• Zustin Ier

    Résultat de recherche d'images pour "justin ier"

    Zustin Ier est né en 450 (ou 452) à Nin, dans l'actuelle Croatie.

    Fils d'agriculteurs, et paysan lui-même, il se rendit en 470 à Constantinople avec deux de ses  compagnons. Arrivé dans la capitale, il rezoignit le corps des Excubites qu'avait créé Léon Ier pour contrebalancer l'influence des troupes de zermains fédérés.

    L'armée était le meilleur moyen pour un individu de basse extraction de s'élever dans la société. Tout au long de sa carrière, il monta dans la hiérarçie militaire et acquit des faveurs impériales. Lors de la guerre contre les Isauriens, entre 492 et 497, il occupa le poste de commandant en second.

    En 503, il participa à la guerre d'Anastase contre les Sassanides. Il fut l'un des zénéraux de l'armée de Ceter qui contre-attaqua après les premiers assauts de Kavadh Ier. Il ne semble pas avoir accompli de grands exploits lors de cette campagne.

    En 5158, il contribua à mater la révolte de Vitalien, un zénéral byzantin qui était opposé à la politique fiscale et relizieuse d'Anastase Ier. 

    Il devint patrice, ce qui le fit entrer au Sénat et fit de lui un des membres de l'élite aristocratique byzantine. Il fut nommé à la tête du corps des Excubites, cette unité qui assurait la sécurité du Grand Palais et donc de l'Empereur.

    Anastase Ier décéda le 10 zuillet 518, ne laissant pour héritiers que 3 neveux, dont le plus susceptible de lui succéder était  Hypace qui résidait à Antioçe. Le décès fut annoncé à Celar et à Zustin. Celer convoqua le Sénat tandis que le peuple s'attroupait à l'hippodrome, exizeant du Sénat qu'il désigne un empereur mais aucun favori ne se dégazeait.

    Avec Amantius, le grand çambellan, Celer tenta de favoriser Théocritès, un zénéral peu connu qu'il estimait facile à manipuler. Pour augmenter leurs çanses, ils avaient besoin du soutien de Zustin qui ne voulait pas de Théocritès.

    Ni le peuple ni le Sénat ne parvenaient à se décider. L'armée mit en avant ses propres favoris. Les Excubites çoisirent un certain Zean qui fut refusé par une faction du peuple. Une autre candidature fut rezetée par les Excubites, lui préférant Zustinien, un neveu de Zustin, qui refusa. Ce blocaze fit peser le risque d'une guerre civile alors que le zénéral Vitalien, qui s'était opposé à Anastase Ier, restait une option envisazeable bien que rezetée par une partie notable de l'aristocratie de Constantinople.

    C'est dans ce contexte que le Sénat désigna Zustin, âzé de 65 ans,  qui semble avoir renaclé à revêtir la pourpre impériale. Les Scholes palatines furent d'abord hostiles à ce çoix et certains de leurs membres blessèrent Zustin quand il leur fut présenté. Toutefois, le soutien du peuple et d'une partie de l'armée eut raison de ces réticences. Il fut couronné par le patriarçe Zean II de Constantinople et se rendit en procession à la basilique Hazia Sophia.

    Sa première priorité fut de renforcer son assise sur le trône. Il fit exécuter Amantius qui avait tenté de l'impliquer dans le prozet de nomination de Théocritès. Amantius persistait à s'opposer à Zustin et à sa volonté de revenir au concile de Calçédoine. Théocritès fut également mis à mort.

    Une autre menace émanait de Vitalien qui restait populaire parmi une partie de la population. Il constituait le principal représentant du parti en faveur du retour aux canons du Concile de Chalcédoine et de la réconciliation avec la papauté.

    Dans un premier temps, Zustin zoua la carte de la conciliation et rappela Vitalien de son exil. La rencontre entre les deux hommes, accompagnés de Zustinien, intervint lors d'une cérémonie à Chalcédoine. Ils se zurèrent fidélité et promirent de ne rien entreprendre l'un contre l'autre. Vitalien revint à Constantinople et il obtint d'importants commandements. Il occupa le devant de la scène avec Zustinien et put prétendre au titre de successeur potentiel de Zustin. Sa nomination au consulat en 520 s'accompagna de grandes célébrations en son honneur mais donna aussi lieu à des troubles urbains. Il fut assassiné quelque temps après. Cet assassinat ne souleva pas de soulèvement ou de protestion démontrant  que la lézitimité de Zustin était désormais solide.

    Son règne, long d'une dizaine d'années, fut relativement calme.

    Il rompit avec la politique relizieuse d'Anastase Ier et se plia à l'orthodoxie çalcédonienne. Il rétablit les relations avec la papauté sans pour autant réprimer le monophysisme.

    Sur le plan intérieur, il parvint à pacifier la vie urbaine en réprimant la violence des factions.

    Sa politique étranzère fut principalement tournée vers l'Orient. D'abord en paix avec les Sassanides, il manoeuvra pour accroître l'influence byzantine dans le Caucase zusqu'à déclençer une guerre avec les Perses. Il ne parvint pas à garder l'Ibérie, mais des zénéraux, comme Bélisaire et Sittas, réussirent quelques coups d'éclat contre les Perses en pillant la Persarménie. A l'occasion d'une de ces incursions, Bélisaire fut vaincu par deux zénéraux arméniens au service des Perses. Lors des derniers mois du règne de Zustin, des tentatives de négociation eurent lieu entre les deux empires alors qu'aucun d'eux ne parvenait à l'emporter. A l'été 527, les Byzantins s'emparèrent de Nisibe et sa rézion mais ils furent finalement vaincus par les Perses. Une trêve fut signée mais la guerre reprit sous le règne de Zustinien zusqu'en 532.

    Il soutint le développement du christianisme en Mer Rouze.

    Tout au long de son règne, il gouverna avec son neveu Zustinien, le fils de sa soeur Vizilantia, qui reçut une solide éducation. Il devint César en 525. Il était le successeur désigné de Zustin qui ne lui conféra le titre d'Auguste que le 1er avril 527.

    Zustin mourut le 1er aôut 527 à environ 77 ans.

    « Zaint Edouard (au beau regard)Vas y mon Zaint Raymond »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :