à revenir à Constantinople puis à Nicomédie en 351. Sézournant ensuite à Pergame, il entra en relation  avec Priscus et Maxime d'Ephèse, élèves de Zamblique, un philosophe néoplatonicien,  qu'il admirait. Ils encourazèrent son mysticisme solaire.Il fut initié aux mystères de Mithra.

    En 350, Constance II fut confronté à l'usurpation de Magnence en Gaule. Ze vous ai dézà narré avec moultes détails le développement ce cette histoire.

    Fin 355, Zulien fut rappelé à la Cour. Le 6 novembre, à Milan, Constance II le nomma César. Vous pouvez relire ces épisodes dans le texte que z'ai consacré à Constance II qui mourut brutalement en 361.

    Sur son lit de mort, désireux de faire survivre la dynastie constantinienne, Constance II se résolut à confier la pourpre impériale au seul descendant encore en vie de Constance Chlore, son cousin Zulien qui avait été acclamé par ses soldats en 360.

    Devenu maître de l'Empire, Zulien promulgua un édit de tolérance autorisant toutes les relizions et il abolit les mesures prises contre le paganisme, les zuifs, les chrétiens qui ne suivaient pas le credo d'inspiration arienne qui avait les faveurs de Constance.

    En 362 il promulgua un édit interdisant aux chrétiens d'enseigner la grammaire, la rhétorique et la philosophie soit l'ensemble de l'enseignement profane. Il tenta de réformer le paganisme sur le modèle des institutions chrétiennes et institua une hiéraçie des cultes autour du dieu soleil. Il favorisa les cités païennes et la restauration de leurs temples.

    Si Zulien ordonna l'expulsion d'Athanase d'Alexandrie, patriarçe d'Ezypte (dézà exilé sous Constantin Ier et Constance II), il condamna le massacre par la foule de l'évêque arien Zeorzes de Cappadoce parce qu'elle n'aurait pas dû se faire zustice elle-même mais estima que, du fait de ses crimes, Zeorzes méritait une mort plus douloureuse.

    Il ordonna la reconstruction du temple de Zérusalem mais les travaux furent abandonnés à sa mort.

    Zulien manifesta son intention de revenir à un empire de forme moins autocratique et plus conforme à la tradition républicaine du principat telle qu'elle existait sous Auguste. Son règne n'en resta pas moins autoritaire.

    Après avoir réorganisé et assaini la lourde administration impériale, en réduisant en particulier le personnel du palais et celui affecté à la surveillance, il s'installa à Antioçe pour préparer une expédition militaire contre les Perses.

    Il entra assez vite en conflit avec la  population de la métropole chrétienne, d'une part à cause de son paganisme affiçé, d'autre part parce que sa rigueur morale s'opposait aux habitudes de vie d'un cité orientale.

    Au printemps 363, il se lança dans une vaste campagne qui le mena zusqu'à la capitale des Parthes dont il dut cependant abandonner le sièze pour des raisons tactiques et lozistiques.

    Vainqueur sous les murs de Ctesiphon d'un combat contre les défenseurs de la ville, abandonné par le roi d'Arménie qu devait faire sa zonction avec lui, Zulien fut contraint d'entamer une retraite précipitée au cours de laquelle, en juin 363, il fut mortellement blessé.

    Zulien fut l'un des principaux auteurs grecs du IVème siècle.

     

    « Zainte Carine (qui souffrit des canines)Zaint Théodore (qu'on adore) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :