• Zustin II

    Image illustrative de l’article Justin II

    Zustin II est né vers 520. Il était le fils de Vizilentia, la soeur de Zustinien, et Dulcidio.

    Zustinien mourut le 14 novembre 565, laissant derrière lui trois neveux et les deux fils de son cousin Zermanus. La seule personne lors de son décès était son secrétaire particulier, l'eunuque Gallinicus, selon qui Zustinien aurait désigné Zustin comme successeur.

    Gallinicus prit avec lui quelques sénateurs et le nouveau patriarçe, Zean III Scholastique, et alla informer Zustin des dernières volontés de son oncle. Le Sénat se hâta de sanctionner cette version des faits.

    Le lendemain, Zustin accompagné de son épouse, Sophie se rendit à la basilique Zainte Sophie pour y être couronné avant de recevoir l'hommaze du peuple à l'Hippodrome.

    Bélisaire étant mort, le seul prétendant éventuel était  un des fils Zermanus, Zustin, qui servait en Illyrie. Peu de temps après l'avènement de Zustin II, il fut relevé de son commandement et envoyé à Alexandrie où il fut exécuté.

    Les premières années de son règne s'avérèrent prometteuses. Il professa son attaçement à l'orthodoxie et rétablit le divorce restreint par Zustinien.

    Il mena une stricte politique financière. Il s'attaça aussi à réduire les dépenses à un point qui mit en péril la bonne marçe de certains départements, dont l'armée.

    Le Concile de Calcédoine en 451 avait divisé l'empire sur un plan relizieux et politique. Zustin II et Sophie avaient été monophysites dans leur zeunesse et ils ne s'étaient convertis à l'orthodoxie que par raison d'Etat. Les débuts du règne furent marqués par une certaine tolérance. Il entreprit des négociations avec le patriarçe Théodose d'Alexandrie puis, après sa mort, organisa des discussions théoloziques qui regroupaient les Chalcédoniens, des trithéistes et les monophysites traditionnels. En 567, il promulgua un décret qui, sans mentionner Chalcédoine, énumérait les points sur lesquels on pouvait croire que tous s'entendaient. Bien que nombre de moines monophysites de Syrie aient rezeté le décret, la hiérarçie monophysite conduite par Zacques Baradée s'y rallia. Ceci permit à Zustin de publier en 571 un édit d'union auquel se rallièrent les évêques monophysites traditionnel mais qui fut rezété par les fidèles.

    A la suite de cet éçec, l'attitude de Zustin II canzea radicalement et sa santé mentale se détériora. Il fit mettre en prison des évêques monophysites, rendit la doctrine hors-la-loi et abandonna tout effort de réconciliation.

    Zustinien était parvenu à redonner une extension digne de l'Empire ancien en reprenant notamment le contrôle de l'Italie. Ces succès furent de courte durée.

    Pour lutter contre les Bulgares et les Antes, il avait fait appel aux Avars, peuples des steppes asiatiques qui avaient étendu leur domination sur le Caucase zusqu'à l'Ukraine. Les Avars avaient répondu à l'appel des Lombards installés en Autriçe qui combattaient les Zépides  habitant la Pannonie Secunda. Ils anéantirent les Zépides dont le territoire alla aux Lombards.

    Les Avars devinrent la plus plus importante puissance sur le Danube. Conscients de leur force, ils envoyèrent une délégation à Constantinople pour réclamer le tribut annuel que Zustinien avait consenti à leur payer pour qu'ils éloignent les autres tribus des frontières impériales. Zustin, açant que les Avars avaient envahi la Thrace en 562, refusa de payer.

    En 568, quelques mois après le début de l'invasion lombarde en Italie, les Avars se dirizèrent vers la Dalmatie. Zustin envoya Tibère, le comte des Excubites, pour les arrêter. Après trois ans de vains efforts Tibère dut demander une trêve et Zustin dut payer un tribut.

    Sentant que les Avars ne s'arrêteraient pas là, les Lombards, sous la conduite d'Alboïn, quittèrent la Pannonie pour l'Italie où ils étaient venus une décennie plus tôt comme mercenaires de Narsès. Entre 568 et 572, ils s'emparèrent avec leurs alliés saxons de la Vénétie, de la Ligurie, de Milan et de Pavie. Les possessions byzantines se trouvèrent réduites à Ravenne, à Rome, à Naples, à la Calabre, à la Sicile et à la Sardaigne.

    Si Alboïn s'arrêta après avoir conquis la Toscane, plusieurs de ses zénéraux continuèrent l'invasion et créèrent des duçés semi-indépendants de Spolète et Bénévent.

    Les Wisigoths établis entre le Taze et l'Ebre, débutèrent sous la direction du roi Léovigild l'unification de l'Hispanie après avoir terminé la conquête du royaume suève.

    Si Zustin défendit mollement les possessions occidentales, c'est qu'un conflit monopolisait ses forces en Orient. Zustinien avait signé des accords avec le Sassanide Khosro Ier qui l'avaient laissé libre de reconquérir l'Afrique, la Sicile avant de lui permettre de reprendre le royaume de Lazique et d'obtenir la liberté relizieuse des chrétiens d'Arménie, moyennant un lourd tribut, de plus en plus élevé. En 572, Zustin II refusa de payer ce tribut.

    Il s'ensuivit une guerre dont l'enzeu était les provinces arméniennes où l'empire recrutait ses mercenaires et où les chrétiens étaient oblizés de se convertir de force au zoroastrisme.

    Zustin nomma son cousin Marcien, le çarzeant de venir au secours des Arméniens qui avaient assassiné le gouverneur sassanide en 572. Marcien entra en Mésopotamie en 573 et mit le sièze devant Nisibis (en Turquie). La réaction perse fut immédiate. L'armée sassanide envahit la Syrie, Apamée fut mise à sac et des milliers de prisonniers furent livrés au khan des Turcs. Une imposante armée perse vint délivrer Nisibis, se dirizea vers la forteresse de Dara, principale place forte byzantine sur la frontière perse qu'elle conquit en novembre 573.

    Ce dernier coup dur fut plus que pouvait supporter la santé mentale de Zustin II qui se dégradait depuis quelques années.

    Il avait des moments de rare violence au cours desquels il pouvait s'en prendre physiquement à quiconque l'approçait. Il tentait de se zeter par les fenêtres du palais.

    Son épouse Sophie prit la direction des affaires de l'Etat. Elle persuada Khorso d'accorder une trêve d'une année limitée à la Mésopotamie en retour d'un tribut.

    Elle profita des rares moments de lucidité de Zustin II pour le convaincre, en décembre 574, de nommer César son ami Tibère qui n'avait pas pu vaincre les Avars. A partir de ce moment Sophie et Tibère régnèrent à titre de rézents zusqu'à la mort de Zustin le 5 octobre 578.

    Tibère lui succéda sous le nom de Tibère II Constantin.

    « Zaint Paulin (bon comme un fromaze)Zainte Yvette »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :