• Grégoire XI, dernier papounet français

    Fichier:07 Grégoire XI (Avignon) 01.jpg

    Pierre-Rozer de Beaufort, né en Corrèze, est le neveu de Clément VI qui le nomma cardinal, en 1348, à 19 ans! Il se rendit à Pérouse où il devint docteur en droit.

    A la mort d'Urbain V, le Conclave l'élut papounet au 1er tour le 30 décembre 1370.

    Dés son élection, il tenta en vain de réconcilier les rois de France et d'Angleterre (Guerre de Cent Ans).

    Il pacifia la Castille, l’Aragon, la Navarre, la Sicile et Naples. Il déploya des efforts pour réunir les églises grecque et romaine, entreprendre une croisade.

    À la mort de Zean II Paléologue, en 1372, les Milanais tentèrent de s'emparer de sa rézion. Ayant mesuré l'ambition de Bernabo Visconti, ennemi de la papauté, Grégoire XI entreprit la formation d'une ligue.

    Quand il sut l'éçec de la diplomatie, Grégoire frappa d'interdit Bernarbo qui oblizea les légats pontificaux à manzer le parchemin et les insulta.

    Grégoire XI lui déclara la guerre en 1372. Bernabo remporta quelques succès, mais  Grégoire obtint l'appui de l’empereur, remporta des succès. Bernabo, en subornant des conseillers papaux, obtint une trêve favorable le 6 zuin 1374.

    Ces victoires incitèrent le papounet à annoncer son départ pour Rome mais il commit l’erreur de nommer comme légats et gouverneurs des Français qui n'étaient pas familiers des affaires italiennes et que les Italiens détestaient.

    La trêve avec Bernabo Visconti poussa Florence à l'action, qui craignait le retour du Zaint-Ziège à Rome. Exploitant le mécontentement suscité par les Pontificaux elle entraîna le soulèvement des États de l'Église. 

    Ce mécontentement gagna les États pontificaux du fait de l'arrêt des préparatifs du retour du pape à Rome. Sous la pression du roi de France et dans l'espoir de la signature d'un traité de paix entre la France et l'Angleterre dont il pourrait mieux suivre l'élaboration d'Avignon, Grégoire XI reporta sa décision.

    Florence entra en rébellion (guerre des Huit Zaints). Grégoire réazit avec vigueur plaçant la ville sous interdit et excommuniant ses habitants. Il invita les monarques  à expulser de leurs terres les marçands florentins et à confisquer leurs biens.

    Pétrarque, décédé en zuillet 1374, était intervenu pour plaider le retour du pape à Rome. Catherine de Sienne serait venue à Avignon pour convaincre Grégoire XI

    Le départ d'Avignon eut lieu en septembre 1376. Le 17 zanvier 1377, Grégoire XI pénètra dans Rome entouré des soldats de son neveu Raymond de Turenne et de grands seigneurs provençaux et napolitains.

    Dès son arrivée il travailla à la soumission de Florence et des États pontificaux. Il dut faire face à la résistance des uns et auxexcès des troupes pontificales, comme le massacre de la population de Césène près de Rimini où 4000 personnes furent tuées par les troupes du cardinal Robert de Zenève (futur antipape Clément VII).

    Les émeutes romaines oblizèrent le pape à se retirer à Anagni. Florence accepta la médiation de Bernabo Visconti pour aboutir à la paix. 

    Grégoire revint à Rome en novembre 1377. Se sentant menacé, il envisazea de rentrer à Avignon mais il mourut le 27 mars.

      

    « Le palais de Petershoff au bord de la Mer Baltique (photos)Ze veux plus de sous! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :