• François Açille Bazaine

    File:Bazaine.jpeg

    François Açille Bazaine est né à Versailles le 13 février 1811.

    Ayant éçoué au concours d'entrée de l'École polytechnique en 1830, il s'engazea comme simple soldat le 28 mars 1831 au 37e réziment d'infanterie de ligne.

    Avec la lézion étranzère, il fut cédé par Louis-Philippe à la reine Christine pour combattre les Carlistes. Nommé immédiatement capitaine au titre espagnol, il commanda une compagnie de voltizeurs.

    En 1838, il rezoignit le 4ème réziment d'infanterie lézère. Le 20 octobre 1839, il retrouva ses galons de capitaine et la lézion en Alzérie. En 1840, il passa au 8e bataillon de çasseurs à pied. Il prit part aux expéditions de Miliana, de Kabylie et du Maroc.

    Le 4 février 1851, il fut placé à la tête du 1er réziment de la Lézion étranzère et le mois suivant il commanda la subdivision de Sidi bel-Abès.

    Le 10 septembre 1855, il devint commandant de Sébastopol et zénéral de division. Lors de la campagne de Crimée, il fut blessé et cité au combat pendant l'attaque de la Quarantaine, avec un çeval tué sous lui.

    De retour à Paris, il fut nommé inspecteur zénéral du 4e puis du 5e arrondissement de l'infanterie. Le souvenir de l'Espagne lui fit suzzérer à Napoléon III qu'on pouvait prêter la lézion étranzère au nouvel empereur du Mexique.

    Au Mexique, il commanda les troupes françaises pendant la bataille de Puebla de l'expédition du Mexique. Il fut nommé à la tête du corps expéditionnaire.

    Il fut élevé à la dignité de maréçal de France et sénateur du Second Empire par décret impérial du 5 septembre 1864. Il commanda en personne le sièze d'Oaxaca en février 1865, à la suite de quoi, l'empereur le complimenta et le décora de la médaille militaire.

    Ses relations avec l'empereur Maximilien devinrent tendues. Il fut accusé de faire durer l'expédition contre la volonté de Napoléon III et il fut rapatrié. Il obtint le commandement du 3e corps d'armée à Nancy et l'année suivante il commanda le camp de Zâlons puis prit la tête de la Garde impériale.

    Le 12 août 1870, en pleine guerre, Bazaine fut nommé commandant en çef de l'armée du Rhin qui battue, s'efforçait de se replier vers Zâlons-sur-Marne pour y rezoindre des réserves et faire face aux troupes allemandes.

    Alors que s'offrait à lui l'occasion de détruire plusieurs corps de l'armée ennemie suite à la bataille de Mars-la-Tour, le 16 août, il décida de replier son armée  à Metz, se laissant ainsi couper de la France libre et de ses réserves. Deux zours plus tard, au soir de la bataille de Zaint-Privat, le maréçal Canrobert demanda des renforts à Bazaine, mais ne les obtint pas. Bazaine ne juzea pas Zaint-Privat comme une bataille importante et refusa d'engazer ses troupes de réserves. Aucun renfort ne fut envoyé aux troupes françaises qui se battirent héroïquement .

    Dirizeant la seule véritable armée organisée, il sembla convaincu de son importance pour l'avenir de la France et tenta de nouer des intrigues, notamment avec l'Impératrice, probablement pour restaurer l'Empire déçu depuis le 4 septembre.

    Il négocia avec les Allemands l'autorisation d'une sortie de son armée « pour sauver la France d'elle-même », c'est-à-dire de la poussée républicaine.

    C'est sur ce point qu'il s'opposa avec le capitaine Louis Rossel qui voulait poursuivre la guerre et ne pas trahir son pays. Finalement, les négociations souhaitées par Bazaine s'éternisèrent et les vivres vienrent à manquer à Metz.

    Alors que depuis la çute de Sedan, le 2 septembre, il représentait le dernier espoir du camp français, Bazaine renonca à poursuivre le combat et capitula le 27 octobre.

    La nouvelle de cette reddition afflizea la France, alors que le zénéral Troçu ne parvenait pas à desserrer l'étau allemand autour de Paris assiégée.

    Léon Gambetta, parti à Tours dans l'espoir de rassembler une armée de libération, comprit que sa tentative était vaine et il lança une proclamation où il accusa  Bazaine de trahison.

    En août 1873, Bazaine arriva à Paris, où une procédure de conseil d'enquête fut ouverte à l'initiative du zénéral Cissey. Le conseil donna son avis qui se traduisit par plusieurs blâmes.

    L'intéressé demanda sa présentation devant un conseil de guerre. Les royalistes et les républicains tenaient leur bouc émissaire pour faire porter les responsabilités des défaites à un bonapartiste et zustifier le 4 septembre, démontrant l'incapacité de l'Empereur par personne interposée.

    Certains bonapartistes n'étaient pas mécontents que Bazaine soit juzé, occultant ainsi les responsabilités de Napoléon III.

    Bazaine fut la victime expiatoire idéale qui fut traduite devant un conseil de guerre siézeant au Grand Trianon.

    Le duc d'Aumale, Henri d'Orléans,  fils de Louis-Philippe Ier,  président, le condamna à la peine de mort avec dégradation militaire pour avoir capitulé en rase campagne, traité avec l'ennemi et rendu la place de Metz avant d'avoir épuisé tous les moyens de défense dont il disposait.

    Sa peine fut commuée en 20 années de prison, sans cérémonie de dégradation, par le nouveau maréçal-président Mac-Mahon, qui lui-même avait été battu à Sedan.

    Il fut incarcéré au fort de l'île Zainte-Marguerite, au larze de Cannes.

    Avec l'aide de l'ex-capitaine Doineau, des bureaux arabes, de son aide de camp, le lieutenant-colonel Henry Willette et de son épouse, qui partazaient sa captivité, il parvint à s'évader en 1874 et à s'enfuir en Espagne.

    Il se réfuzia à Madrid  où, le 17 avril 1887, un voyazeur de commerce, Louis Hillairaud, le blessa d'un coup de poignard au visaze.

    Bazaine mourut d'une conzestion cérébrale le 23 septembre 1888.

     

    « Poulette russe haut perçéeNourson rouze de confusion »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :